Le président de la LFP pousse l'idée d'une réduction de l'élite française à dix-huit équipes. Quelles sont les intentions derrière ce projet?
DS 0177L'idée ressort des tiroirs à intervalles réguliers, mais la crise lui donne plus de consistance: faut-il, comme le souhaite le nouveau président de la LFP Vincent Labrune, prêt à "ouvrir le débat", réduire le championnat de France à dix-huit clubs?

La principale justification avancée pour cette réforme est la recherche d'une amélioration de la "compétitivité" des clubs français. On pourrait entendre ce terme au sens sportif (resserrer l'élite pour en hausser le niveau), mais il résonne surtout au sens économique.

Car les motivations premières sont plus prosaïques, et ce sont essentiellement celles des gros clubs: moins de parts, c'est plus de gâteau pour chacun. D'autant que ce rétrécissement s'accompagnerait d'une diminution du nombre de relégations – probablement à deux, et pas forcément directes.

Un leitmotiv des réformateurs est en effet de "rassurer les investisseurs", qui hésitent en raison du risque sportif, en l'occurrence celui d'une relégation. Vieille contradiction entre la logique économique et la logique sportive, qui a conduit à une constante réduction de l'incertitude des résultats.

Une Ligue 1 à dix-huit clubs figurait dans notre Manifeste de 2003 (avec la suppression de la Coupe de la Ligue), mais notre souci premier était de réduire l'épuisement des joueurs, les risques de dopage et la saturation des calendriers et des écrans.

Et puis, nous imaginions quatre accessions-relégations pour créer une dynamique entre les deux échelons, favoriser les projets sportifs ambitieux et éviter qu'une descente en Ligue 2 ne soit un désastre. Tout le contraire d'un programme consistant à sécuriser les maintiens dans l'élite.

Même si Vincent Labrune admet une surabondance de matches et de compétitions en Europe et prétend vouloir "retrouver de l'incertitude", son "en même temps" très macroniste laisse peu de doutes: il faut "faire passer un cap aux plus gros clubs" et "en même temps, il faut chercher à renforcer les plus petits".

Sur le plan sportif, au-delà de meilleures conditions de récupération et de préparation, une Ligue 1 à dix-huit présente en théorie quelques avantages: une hausse du niveau moyen, un ventre mou amoindri, plus d'adversité pour les meilleures équipes. Mais, dans ces années 2020, c'est surtout un projet politique.

Dans le package qui se dessine, il y a en effet "la création d'une filiale commerciale qui gère directement les droits de nos championnats" (sur le modèle de la Premier League), et la volonté de donner encore plus de pouvoir aux clubs puissants (sur le modèle du Project Big Picture de la Premier League).

Didier Deschamps en a résumé la philosophie: "Ça va dans le sens de l'élite". Il soutient le projet, peut-être contre son camp: le grand chambardement des calendriers qui s'annonce a une victime déjà désignée, le football de sélections.

La Ligue 1 à dix-huit serait une bonne idée dans un autre contexte. Dans celui-ci, a-t-elle une chance de servir l'intérêt collectif plutôt que des intérêts particuliers?

Les comptes du propriétaire de la chaîne Téléfoot montrent que Mediapro a réalisé 188 millions d'euros de bénéfices en 2019. Depuis, la crise sanitaire a frappé et le groupe a cessé ses versements à la LFP.
DS 0176Mediapro, le principal diffuseur du football français, sortait d'une année positive avant de rencontrer ses difficultés financières actuelles, d'après les derniers chiffres déposés au registre du commerce espagnol, et rapportés par le quotidien El Pais. En 2019, le propriétaire de la chaîne Téléfoot, qui, en octobre, n'a pas payé son échéance à la Ligue de football professionnel (LFP), soit 172 millions d'euros, avait enregistré une hausse de 45% de ses bénéfices (188 millions d'euros après impôts). Un résultat obtenu notamment grâce à son contrat de commercialisation des droits de la Liga à l'étranger (4,48 milliards sur 5 ans) et en Espagne.

En France, Mediapro s'est placé sous la protection du tribunal de commerce, en essayant parallèlement de renégocier à la baisse son contrat avec la LFP (780 millions d'euros par saison pour la Ligue 1). Nommé par le tribunal de commerce de Nanterre, un conciliateur espère trouver un accord entre les parties le 7 décembre. Initialement, le groupe sino-espagnol devait verser 152,5 millions d'euros lors de l'échéance suivante, prévue début décembre.

Un autre bras de fer avec la Serie A
Malgré ces bons résultats, tempérés par une baisse de 19% du chiffre d'affaires de Mediapro en 2019 (1,2 milliard d'euros), la note évaluant la fiabilité financière de Joye Media SL, propriété du fonds chinois Orient Hontai Capital, a été dégradée plusieurs fois d'affilée par l'agence de notation Moody's, passant de « B3 » à « Caa1 » (un « très haut risque ») en octobre, après le refus de Téléfoot de payer son échéance à la LFP. En conflit financier avec la LFP en France, Mediapro dispute aussi un bras de fer avec la Serie A, à laquelle elle réclame 52 millions d'euros après l'annulation d'un contrat de diffusion en 2018, selon La Informacion.

DS 0175

  • Stade Rennais FC – Adrien Hunou
  • Stade Rennais FC – James Léa Siliki
  • Stade Rennais FC – Gerzino Nyamsi
  • Stade Rennais FC – Yann Gboho
  • Stade Rennais FC – Georginio Rutter
  • Stade Rennais FC – Eduardo Camavinga
  • Stade Rennais FC – Pépé Bonet
  • Stade Rennais FC – Adrien Truffert
  • Stade Rennais FC – Brandon Soppy
  • Everton FC – Abdoulaye Doucouré
  • Fulham FC – Maxime Le Marchand
  • FC Barcelona – Ousmane Dembélé
  • Granada CF – Dimitri Foulquier
  • Sevilla FC – Joris Gnagnon
  • AS Monaco – Sofiane Diop
  • Dijon FCO – Sacha Boey
  • FC Girondins de Bordeaux – Jimmy Briand
  • FC Lorient – Sylvain Marveaux
  • FC Lorient – Fabien Lemoine
  • FC Lorient – Pierre-Yves Hamel
  • FC Lorient – Armand Laurienté
  • FC Metz – Vincent Pajot
  • Montpellier Hérault SC – Damien Le Tallec
  • OGC Nice – Alexis Trouillet
  • SSC Napoli – Tiemoué Bakayoko
  • Royal Antwerp FC – Jérémy Gélin
  • PFK Beroe Stara Zagora – Steve Furtado
  • GNK Dinamo Zagreb – Kévin Théophile-Catherine
  • Aalborg BK – Timothé Nkada
  • Olympiacos FC – Yann M’Vila
  • PAS Lamia 1964 – Devis Epassy
  • Vitória SC Guimarães – Nicolas Janvier
  • Vitória SC Guimarães – Denis Poha
  • SC Astra Giurgiu – George Merloi
  • FC Lausanne-Sport – Lucas da Cunha

L’UEFA a sanctionné le Stade Rennais pour non-respect du protocole sanitaire lors de la réception de Krasnodar au Roazhon Park. Le club breton a reçu une amende globale de 32 000 €.
DS 0174La commission de discipline de l’instance européenne a infligé au Stade Rennais une amende globale de 32 000 €, dont 10 000 € pour "violation du protocole sanitaire" à l’occasion de la réception de Krasnodar (1-1), le 20 octobre, match auquel 5 000 spectateurs avaient assisté malgré la pandémie de Covid-19.

Le club est sanctionné notamment pour ne pas avoir fait respecter "la distanciation sociale" parmi les spectateurs.

L’UEFA aurait entamé des discussions avec la Fédération anglaise de football pour l’organisation du tournoi du 11 juin au 11 juillet.
DS 0173L’UEFA n’a pas caché il y a un mois qu’elle travaille sur plusieurs scénarios pour l’organisation de l’Euro l’été prochain alors que la crise sanitaire se poursuit. Même si le président de l’instance européenne Aleksander Ceferin s’affiche confiant sur le maintien du format à 12 pays hôtes, d’autres pistes seraient à l’étude qui engageraient moins de pays voire un seul. Récemment, le quotidien français Le Parisien évoquait l’option de la Russie, qui vient tout juste d’organiser la Coupe du monde en 2018. On apprend désormais qu’un autre pays pourrait se présenter comme seul organisateur.

Le Daily Mail révèle en effet que l’UEFA aurait entamé des discussions avec la Fédération anglaise afin d’accueillir l’entièreté du tournoi au Royaume-Uni du 11 juin au 11 juillet. Dans le format actuel, le pays est déjà le théâtre de onze rencontres entre Wembley en Angleterre et Hampden Park en Écosse, avec notamment les demi-finales et la finale prévues à Londres.

En plus d’un potentiel changement de format, la question des supporters n’est toujours pas tranchée. L’UEFA réfléchit aussi bien à des stades vides qu’à une occupation à 30 %, 50 % ou encore 70 %. La Fédération anglaise est quant à elle plutôt confiante sur la présence des fans en tribunes, se penchant sur un protocole qui verrait la tenue de tests massifs autour des stades.

Le vendredi 27 novembre, le Stade Rennais accueillera le RC Strasbourg au Roazhon Park. Si les Alsaciens s'inclinent en Bretagne, Thierry Laurey pourrait être démis de ses fonctions.
DS 0172La trêve internationale est arrivée au bon moment pour le Stade Rennais, qui a enchaîné les déconvenues juste avant. De Chelsea à Paris, les Rouge et Noir ont encaissé deux 0-3 en quatre jours ayant mis en valeur leurs faiblesses du moment. La coupure de deux semaines va permettre de soigner les organismes autant que les têtes et de repartir du bon pied.

Laurey sur un siège éjectable
En plus, la reprise du championnat se fera en douceur avec deux rencontres face à des adversaires prenables, contre les Girondins de Bordeaux à domicile le 20 novembre et le RC Strasbourg à la Meinau une semaine plus tard. Cette dernière partie pourrait d'ailleurs être fatale à l'entraîneur alsacien, Thierry Laurey. En effet, d'après L'Equipe, même si les dirigeants du RCSA n'ont fixé aucun ultimatum à leur coach, les deux prochains matches pourraient être décisifs.

Avant-dernier du classement avec 6 points, Strasbourg affiche de grosses carences dans le jeu. L'Equipe croit savoir que de nouvelles défaites à Montpellier et donc face à Rennes, sans esprit de révolte, pourraient être fatales à Laurey, en poste depuis quatre ans. Julien Stéphan à l'origine du renvoi d'un confrère, ça pourrait devenir une réalité…

Dans l’incapacité d’honorer ses engagements et de payer à la Ligue de Football Professionnel les droits télévisuels, Mediapro met le foot français dans l'embarras.
DS 0171Et pour cause, en pleine crise du Covid-19, les clubs de Ligue 1 et de Ligue 2 n’avaient pas besoin d’un diffuseur principal mauvais payeur. C’est pourtant le cas avec Mediapro, qui n’a toujours pas versé un centime à la Ligue de Football Professionnel pour la diffusion de huit matchs de L1 et huit matchs de L2 par journée depuis la fin du mois d’août. Début octobre, le groupe sino-espagnol n’a pas honoré le paiement de sa première traite, et en fera de même en décembre. Interrogé à ce sujet sur les ondes de RMC, Jean-Michel Aulas a purement et simplement proposé d’enlever un certain nombre de lots de matchs à la chaîne Téléfoot. Ce qui conduirait à une réattribution de certains droits télévisuels de la Ligue 1.

"Je pense que dans le cadre de la médiation qui est en cours, on doit pouvoir, en fonction des lots attribués à Mediapro, trouver un bon équilibre pour qu’il abandonne un certain nombre de lots et qu’un groupement de gens qui veulent sauver le football français viennent à nous. L’Etat doit nous aider à régler le problème, peut-être en faisant abstraction d’un certain nombre de charges sociales. Deuxième type de solution, c’est de se situer dans une autre approche. Il faut trouver une approche digitale qui ne soit plus telle qu’elle a été conçue avec des lots exclusifs, qui sont limités par définition. Il faut trouver quelque chose qui permettra de calibrer l’offre en prix et en segmentation en fonction de ce que souhaite l’utilisateur" a indiqué Jean-Michel Aulas, lequel a par ailleurs regretté un certain nombre d’erreurs de la part de Mediapro dans la distribution de sa chaîne.

Des erreurs dans la distribution de la chaîne
"Mediapro a toujours pensé que ses images seraient diffusées par Canal Satellite et un certain nombre d’autres diffuseurs. Tous les abonnés de Canal Satellite n’ont pas eu accès aux images que diffusait Mediapro. Quand Mediapro a défini un prix à l’époque, il paraissait hyper cher, mais il paraissait, au travers du nombre d’utilisateurs qui pourraient y accéder, possible. Petit à petit, tout s’est refermé. Parce qu’encore une fois, on a démarré le championnat trop tôt. C’est une erreur vraiment dramatique. Mediapro s’est trouvé dans l’incapacité de distribuer" a lancé le président de l’OL. Des erreurs qui font de Téléfoot une chaîne peu suivie, qui compte environ 600.000 abonnés. Un chiffre qui ne permet pas à Mediapro de rentrer dans ses fraus et de payer en bonne et due forme la LFP.

Dans l’oeil du cyclone depuis le début du mois d’octobre et sa décision de ne pas payer les échéances des droits TV prévues dans son contrat avec la LFP, Médiapro connait des débuts catastrophiques.
DS 0170La société audiovisuelle est très loin du compte en ce qui concerne ses abonnements, et estime devoir renégocier les quelques 800 ME qu’elle doit payer chaque année pour diffuser la Ligue 1 et la Ligue 2. Les raisons invoquées ? La crise sanitaire et économique, qui a changé la situation par rapport au moment de l’appel d’offres il y a deux ans. Si la donne est en effet bien différente, il est bon de rappeler que Médiapro comptait surtout revendre des matchs et pas forcément les produire, ce qu’il n’a pas réussi à faire. En plus de cela, il n’a pas trouvé d’accord avec Canal+ pour une diffusion plus globale (quasiment 9 millions d’abonnés potentiels). Résultat, entre les difficultés de diffusion et le prix demandé de 25 euros, Téléfoot ne compte que 600.000 abonnés alors qu’à terme, le chiffre de 3 millions était avancé.

Une claque forcément lié au prix demandé, alors qu’il faut toujours avoir BeIN Sports, Canal+ et RMC pour suivre l’ensemble des compétitions de football. Résultat, de nombreux passionnés de football ont décidé de suivre les rencontres en streaming ou par l’IPTV, qui serait utilisé par 3 millions de foyers en France selon Hadopi. L’occasion pour Médiapro de pousser un vrai coup de gueule contre le gouvernement français, qui a récemment mis en sommeil un projet de loi sur la réforme de l’audiovisuel qui permettait de saisir la justice pour faire cesser une diffusion en temps réel. « Le piratage a évidemment des répercussions sur les abonnements qui ne sont pas pris. Le gouvernement n'a pas identifié que c'est une priorité pour le secteur. C'est un vrai problème », a fait savoir Médiapro dans les colonnes des Echos. Une remontrance que Canal+ et BeIN Sports ne contesteront pas, eux qui se sont déjà plaints des pertes financières liées au piratage, qui touche forcément tous les acteurs de l’audiovisuel en France.

IPTV : ces quatre lettres cartonnent chez les amateurs de football et de sport en général et sont le cauchemar des diffuseurs. Pour une somme défiant toute concurrence, un utilisateur peut accéder de façon simple mais illégale à tout le catalogue foot.
DS 0169Le football français fait face depuis plusieurs semaines au refus de Mediapro d’honorer son contrat d’1,1 milliard d’euros signé en 2018 pour diffuser les rencontres de ligue 1 et de ligue 2. Mais les diffuseurs font face à une autre menace, l’IPTV. Décryptage.

L’IPTV, c’est quoi ?
L’IPTV, qui signifie en anglais Internet Protocol Television, est une plateforme illégale permettant de regarder le petit écran en ligne. Le boîtier, qui s’achète facilement sur Internet car légal, est en même temps le Graal des télévores – il permet de visionner jusqu’à plusieurs milliers de chaînes payantes du monde et d’avoir accès aux services de vidéo à la demande – et le cauchemar des diffuseurs.

Là où aujourd’hui et de façon légale, il faudrait s’abonner à Canal +, Téléfoot, RMC sport, beIN Sports ou encore Eurosport pour accéder à tous les contenus foot contre environ 80 € par mois selon les offres, l’IPTV regroupe le tout pour la modique somme de 60 €… par an.

Pourquoi ça explose ?
Le morcellement de l’offre audiovisuelle depuis des années, les changements de diffuseurs tous les quatre ans, et pour certains le coût jugé trop cher des abonnements… Autant de raisons qui peuvent expliquer le choix des amateurs du ballon rond de se tourner vers le piratage.

Comme Yann*, qui s’est résolu à regarder le foot de façon illégale. "On devient trop des vaches à lait. Il y a sans arrêt des changements, il faut plusieurs abonnements différents, ça devient excessif…", peste ce fan de l’Olympique de Marseille. "Et puis pourquoi payer un abonnement quand la plupart des matchs ont lieu le dimanche après-midi, au même moment que le foot amateur ?", s’interroge-t-il. "Actuellement, on estime à près de 3 millions les personnes qui consomment des programmes sportifs illégalement. Ça a considérablement augmenté ces dernières semaines", confirme Pauline Blassel, la secrétaire générale de l’Hadopi, l’organe de protection des droits d’auteur.

Quels risques pour les utilisateurs ?
L’utilisation d’une IPTV en France est illégale et comprend deux risques majeurs. Le premier est juridique. L’utilisateur tombe sous le coup de la loi sur la contrefaçon, délit puni jusqu’à 3 ans de prison et 300 000 € d’amende.

Le second est informatique. Brancher un boîtier inconnu sur son réseau domestique est loin d’être un geste anodin et peut constituer une faille dans la sécurité de l’installation. Confier ses données bancaires à des personnes inconnues, non plus.

Que font les diffuseurs pour lutter contre ?
Pour les diffuseurs, la facture se révèle salée. Dès 2015, beIN Sports avait estimé les pertes pour l’ensemble des diffuseurs à l’époque à 500 millions d’euros par an. Réunis au sein de l’APPS (Association de protection des programmes sportifs) depuis trois ans, ces derniers tentent de lutter contre ce fléau, et n’étaient pas loin de voir leurs efforts aboutir.

Le projet de loi sur la réforme de l’audiovisuel comporte en effet une mesure qui permettrait de saisir la justice pour faire stopper la diffusion en temps réel.

Mais le texte a été mis en sommeil depuis le confinement. "Incompréhensible", selon Caroline Guenneteau, directrice juridique de beIN Sports. "Le gouvernement n’a pas identifié que c’est une priorité pour le secteur. C’est un vrai problème", regrette-t-on aussi chez Mediapro.

*Le prénom a été modifié

Le 10 novembre 2002 est né Eduardo Camavinga. 18 ans plus tard, Iceman épate la planète football toute entière et décroche un record à chaque fois qu’il a la balle au pied. L’occasion de découvrir ou redécouvrir le Rennais en 18 anecdotes.

DS 0168

  1. Rescapé. Né en Angola, Eduardo Camavinga n’est devenu français qu’en 2019, ses documents d’état civil ayant brulé dans l’incendie de la maison familiale.
  2. Précocité. Lorsqu’il est en CP, plusieurs surveillants de son école de Bretagne remarquent son talent inné pour le football et poussent ses parents à l’inscrire au club de la ville.
  3. Caractère. Lors de son premier entraînement avec l’équipe première du Stade Rennais, Eduardo Camavinga a taclé de façon très marquée Hatem Ben Arfa.
  4. Parle pas d’âge. Il est le premier joueur né en 2002 à avoir joué dans un des cinq grands championnats européens.
  5. Impatient. Le 11 novembre 2019, il remplace au pied levé Mattéo Guendouzi en Équipe de France Espoirs, moins d’une semaine après sa naturalisation.
  6. Supercentenaire. Face à la Croatie en septembre dernier, il est devenu le plus jeune joueur français à être sélectionné depuis 1910.
  7. Timide. Avec les Bleus, il attend généralement que tout le monde soit assis dans le bus ou à table avant de s’installer.
  8. Impatient, bis. Il est également le plus jeune joueur pro, buteur et passeur décisif du Stade Rennais.
  9. Serein. À dix-sept ans et onze mois et face à l’Ukraine, il est devenu le plus jeune buteur des Bleus. Le tout avec un geste acrobatique, dos au but et en pleine lucarne.
  10. Sobriquet. Grâce à ses performances remarquées, L’Équipe le surnomme régulièrement « Eduardo pieds d’argent » dans ses colonnes.
  11. Rêve. Depuis tout petit, Camavinga est fan des Bleus, à tel point qu’il revisionne régulièrement la finale de la Coupe du Monde 1998.
  12. Responsabilités. « Ce qui vient de nous arriver est tragique mais c’est toi qui va relever la famille » lui a dit son père après l’incendie de leur maison. Devin ?
  13. Éclectisme. Lors de sa formation, il a évolué en attaque et en défense centrale avant d’être replacé au milieu.
  14. Basileboliesque. À 17 ans et 341 jours, il est devenu le plus jeune joueur à franchir la barre des 50 matches en Ligue 1. Mieux qu’un certain Basile Boli.
  15. Intégration. À Rennes, c’est Steven Nzonzi qui l’a pris sous son aile et qui l’aide au quotidien à se dépasser.
  16. Idole. Eduardo Camavinga est un fan assumé de Cristiano Ronaldo, qui lui a remis son maillot lors du dernier France – Portugal.
  17. Précocité, bis. Dans sa musette des records, le moins glorieux est sûrement celui décroché le 24 octobre 2019. A cette date, il est devenu le plus jeune joueur de l’histoire à être expulsé en Ligue Europa.
  18. Lucidité. Après une première saison réussie en 2019-2020, il a choisi de rester à Rennes pour s’aguerrir une année supplémentaire avant de s’envoler vers un top club.

DS 0167

Deux mois après la disparition de Sébastien Desiage, l'arbitrage français est de nouveau en deuil. Le syndicat des arbitres d'élite (SAFE) vient d'annoncer le décès de Stéphane Moulin à l'âge de 57 ans.

Cet ancien arbitre international a arbitré plus de 300 matches au plus haut niveau en Ligue 1, Ligue 2 et avait notamment arbitré le trophée des Champions en 2000. Depuis 2012, il avait intégré le comité directeur de l’arbitrage au sein de la Fédération Française de Football.

DS 0166Eduardo Camavinga fête aujourd'hui ses 18 ans et on peut dire qu'il a déjà réalisé de grandes choses pour son jeune âge !

Tandis que Téléfoot continue à diffuser la Ligue 1 sans payer les droits, il semble désormais acquis que jamais Mediapro ne règlera la somme promise à la LFP.
DS 0165Le dossier Mediapro-Téléfoot est un vrai casse-tête pour le football français, et Vincent Labrune ne l’a pas caché ce week-end, l’attitude négative du groupe sino-espagnol n’incite pas à l’optimisme. Même si le patron de Ligue de Football Professionnel veut trouver une solution rapide dans le cadre de la procédure de conciliation lancée par le Tribunal de Commerce de Nanterre à la demande de Mediapro, tout semble indiquer que Jaume Roures ne paiera jamais la somme qu’il s’était engagé à régler lorsqu’il avait acheté les droits TV de la Ligue 1 et de la Ligue 2. Pour Arnaud Simon, ancien patron d’Eurosport France et désormais patron d’une société de conseil stratégique, il est clair que les clubs français peuvent dire adieu au rêve de toucher 1 milliard d’euros par an, personne n’étant désormais en mesure de débourser autant pour la L1.

Se confiant sur SoFoot, Arnaud Simon estime que la LFP a bien compris que la messe est dite et que le mirage Mediapro va disparaître. « C’est très rare, dans le business, que tu ne payes pas une erreur stratégique. Le choix Mediapro est très clairement une erreur stratégique, et il y aura des conséquences fâcheuses pour la ligue et les clubs. On peut trouver des solutions pour les compenser ou les diminuer, mais, quoi qu’il arrive, tu ne peux plus imaginer une Ligue 1 valorisée à un milliard d’euros, c’est terminé. Qu’il y ait ou pas l’arrivée des GAFA, d’Amazon ou d’Apple, peu importe, personne ne voudra parier sur des droits à un milliard après l’échec commercial de Mediapro. Les clubs doivent l’intégrer et réduire leur voilure, réduire leurs dépenses, leurs charges de fonctionnement, les salaires versés, les dépenses réalisées, etc », explique le spécialiste du sport et de la télévision.

Mi-septembre, le PSG apprenait une terrible nouvelle avec la rupture des ligaments croisés de Juan Bernat.
DS 0164Titulaire indiscutable du Paris Saint-Germain au poste de latéral gauche, le défenseur espagnol manque cruellement à Thomas Tuchel. Certes, le champion de France en titre compte deux autres joueurs à ce poste, à savoir Layvin Kurzawa et Mitchel Bakker. Mais pour l’heure, ni l’international français ni l’ancien joueur de l’Ajax Amsterdam ne parviennent à faire oublier Juan Bernat. Ainsi, il serait judicieux de recruter un latéral gauche lors du mercato hivernal. Mais comme cet été, les moyens seront limités pour Leonardo. Il faudra ainsi se creuser la tête et selon Don Balon, une piste totalement inattendue est étudiée par l’état-major du PSG.

Cette piste mène à un ancien joueur de Ligue 1, à savoir Ramy Bensebaini. Excellent depuis son départ de Rennes pour le Borussia Mönchengladbach, l’international algérien figure sur les tablettes de plusieurs clubs européens. A en croire le média espagnol, l’Atlético de Madrid et la Juventus Turin ont également coché le nom de l’ancien défenseur de Rennes, capable d’évoluer en défense centrale mais qui s’est spécialisé au poste de latéral gauche depuis de longs mois. De plus en plus à son aise en Bundesliga, Ramy Bensebaini ne sera toutefois pas bradé par le Borussia Mönchengladbach au mercato hivernal. Et pour cause, le média affirme que le club allemand souhaite au minimum récupérer 25 ME en cas de départ de l’ancien Rennais. Un tarif bien élevé pour le Paris Saint-Germain, qui s’est contenté de prêts avec option d’achat lors du mercato estival, et qui n’aura sans doute pas la volonté de faire des folies au mois de janvier…

Réservé cet été à la Ligue des champions de football, le huis clos s’étend désormais aux autres sports professionnels. Entre perte de légitimité du sportif et baisse de motivation, comment bien jouer devant des tribunes vides ?
DS 0163Un stade en fusion. Une bronca pas possible à chaque possession de l’équipe adverse. Des chants qui montent des tribunes et qui vous "mettent les poils". Un joueur au regard extatique qui se tourne vers les tribunes en se tapant le poing sur le cœur… Tout ça n’existe plus autour des terrains aujourd’hui. La faute à cet insupportable huis clos, mal nécessaire pour aller mieux, mais qui rend malade le sport professionnel en France.

"On joue pour jouer devant un stade plein"
"J’aime ça, les atmosphères qui se dégagent des matchs. J’en fais une force, je joue avec ça. Tout footballeur joue pour jouer dans un stade plein. Face à Monaco, s’il y a zéro spectateur, on ne gagne peut-être pas. Le football sans spectateur, c’est un crève-cœur", pointe le gardien du Stade Brestois Gautier Larsonneur.

À une semaine et demie de jouer un premier match à huis clos à La Rabine contre Perpignan, le pilier du Rugby Club de Vannes Blaise Dumas est tout aussi circonspect. "Ça nous chiffonne qu’il n’y ait pas notre public, c’est quand même notre 16e homme, qui sait nous pousser dans les moments durs pour nous et qui nous redonne le moral quand on a ces coups de mou".

Plus le héros qui entre dans l’arène
Ancien triathlète, préparateur mental pour l’équipe du Quimper Volley depuis sept saisons et pour celle de basket des Béliers de Kemper depuis cette année, Ronan Salaün détaille les conséquences imposées par le huis clos.

"Chaque sportif vit cette situation de façon différente, mais il y a quand même un aspect général que je peux ainsi résumer : sans public, le sport, qui est un très puissant secteur d’émotions, perd de son sens et le sportif sa légitimité car il n’assume plus son rôle de conducteur d’émotions, il n’est plus le héros qui entre dans l’arène pour faire plaisir à son public en jouant un rôle social important avec son environnement".

Baisse de motivation
Le corollaire immédiat, c’est la baisse de motivation. "J’ai clairement remarqué que la motivation était amenuisée chez les sportifs qui jouent à huis clos. Ils ne sont plus sublimés par leurs supporters et il n’y a plus de différence pour eux entre un match et un entraînement, voire une rencontre à l’extérieur", complète Ronan Salaün.

"Quand on voit le public arriver au fur et à mesure lors de l’échauffement, ça met en condition. Toute cette ambiance-là fait que tu te concentres pour offrir aux spectateurs un spectacle, ça motive forcément. C’est un inconvénient de n’avoir personne dans les tribunes, l’équipe à domicile peut moins se transcender", confirme la handballeuse du Brest BH Pauline Coatanéa. "Les joueuses ont besoin d’être portées, sublimées par des gens qui les soutiennent, l’ambiance fait partie d’une espèce de conditionnement chez les joueuses, même si elles sont professionnelles. Il y a un partage de l’émotion, c’est pour ça qu’on fait du sport", renchérit son entraîneur Laurent Bezeau.

Gautier Larsonneur a également remarqué que "l’aspect sensoriel joue beaucoup. Quand tu entends crier, applaudir, c’est important, ça met plus d’intensité".

Et sur un plan purement comptable, sans parler des recettes en moins et d’une perte sèche, une équipe qui se produit à domicile sans public aurait de moins bons résultats. "J’ai lu une étude sur le foot qui montre que les équipes à domicile à huis clos gagnent moins et produisent moins d’actions, moins de tirs cadrés moins de dribbles etc. Sans oublier le poids conscient ou inconscient des supporters sur le corps arbitral", livre Ronan Salaün.

Comment faire abstraction ?
Comment faire abstraction d’un tel contexte ? "Il faut se recentrer sur soi-même, s’accrocher à autre chose comme sa prestation personnelle et la cohésion collective", estime l’entraîneur du Quimper Volley Martin Hroch. Pour le premier match à huis clos que son équipe a disputé samedi dernier, il n’a d’ailleurs rien changé de particulier à la préparation de cette rencontre. "Ça n’a pas été dérangeant dans notre façon de jouer, mais c’est un élément à surveiller si ça le devient pour les joueuses".

Le rugbyman vannetais Blaise Dumas est raccord. "Pour notre match à huis clos du 19 novembre, on ne va pas changer notre mode de fonctionnement. Tout le monde sait ce qu’il a à faire sur un terrain. Ça reste particulier et ça fait bizarre mais ça ne change rien dans notre préparation. Il faut simplement se dire que c’est pour avoir des jours meilleurs avec nos supporters".

"Il faut être plus fort mentalement quand les supporters sont absents. Mais il n’y a rien de mieux qu’un public en feu pour faire basculer un match serré", avoue le basketteur des Béliers de Kemper Bathiste Tchouaffé.

Eduardo Camavinga était présent en conférence de presse ce mercredi, et a du répondre aux questions sur sa situation.
ds 0259Difficile d'éviter le sujet. Pour sa première conférence de presse, Eduardo Camavinga a forcément du balayer un bon nombre de sujets, en plus d'une vingtaine de minutes. Généreux dans ses réponses, mais forcément bien rodé à ce nouvel exercice, le milieu de terrain a notamment évoqué sa situation contractuelle. Sous contrat pour encore un an et demi, le joueur qui a fêté ses 18 ans récemment avait bien huilé son discours, et a évidemment voulu rester sobre.

"J’ai un contrat jusqu’en 2022. On aura le temps de reparler de tout ça. Prolonger ? On verra, c’est mon club formateur, j’aimerais bien." explique celui qui botte en touche lorsqu'on lui demande quel championnat il préfère regarder, ou quel club le fait rêver. "Je ne pourrais pas vous en citer un en particulier."

L'attaquant international ghanéen Asamoah Gyan a décidé de poursuivre sa carrière à Legon Cities, dans son pays natal.
DS 0162Libre depuis la fin de son bail au NorthEast United FC (Super League indienne) en janvier dernier, Asamoah Gyan a choisi de revenir aux sources. 17 ans après son départ, l’attaquant international ghanéen s’est officiellement engagé en faveur du club ghanéen de Legon Cities FC (ex-Wa All Stars FC) pour une durée d’un an ce dimanche. Un gros coup pour cette formation basée à Accra et modeste 15eme du dernier championnat.

"Je suis heureux de rejoindre ce club, qui a un projet pour l’avenir du football ghanéen", a écrit Gyan après sa signature. Passé par l’Udinese, Rennes ou Sunderland, le Black Star, meilleur buteur africain de l’histoire en Coupe du monde (6 buts), avait évolué par la suite à Al-Ain (Emirats arabes unis), au Shanghaï SIPG ou encore à Kayserispor lors de sa longue carrière.

En s’imposant dans le derby face au Stade Brestois 29 (2-1), samedi, lors de la 9e journée de Ligue 1 Uber Eats, le Stade Rennais F.C. a renoué avec la victoire après 3 matchs sans succès.
DS 0161Le Stade Rennais F.C. peut remercier sa charnière centrale. Menés contre le cours du jeu après un but de Franck Honorat, les Rouge et Noir s’en sont remis à l'efficacité de leurs deux défenseurs centraux pour retrouver le chemin de la victoire. Sur deux coups de pied arrêtés, le SRFC a finalement renversé le Stade Brestois 29, samedi, grâce à Damien Da Silva et Nayef Aguerd. Avec cette victoire, comptant pour la 9e journée de Ligue 1 Uber Eats, les Rennais reviennent provisoirement à la hauteur du PSG et du LOSC en tête. Ils ne s'étaient plus imposés depuis la 5e journée, le 26 septembre, à Saint-Etienne.

Les Rouge et Noir contrôlent le match en première période mais ne se montrent pas suffisamment dangereux pour tromper Larsonneur. Il faut attendre la 26e minute pour assister à la première grosse occasion de la rencontre. Hamari Traoré décale Del Castillo sur la droite. En une touche, l’attaquant rennais remet en retrait vers Terrier. La reprise sans contrôle de l’ancien Lyonnais est bien enroulée mais c’est la transversale qui renvoie le ballon (26e). Del Castillo tente sa chance à son tour juste avant la pause. Après avoir repiqué dans l’axe, l’ailier droit tire du pied gauche. Le ballon frôle le montant gauche de Larsonneur (44e).

Le duo Da Silva-Aguerd relance Rennes
Toujours aussi dominateurs après la mi-temps, les Rouge et Noir concèdent pourtant l’ouverture du score. Trouvé au second poteau sur une remise de la tête de Mounié, après une hésitation de la défense du SRFC, Franck Honorat réussit sa demi-volée et trompe Gomis (0-1, 57e). Piqués, les Rennais ont une belle réaction d’orgueil. Faussurier n’est pas loin de marquer contre son camp sur un centre mais le poteau sauve les Brestois (63e).

Les Finistériens ne peuvent finalement pas empêcher le retour des hommes de Julien Stéphan, portés par leur charnière centrale. Dans un premier temps, c’est Damien Da Silva qui égalise, de la tête, en reprenant un coup franc tiré sur la gauche par Del Castillo (1-1, 66e). Moins de cinq minutes plus tard, c’est au tour de l’autre défenseur central rennais, Nayef Aguerd, de s’illustrer. Sur un corner de Bourigeaud, l’international marocain catapulte le ballon au fond des filets et permet au SRFC de prendre les devants (2-1, 70e).

Da Silva-Aguerd, un duo de choc !

Les Brestois ont les occasions pour égaliser. Mais Le Douaron, à bout portant, manque de justesse technique pour mettre le ballon hors de portée d'Alfred Gomis (79e), alors que Perraud manque son tir en force, sur la gauche de la surface, et voit le ballon s’envoler (84e). Dans le camp d’en face, Gautier Larsonneur sort le grand jeu en envoyant sur sa transversale, d’une manchette, une tête de Guirassy sur corner (88e). Le score ne bouge plus et le Stade Rennais peut fêter sa première victoire depuis plus d’un mois.

La stat : Aucun défenseur n’a plus marqué que Damien Da Silva et Nayef Aguerd en Ligue 1 Uber Eats cette saison (3 buts chacun, à égalité avec Ismaël Traoré).

Mediapro ne suscite pas que des soucis aux seuls clubs de football et à la Ligue. Le diffuseur, qui est aussi producteur, impacte également les prestataires techniques français qui réalisent les rencontres.
DS 0160Pour eux aussi, la pilule passe difficilement. Ils sont dans l'ombre du grand barnum qu'est le Championnat de France de football. Mais en sont un rouage majeur. Les sociétés de services techniques françaises historiques, AMP Visual TV et Euromedia, produisent les matchs pour les détenteurs de droits, Canal+ (2 matches de Ligue 1 par journée) et beIN Sports (2 matches de Ligue 2 par journée) mais pas pour Mediapro qui retransmet tout le reste. Le nouveau diffuseur, au coeur d'une profonde crise après avoir refusé de payer à la Ligue l'échéance de droits télé du mois d'octobre (172 M€) - et qui, après s'être placé sous la protection du Tribunal de commerce de Nanterre, ne devrait pas non plus honorer l'échéance de décembre -, fait travailler ses propres équipes de production sans faire appel aux françaises, quitte à faire venir des moyens du Portugal, d'Espagne ou de Turquie. "Si le foot français trinque, les prestataires techniques ont déjà payé l'addition depuis que Mediapro diffuse les matchs, explique ainsi Gilles Sallé, le patron d'AMP Visual TV. Depuis cinq ans avec Euromedia, on produisait entre 80 et 100 % des rencontres, désormais on est à 20 % seulement."

Les deux entreprises françaises, qui travaillent sur les grands évènements sportifs planétaires (Coupe du monde et Championnat d'Europe de foot, Jeux Olympiques), ont gardé seulement les matches diffusés par Canal+ et beIN Sports en Ligue 1 et en Ligue 2. AMP Visual TV a donc perdu 8% de ses revenus, Euromedia près de 25%. "Le foot génère vingt-cinq millions d'euros de revenus chaque année aux industries techniques, on est plus ou moins dépendant du football, poursuit Gilles Sallé. Ce n'est pas négligeable. Nos capacités d'investissement afin de moderniser notre matériel dépendent en grande partie de cette activité. C'est ainsi que nous sommes parmi les plus reconnus au monde. Si cela continue, il en va de la souveraineté de la réalisation technique à la française." Outre le football, AMP Visual TV gère la captation de plusieurs grands évènements en France, notamment les cérémonies du 14 juillet, les 24 Heures du Mans, la cérémonie des César ou le Festival de Cannes pour lesquels elle doit sans cesse renouveler ses technologies. Actuellement, elle et Euromedia - cette dernière couvre aussi la captation d'événements comme le Grand Prix de Monaco ou les festivals des Francofolies et des Solidays - investissent des millions d'euros sur l'Ultra haute définition (UHD) et la technologie HDR qui rend l'image plus belle.

François-Charles Bideaux, co-directeur d'Euromedia, se dit aussi inquiet que Gilles Sallé et se montre particulièrement critique. "Avec Mediapro, il y a une dégradation de la qualité de la captation, car Mediapro utilise des moyens technologiques (caméras, car-régie, mélangeurs vidéo) vieillissants. Ils remplissent a minima le cahier des charges de production demandé par la Ligue, raconte l'ancien réalisateur vedette de Canal+ pendant des années. Il y a des défaillances, des problèmes de son... En Belgique, c'est pareil et les clubs se plaignent." Il pointe une autre problématique : "Mediapro change les bases sociales des travailleurs en appliquant ses méthodes dans les pays où elle a acquis la production. Un local ne travaillera pas tant qu'il n'acceptera pas les conditions du diffuseur espagnol (salaire, jours fériés...)." Pour les deux dirigeants, c'est toute l'industrie audiovisuelle française et l'écosystème lié au football qui sont menacés. Ils en appellent aux pouvoirs publics.

Mediapro réfute ces accusations. Elle nous a fait savoir que "contrairement à Canal+ qui n'est que diffuseur, Mediapro possède une division dédiée à la production qui travaille dans le monde entier et est présente en France depuis de plus de dix ans (elle était notamment le prestataire du dispositif technique de beIN Sports France entre 2012 et 2020). Euromedia travaille dans d'autres pays comme nous, poursuit-on chez le producteur-diffuseur sino-catalan. C'est nous qui avons produit le Final 8 de Ligue des champions pour l'UEFA à Lisbonne pour le monde entier ainsi que les trois finales européennes de la saison dernière. On peut comprendre que nos concurrents français soient mécontents d'avoir perdu des marchés mais nous aussi, parfois, on en perd." Au sujet des critiques portant sur les conditions de travail, là encore Mediapro les dément et annonce que "plus de 90 % des techniciens travaillant pour nous en France sont Français."

Tandis que le patron Canal+ a fait savoir qu'aucune folie ne sera faite pour éventuellement racheter les droits TV de la Ligue 1, du côté de la LFP on semble avoir tranché concernant Mediapro.
DS 0159Maxime Saada a jeté un pavé dans la mare en affirmant dans Les Echos que Canal+ n’était pas disposé à compenser financièrement une impossibilité totale de Mediapro de régler les droits TV de la Ligue 1 et de la Ligue 2, de quoi forcément faire passer un frisson dans le dos du football français. Même si cette position brutale doit être relativisée, dans la mesure où il est évident que la chaîne cryptée ne pourra pas tirer une balle dans le dos des clubs tricolores dont il diffuse déjà des matchs, la déclaration du patron de Canal+ a fait du bruit dans les coulisses de la Ligue 1. Pour l’instant, tout cela est cependant lié à la conciliation réclamée par Médiapro au Tribunal de commerce de Nanterre. Jaume Roures l’a confié la semaine passée en conférence de presse, il souhaite que la Ligue de Football Professionnel se mette avec lui autour de la table et négocie un prix au rabais pour la saison 2020-2021 en attendant des jours meilleurs.

Pour l’instant, la LFP reste totalement muette face à cette prise en otage par Mediapro et Téléfoot, la Ligue n’empêchant pas la chaîne de diffuser les matches de Ligue 1 et Ligue 2 qu’elle n’a pas payés. Mais selon Vincent Duluc, du côté de Vincent Labrune et de la Ligue de Football Professionnel le sort de Mediapro n’est pas loin d’être réglé. « D’après ce que je crois savoir et de ce que j'ai entendu, la Ligue n’a pas très envie que le conciliateur concilie. La LFP veut faire table rase, que ça pète avec Mediapro et de recommencer autre chose », explique le journaliste de L’Equipe qui est persuadé que la mission du conciliateur nommé par le tribunal de commercial n'aboutira pas à un accord.

Arrivé à Rennes lors du dernier mercato avec l’étiquette de joueur le plus cher de l’histoire du club, l’ailier belge de 18 ans n’a pas encore dévoilé toute l’étendue de son talent. Julien Stéphan, conscient des qualités et des progrès que Jérémy Doku doit réaliser, demande de la patience.
DS 0158Il est arrivé au Stade Rennais avec l’étiquette du plus gros transfert de l’histoire du club (26 millions + bonus à la revente). Du haut de ses 18 printemps, c’est la première fois que Jérémy Doku quitte son plat pays natal. Par le passé, son talent précoce avait déjà attiré les convoitises de clubs plus huppés. En 2017, Liverpool s’était notamment positionné. À l’époque, il avait préféré décliner ces avances.

Cette fois, quand Rennes a fait preuve de son intérêt, l’international belge (cinq sélections depuis le mois de septembre) n’a pas hésité longtemps. C’est allé très vite, retrace celui qui possède aussi la nationalité ghanéenne. J’ai été mis au courant une semaine avant mon arrivée. Le projet proposé m’a convaincu. À mon âge, j’ai besoin de jouer. Ce club m’a vraiment attiré. Je sentais que je pouvais franchir une nouvelle étape ici. Je ne voulais pas aller trop haut non plus. Rennes, c’est le club où je peux jouer, les autres clubs me voient et je participe à la Ligue des champions. C’est parfait, c’est magnifique. C’est vrai que j’ai eu des contacts avec des plus grands clubs. Mais ça ne m’intéressait pas.

Supersonique sur le terrain, Jérémy Doku préfère ne pas griller les étapes quand il s’agit de sa carrière. Après huit saisons au RCS Anderlecht où il a été formé et a paraphé son premier contrat pro à 16 ans, c’était le bon moment pour lui de se frotter à un championnat d’une autre envergure. Ça va très vite en Ligue 1, concède-t-il. Si tu ne marques pas, tu paies cash derrière. Dans les duels, c’est très dur aussi.

"Il faut être patient avec lui"
Débarqué dans les dernières heures du mercato, Jérémy Doku a connu une intégration atypique avec le SRFC. Juste après avoir signé son contrat de cinq saisons avec le club breton, il a rejoint sa sélection pour une campagne de trois matches internationaux (deux fois titulaires, une fois entré en cours de jeu). Il a connu sa première en Ligue 1 le 16 octobre dernier, à Dijon (2-2), où il est entré en fin de partie. Depuis, le nouveau numéro 18 de Rennes a pris part à une autre rencontre de championnat (Angers) et deux de Ligue des champions (Krasnodar et Séville).

Sa principale difficulté est d’arriver à une période où on ne s’entraîne plus (du fait de l’enchaînement des matches), précise Julien Stéphan. Pour tous ceux qui sont arrivés en fin de mercato, a fortiori lui qui est parti avec sa sélection très rapidement, ce n’est pas simple. Les matches vont s’enchaîner, les repères et les automatismes seront de mieux en mieux avec ses partenaires.

Jusqu’ici, le technicien breton l’a exclusivement utilisé dans le couloir droit. Mais il peut aussi évoluer sur le flanc gauche. Auteur de trois buts la saison passée avec Anderlecht, Jérémy Doku n’a pas encore trouvé le chemin des filets avec ses nouvelles couleurs. Pas de quoi inquiéter Julien Stéphan qui se montre satisfait des premiers pas de son nouvel atout offensif. Ce qui m’a plu, c’est qu’il est entré dans les rencontres sans dénaturer son style de jeu. C’est important. Il doit exprimer ses qualités : l’explosivité, le dribble et l’élimination. Il n’a pas été timide. Mais il faut être patient avec lui. Il a peu d’entraînements communs avec ses coéquipiers.

"Je dois être encore plus efficace"
L’entraîneur des Rouge et Noir en convient : Jérémy Doku doit encore travailler afin de donner la pleine mesure de son potentiel. Ce qui implique aussi une gestion particulière. Son profil explosif et musculeux requiert une attention particulière. Le Belge découvre aussi les semaines chargées avec des rencontres tous les trois jours. À l’unisson avec son entraîneur, il est conscient qu’il doit progresser. J’ai pu montrer ce que je suis capable de faire, mais je dois être encore plus efficace. Je suis venu pour marquer et délivrer des passes décisives. Je dois m’améliorer là-dessus.

Jérémy Doku doit maintenant passer de la parole aux actes. Le derby, face à un Stade Brestois timoré, est une belle occasion pour ouvrir son compteur buts avec les Rouge et Noir.

N’entrant pas dans les plans de Julien Stéphan au Stade Rennais, M’Baye Niang serait toujours sur le départ, et pourrait retrouver la Série A dès cet hiver.
DS 0157Recruté lors de l’été 2019 après une saison en prêt concluante, M’Baye Niang n’entre désormais plus dans les plans de Julien Stéphan au Stade Rennais malgré de bonnes performances la saison passée. Annoncé sur le départ cet été, le club breton et l’ASSE avaient trouvé un accord pour un prêt de M’Baye Niang cet été, mais l’opération est tombée à l’eau en raison des agents du joueur, qui se sont opposés au départ de l’international sénégalais.

De retour au Stade Rennais, M’Baye Niang avait affirmé être concentré sur un retour dans le onze de départ de Julien Stéphan malgré le recrutement de Serhou Guirassy. Toutefois, selon les informations de la Gazzetta Dello Sport, le buteur de 25 ans continuerait de pousser pour un retour en Série A, lui qui a déjà évolué sous les couleurs de l’AC Milan, du Torino et du Genoa. Le quotidien italien affirme également que le Genoa pourrait le récupérer lors du prochain mercato hivernal…

Maxime Saada s'est exprimé sur l'absence de paiement de Mediapro pour les droits TV de la Ligue 1.
DS 0156Dans un entretien accordé ce vendredi au quotidien Les Échos, le patron de Canal+, Maxime Saada, est revenu sur le défaut de paiement de Mediapro, le principal diffuseur de la Ligue 1 et de la Ligue 2, où il n'a pas manqué de critiquer la chaîne espagnole.

"La situation de Téléfoot n'a rien à voir avec la crise sanitaire. Depuis la reprise, les matches se sont joués. Il ne faudrait pas que cette situation d'absence de paiement des droits TV dure trop longtemps, cela risquerait d'abîmer l'image, la qualité, et in fine la valeur de la Ligue 1. Déjà, nous le voyons, les gens s'en détournent. On observe par ailleurs une véritable explosion du piratage depuis le lancement de Téléfoot…", a confié le boss de Canal+.

L'attaquant brésilien Luis Fabiano avait été recruté en grands pompes par le Stade Rennais à l'été 2000. Ce fut un échec total que le joueur impute à Christian Gourcuff, aujourd'hui à Nantes.
DS 0155Avant de devenir l'un des très bons clubs de Ligue 1, le Stade Rennais a pas mal vivoté. Il a souvent emprunté l'ascenseur entre l'élite et la L2 dans les années 80-90 avant de se stabiliser après l'arrivée aux commandes de la famille Pinault. Mais au début, cette dernière s'est dit qu'attirer des stars pourrait fonctionner. Elle a donc sorti le carnet de chèques, notamment à l'été 2000 pour attirer de nombreux talents, dont le Brésilien Luis Fabiano, qui fut un flop.

"Gourcuff n'a pas voulu m'aider"
Celui qui a ensuite rencontré le succès avec le FC Séville de 2005 à 2011 a accordé une longue interview à Ouest France dans laquelle il est revenu sur ses déboires sportifs en Bretagne. S'il a apprécié la vie en dehors, notamment les restaurants Hippopotamus, il a beaucoup aimé côtoyer Christian Gourcuff, qui a succédé à Paul Le Guen en 2001.
"Le Guen a été très important pour moi. Il me disait la vérité, il m’aidait beaucoup. Il connaissait mes qualités, savait que j’étais jeune, que j’avais une marge de progression. Il a vraiment été important pour moi. Gourcuff n’aimait pas mon profil, il n’a pas voulu m’aider et je suis donc rentré au Brésil (en prêt à Sao Paulo)." Les deux passages du technicien breton au Stade Rennais (2001/02 et 2016/17) furent aussi brefs que décevants.

DS 0154

Isidore Odorico ancien président du Stade Rennais Université Club (1931-38) est né un 30 octobre.

Son nom a été donné à la structure scolaire qui soutient le centre de formation du Stade rennais : l'École technique privée Odorico.

Programme TV

29/08 17h00
SRFC-MHSC
Ligue 1 - Journee : 2

13/09 15h00
Nîmes-SRFC
Ligue 1 - Journee : 3

19/09 21h00
SRFC-Monaco
Ligue 1 - Journee : 4

Partenaires

Articles

2 décembre 2020

Connexion

Tipeee

Tipeee

S.G.S.B.

SGSB

Tipeee

Tipeee

Hébergé par

Reglyss.bzh

Free Joomla templates by L.THEME