• ds_0373b.jpg
  • DS_0029.jpg
  • ds_0405.jpg
  • ds_0232.jpg
  • ds_0795.jpeg
  • ds_0413a.jpg
  • DS_0190.jpg
  • ds_0310.jpg
  • ds_0547.jpeg
  • ds_0370b.jpg
  • DS_0085.jpg
  • ds_0245.jpg
  • ds_0314.jpg
  • ds_0534.jpeg
  • DS_0154.jpg
  • DS_0119.jpg
  • ds_0476.jpg
  • ds_0288.jpg
  • ds_0493c.jpg
  • ds_0580d.png

Édouard Mendy, élu meilleur gardien du monde par la FIFA en 2021 et sacré champion d’Afrique avec le Sénégal il y a dix jours, vient de devenir champion du monde des clubs avec Chelsea. Il y a sept ans, le natif de Normandie, après un passage anonyme à Cherbourg, dans les championnats amateurs, était au chômage. Comment le destin hors normes de l’ancien Rennais a-t-il basculé vers la gloire ? Ses plus proches accompagnateurs dans la Manche racontent le début de l’histoire.
ds 0694
 
Champion du monde des clubs depuis le week-end dernier, et champion d’Europe. Champion d’Afrique. Élu meilleur gardien du monde par la FIFA en 2021. Même en rêve, le conseiller Pôle emploi d’Édouard Mendy, croisé au Havre il y a sept ans, n’aurait pas pu dénicher meilleur boulot pour le gardien aujourd’hui âgé de 29 ans.
 
« Il a été touché par la grâce ! » Ted Lavie en rigole. Cet ancien coéquipier et ami proche de Mendy à l’AS Cherbourg, lors de la saison 2012-2013, à une époque où le club manchois naviguait en National, était parti au Stade Bordelais, quand le portier sénégalais né en Normandie s’était retrouvé au chômage.
 
À deux doigts de devenir vendeur dans le prêt-à-porter
C’était l’été 2014. Cherbourg est rétrogradé administrativement en DH. Le contrat fédéral de Mendy est coupé. Son agent lui fait miroiter une porte de sortie en League One (3e division anglaise), puis arrête de répondre à ses messages.
 
Le natif de Montivilliers, dans la banlieue du Havre, retourne dans sa ville, auprès de sa famille et de ses cousins. Le HAC, qui l’avait congédié de son centre de formation en 2005, avant que Mendy ne traîne ses gants six ans durant dans le petit club des Municipaux du Havre (DH), lui permet de s’entretenir avec son équipe réserve.
 
Il passe huit mois au chômage, et Pôle emploi ne sait que lui proposer. « Il était beaucoup préoccupé par la naissance imminente de sa fille, il cherchait des solutions financières », se rappelle Ted Lavie.
 
Mendy a un Bac pro commerce. Un ami au Havre lui propose de devenir vendeur dans une boutique de vêtements. « En avril 2015, il était tout près d’abandonner le foot », raconte le président de Cherbourg Gérard Gohel. Mendy refuse une offre du club de Fleury-Mérogis en CFA, pour 900 euros par mois. « Je lui avais déconseillé et proposé de revenir à Cherbourg. Deux semaines plus tard, il était mis en relation avec l’OM. » La providence, sous la forme d’un coup de fil de Ted Lavie.
 
"J’espère que tu as de la batterie, et que là où tu es, tu captes !"
L’histoire est connue, mais les détails ne manquent pas de sel. « Je connais bien Dominique Bernatowicz depuis que je suis gamin, j’avais intégré le centre de formation de Bordeaux grâce à lui, raconte Lavie, ancien défenseur. Dominique était parti ensuite à l’OM, en tant qu’entraîneur des gardiens. On s’appelait régulièrement pour prendre des nouvelles. Un jour, il me dit qu’il cherche un gardien assez grand, mais qui va vite au sol. Je lui dis : ne bouge pas, j’ai ce qu’il te faut ! Crois-moi, celui que je vais t’envoyer, c’est un monstre ! Je raccroche. J’appelle Édouard. Je lui demande s’il continue de s’entretenir avec Le Havre. Je lui dis : tu vas recevoir un appel de quelqu’un, j’espère que tu as de la batterie et que là où tu es, tu captes ! Il me dit ok. Je rappelle Dominique. Je lui donne le numéro d’Edouard. Deux ou trois jours après, il était à Marseille pour faire son essai. »
 
Des virées entre potes au McDo ou au resto chinois. Des parties de Playstation lors des longues soirées d’hiver. Une visite l’été dernier, auprès des jeunes du club. « Deux semaines avant la finale de la Ligue des champions, fin mai, il m’avait téléphoné pour prendre des nouvelles, rembobine Gohel. Il me racontait être totalement noyé par tout ce qui lui arrivait ! Et il m’avait promis que sa première visite après la finale, ce serait à Cherbourg. »
 
Des essais avortés, 317 000 euros pour l’AS Cherbourg
Abdoul Kader Diabaté, qui défend toujours les couloirs du club manchois, dans le dur en championnat N3, abonde. « Édouard sait d’où il vient. Les galères, c’est ce qui lui a permis de devenir grand. Il a beaucoup appris ici pour arriver là où il est aujourd’hui. » En héritage, il y a ces 317 000 euros perçus par Cherbourg, au titre du mécanisme de solidarité pour un club formateur dans le cadre d’un transfert international, grâce à la vente par Rennes de Mendy à Chelsea pour 30 millions d’euros à l’été 2020.
 
Il reste, aussi, l’image d’un grand échalas « qui prenait déjà presque toute la cage » (Lavie), à la relance au pied encore approximative. Mendy était arrivé dans le Nord-Cotentin en 2011 comme 3e gardien, après un essai avorté à… Rennes. « Avant sa dernière saison à Cherbourg, pareil, il avait fait un essai à Istres, alors en Ligue 2, qui n’avait pas abouti », raconte Jérôme Le Moigne, son entraîneur des gardiens à l’époque.
 
Mendy fut remplaçant de Simon Lugier en National. Puis titulaire plus régulier en CFA, lors de sa dernière saison en 2013-2014. « Cela s’était un peu compliqué sur la fin, on encaissait des buts, on perdait des matches, et Nicolas Radovic lui avait pris la place, se souvient Abdoul Kader Diabaté. Cela ne l’empêchait pas de garder la banane, d’être ambianceur dans le groupe. C’était surtout un très gros bosseur. C’est son mental qui m’impressionnait le plus, avec sa grosse voix ! »
 
« Quelque part, son histoire peut faire mal à la jeune génération »
Ted Lavie : « A Cherbourg au début, c’était l’un des plus jeunes, il était un peu introverti, il parlait peu malgré son gros caractère. Là, quand je le vois à Chelsea, avec le Sénégal… Il mène les troupes, il s’impose. C’est sur sa prestance qu’il a le plus progressé. »
 
Jérôme Le Moigne se rappelle aussi des exercices de finition à l’entraînement. « Édouard ne refusait jamais le duel. Sur un ballon centré, non seulement il ne reculait jamais, mais au contraire, il s’avançait un mètre de plus que les autres. »
 
Mendy est devenu un modèle, malgré lui. « Quelque part, dit Le Moigne, son histoire peut faire mal à la jeune génération, car des joueurs non conservés dans les centres de formation, qui n’ont pas le niveau, vont entendre leur agent leur dire : « Regarde Mendy, il est passé par le chômage et il est à Chelsea… » Je ne doutais pas qu’Edouard puisse vivre du foot, en championnat national ou avec des contrats fédéraux. Mais de là à aller jusque-là… »
 
Gérard Gohel, pour finir : « Son évolution est très étonnante, entre réussite et humilité. Il fait partie des exceptions. Il m’a dit qu’il essayerait de revenir à Cherbourg si Chelsea rencontre le PSG en Ligue des champions. » Le chemin passera d’abord par Lille en 8e de finale, match aller dans une semaine à Londres.

Formé au Stade rennais, c’est en tant qu’éducateur que Cédric Vanoukia y est revenu, après une carrière pleine d’épreuves à laquelle l’ancien défenseur a dû mettre un terme pour problèmes cardiaques. Aujourd’hui en charge des U17, l’homme de 39 ans se sert de son vécu pour accompagner les jeunes du centre de formation. Entretien avec un passionné, avant tout.

ds 0693

Comment le Stade rennais est entré dans ta vie ?

Je suis Rennais, né à Rennes à la clinique de la Sagesse. La première fois au stade de la route de Lorient, mon père m’a emmené j’avais 7 ans. C’était un grand fan de foot. On avait gagné et j’avais perdu ma chaussure dans la foule, ça m’est resté. Mes parents ont déménagé en Guadeloupe, je jouais au foot (à l’Intrépide de Sainte-Anne, ndlr) et en continuant de progresser là-bas, en intégrant la sélection de la Guadeloupe ou en revenant en France, à chaque fois pour moi c’était Rennes. Quand je suis revenu en France, ma mère a appelé le Stade rennais. Elle a eu Philippe Bizeul, et lui a dit que j’étais capitaine de la sélection de la Guadeloupe, que j’avais des qualités et qu’elle voulait pour ma progression trouver le meilleur club. Philippe Bizeul lui a dit de me faire venir sur des entrainements U15, et qu’il prendrait une décision. Philippe m’a accepté, et mon histoire a commencé ici en étant demi-pensionnaire, en sports études au collège Jean Moulin. J’avais des retards sur le plan technique et tactique, mais j’avais une grosse volonté d’apprendre et de progresser. A la fin de cette saison, j’ai rattrapé ce retard et j’ai pu intégrer le centre de formation.

Ensuite tu as a connu une belle progression…

J’ai continué, j’ai été capitaine de l’équipe de France U16, U17, U18 jusqu’aux U19. Ici j’ai eu Philippe Bizeul en U15, et Landry Chauvin en U17. De U17, j’ai sauté en réserve, et suis devenu capitaine, avec Bertrand Marchand. J’ai intégré par la suite le groupe pro de Paul Le Guen, et quand il s’est fait virer, je n’ai pas signé mon contrat pro. Ça m’a fait mal et je suis rentré un peu en conflit avec le manager général de l’époque, Gérard Lefillatre. J’ai choisi d’être prêté à Brest.

L’histoire s’arrête à ce moment-là avec le Stade rennais. Comment s’est déroulée la suite de ta carrière ?

Je suis resté 3 ans à Brest, on est montés en Ligue 2. Je restais attaché à Rennes, à mes coéquipiers notamment Etienne Didot, Sébastien Puygrenier, Steven Pelé, Makhtar N’Diaye, Gaël Danic. J’ai pris une grosse claque de partir, je ne l’ai pas bien digéré. Je pars ensuite à Cannes et les blessures ont commencé à arriver. Au moment où je me remets, je dois partir aux Etats-Unis, et entretemps je suis sélectionné avec la Guadeloupe. Je me blesse avec eux (fracture de la mâchoire), et je reviens à Rennes. Je n’ai pas de club, et pour me remettre dans le bain, je signe à la Vitréenne, en CFA. Je m’engage ensuite avec l’US Quevilly, où j’ai croisé deux fois la route du Stade rennais.

Quels souvenirs gardes-tu de ta formation au Stade rennais ?

C’était une formation d’élite, de qualité déjà à cette époque. Notre outil de travail n’était pas aussi développé qu’aujourd’hui. J’y ai tout connu, je retiens un sentiment de puissance, très positif, où tout me réussissait parce que je travaillais. Le Stade rennais m’a permis de franchir des étapes, et de passer d’un garçon sortant de la Guadeloupe à un des meilleurs de sa génération ayant intégré le groupe pro. Ça me fait penser à Jeanuel Belocian, mais il a beaucoup plus de qualités que j’en avais. Ici on m’a donné une formation de qualité, on m’a permis de progresser, de gagner en confiance. On m’a aussi structuré sur le plan scolaire et social car j’habitais le quartier, au Blosne avec toutes les tentations et mauvaises fréquentations qu’il y a. Si je n’avais pas connu le Stade rennais, je ne sais pas où je serais aujourd’hui. J’ai beaucoup de potes de quartier qui ont dévié.

Tu as vécu l’arrivée de François Pinault au club. As-tu observé un changement immédiat ?

J’étais jeune, et j’ai joué avec les recrues Fabiano, Turdo, Severino Lucas. On commençait à intégrer les jeunes comme Makhtar N’Diaye, Cyril Yapi, Gaël Danic, Jean-Félix Dorothée. Anthony Réveillère était là aussi. Quand Monsieur Pinault est arrivé, les jeunes ont commencé à signer de plus en plus. C’est l’image que j’en retiens.

Tu as ensuite dû quitter le club. Comment digérer ça, combien de temps faut-il ?

Jusqu’à ce que je revienne ici en éducateur, je crois. Toute ma carrière ça m’a suivi. Grand espoir, j’aurais pu faire une autre carrière que celle que j’ai faite. A chaque fois je me suis blessé, ou le cheminement a été le même, comme à Brest lorsqu’on monte en Ligue 2. A chaque fois j’ai revécu les mêmes situations sauf quand j’ai été dans le monde amateur. C’est à Quevilly que j’ai vécu mes plus belles émotions footballistiques, là il y a eu un lâché prise. Mes rêves de carrière professionnelle, j’avais fait une croix dessus. Mais jusque là, il y avait un goût d’inachevé, car j’avais le potentiel.

Comment est-ce qu’on continue à jouer au foot en ayant enterré ses rêves ?

Parce que je suis passionné, car je me dis que j’ai fait des erreurs et qu’il faut les assumer, ne pas rejeter la faute sur les autres. Il y a eu une remise en question, et c’est pour ça que je suis là aujourd’hui, que je dois conseiller les garçons pour qu’ils ne fassent pas les mêmes erreurs que j’ai pu faire, qu’ils soient accompagnés du mieux possible pour atteindre leur rêve. Mais ça demande du travail et là je suis intransigeant.

Tu as par la suite rejoint Quevilly et affronté le Stade rennais en coupe de France, deux fois (2010 et 2012, deux éliminations du SRFC). Comment as-tu vécu ça ?

J’ai pu revoir beaucoup de monde. Au tirage, j’ai sauté. J’étais encore plus content que mes partenaires, on tirait une Ligue 1, et en plus mon club formateur. C’est assez paradoxal. Tu te dis que tu dois faire un bon match, pour rappeler au club que j’existe. Dire que j’ai été formé chez vous, et que je reste un bon joueur. Ce n’est pas un match comme les autres. C’est comme un derby, mais encore plus décuplé car c’est ton club formateur. Après c’étaient des épopées, l’émotion qu’il y a pour les clubs, on ne se rend pas compte, il faut vraiment le vivre.

"MA VIE A BASCULÉ"

En 2014, tu es contraint de mettre un terme à ta carrière à 32 ans, pour troubles cardiaques. Peux-tu nous raconter ces mois difficiles ?

Ça a commencé à Quevilly. Lors de tests médicaux à l’hôpital en avant-saison en 2010 (à 28 ans, nldr), mon électro-cardiogramme n’est pas normal. Le doc découvre une myocardite à l’IRM cardiaque, et me dit qu’il ne peut pas valider mon contrat. Je prends une grosse claque. J’appelle le doc du Stade rennais, Karl Chaory, qui me reçoit. On a refait des examens et il s’est avéré qu’une fois où j’étais malade, des résidus de virus se sont déposés sur mon myocarde. Mais je n’avais pas de troubles sur le terrain, rien. Ils ne voulaient pas me valider car il y avait un risque. En même temps, j’ai au téléphone mon ami Franck Ribéry qui voit que je ne vais pas bien. Je lui explique et il me dit de venir en Allemagne, qu’en repartant je saurai si je peux jouer ou non. J’ai été à Munich une semaine passer une batterie de tests au Bayern. Eux m’ont dit que c’était bon. J’ai dû faire traduire les documents qui étaient en allemand, et le Professeur Carré m’a donné l’autorisation. Les problèmes sont arrivés à mes 31 ans. A Noël, j’ai une angine blanche, et je fait une tachycardie. J’ai eu des troubles sur le terrain où j’ai continué à jouer, et j’ai pris des risques, étant ignorant. Mon coeur a été enregistré à plus de 300 sur le terrain. Arrêt de carrière. A partir du moment où on a su ce que j’avais, ma vie a basculé. J’ai commencé à être anxieux, les émotions ont fait que les tachycardies démarraient toutes seules, sans l’effort. Je me suis fait opéré, on m’a posé un holter. J’ai ensuite retrouvé une vie normale, j’ai passé mes diplômes et je suis revenu au Stade rennais, où Yannick Menu et Laurent Huard m’ont accepté.

Est-ce que tu comprends par exemple que Christian Eriksen ait choisi de re-signer dans un club (Brentford) après avoir connu des problèmes cardiaques lui aussi ?

J’étais un joueur de National mais grâce à mon réseau j’ai eu la chance d’être extrêmement bien accompagné. Eriksen est un grand joueur international, avec une équipe puissante autour de lui. J’ose espérer que les spécialistes autour de lui sont compétents et aient mis les conditions pour qu’il ne lui arrive rien. J’ai vécu ça il y a dix ans, la technologie a avancé également. Il y a dix ans, on ne l’aurait peut-être autorisé à reprendre.

Tu comprends qu’on puisse prendre ce genre de risques pour rejouer ?

Oui, car j’ai pris des risques aussi. Nous sommes des passionnés. En tant que footballeur, on se dit qu’on est tellement forts. Athlétiquement on arrive à faire des choses extraordinaires, on se dit que nous, il ne nous arrivera rien. A chaque fois qu’on se blesse, la seule chose qui nous intéresse est de revenir le plus vite possible sur le terrain. Avec le recul je ne prends pas de risques. Mais au moment où on m’a dit stop, j’ai cherché par tous les moyens à rejouer. Il fallait passer à autre chose, et ça a été difficile. Mais j’aurais fait comme lui, parce que j’ai pris des risques.

Est-ce qu’on sensibilise assez les joueurs sur ces problèmes ?

Le Professeur Carré justement, est sur un programme de mort subite du sportif. Avec Laurent Huard et d’autres personnalités on essaye de mettre en place des choses pour sensibiliser. Ça peut arriver à monsieur tout le monde. Aujourd’hui je ne prendrais pas de risques, la vie est beaucoup plus importante. Ici quand les garçons ont de la fièvre, pas de séance pendant 48h. Il y a un protocole. Avant, peut-être qu’on l’aurait autorisé. C’est l’intégrité physique des garçons, on n’est pas là pour les mettre en danger.

"LE PARCOURS QU’ILS FONT À VÉLO POUR VENIR, JE L’AI FAIT À PIED"

Tu es aujourd’hui en charge des U17. Arrives-tu à retrouver la même passion que lorsque tu étais joueur ?

Oui, mais différemment. Quand on est joueurs on est nombriliste, c’est notre performance individuelle avant tout. Là, il y a tellement de choses à penser. Il faut créer un climat de confiance, d’apprentissage. Tout ça avant, franchement, je m’en fichais. Là, on doit prendre en compte les émotions des garçons, comment faire pour qu’ils progressent. La passion est là, mais tu la vis différemment. En réalité je la retrouve le week-end sur les matchs. L’adrénaline est là, je ne peux pas la dépenser comme quand j’étais joueur, mais à travers les garçons, les enchainements travaillés en séance qu’on retrouve en match. Je me retrouve en tant que joueur. Même s’ils ne font pas tout bien, les intentions sont bonnes. Le cardiaque monte un peu, je retrouve des sensations (sourires).

Quels sont vos objectifs avec les U17 ?

Il ne faut pas oublier que ce sont des garçons qui arrivent au club. Ils arrivent d’endroits différents, donc il s’agit de leur donner l’identité du club. On a un projet de jeu, un cadre, les bases, avec la même identité de jeu. Après quand ils iront en U19, il faut qu’ils aient des repères communs. On doit aussi former des hommes, avec un cadre de vie pour que les garçons puissent avoir un comportement en adéquation avec les valeurs du club. On les connait, elles sont affichées partout. Parfois ce n’est pas facile pour certains, livrés à eux-mêmes chez eux. Vivre dans un projet collectif, en collectivité. Il faut leur donner outils pour donner un sens à leur projet. Ce n’est pas seulement dire, « ça y est je suis arrivé au Stade rennais ». Non. Qu’es-tu venu faire ici ? Quel est ton objectif ? Ça, mentalement sur une saison, c’est dur de le maintenir. Le travail augmente, l’intensité, la concurrence. Ils faisaient parti des meilleurs dans leurs clubs, ils arrivent ici, il y a autant de bons joueurs qu’eux. Ce n’est pas facile pour des joueurs de 15 ans. C’est pour ça qu’on met des choses en place comme des visites de la ville, de la Bretagne. Pour que des Adrien Truffert, Lorenz Assignon, Warmed Omari, quand ils vont chez les pros, le coach puisse être content de leur comportement, de la qualité de la formation. On met des activités en place, on crée des binômes pour que les joueurs se connaissent, pour créer de la cohésion et qu’on ne soit pas simplement centré sur soi. C’est à travers le collectif que le joueur va grandir. Notre objectif, c’est de donner un maximum de chances aux garçons d’atteindre leurs objectifs, pour qu’ils soient performants avec l’équipe professionnelle.

C’est également important d’avoir des anciens du club au sein des éducateurs ?

C’est une chance. Dans le groupe U17, il y a Aurélien Montaroup également, on a été formés au Stade rennais. Le parcours qu’ils font à vélo pour venir ici (du centre jusqu’à la Piverdière, ndlr), je l’ai fait à pied. Les messages ont une plus grande résonance. Ça je l’ai vécu, je l’ai fait avant eux. J’ai revu des professeurs, je sais la charge de travail qu’ils endurent avec la scolarité. Le trajet, je l’ai vécu avant eux. On s’accroche. Les demi-pensionnaires qui se lèvent, je l’ai fait aussi. Je prenais mon bus d’Italie pour venir ici. C’est dire, par contre qu’est-ce que tu veux faire ? Quels moyens tu te donnes pour atteindre tes objectifs et progresser ? Moi je mettrai 100% de mon énergie pour t’accompagner. Par contre il faut respecter le cadre. Je serai toujours là pour toi, tu vas faire des erreurs, ne t’inquiète pas. Par contre il ne faut pas les répéter.

Le foot a également beaucoup changé. Aujourd’hui les jeunes sont accompagnés beaucoup plus tôt, ils percent plus tôt.

Oui, ils sont repérés plus tôt, l’entourage peut être néfaste, les garçons sont beaucoup plus portés sur l’écran et vivent par mimétisme. La coordination est moins développée. Quand on était jeunes, on sautait partout en bas du quartier, maintenant ils ont une coordination des pouces beaucoup plus développée. Mais je trouve que la passion est là. Il faut leur donner un sens. Pendant les séances, il faut de l’émulation.

Est-ce qu’ils ne sont pas plus compliqués à gérer, que toi et ta génération à ton époque ?

Franchement je n’étais pas simple. A l’époque c’était compliqué pour Landry Chauvin et Philippe Bizeul. Il y avait de fortes têtes. J’étais jeune, je venais de quartier, j’avais un égo, des convictions. Ça chauffait, aux entraînements c’était compliqué, il fallait faire sa place. On avait les crocs. Là ils sont quand même assez gentils entre eux. C’est bien car l’ambiance de travail est bonne, mais un match de Ligue 1 ce n’est pas gentil. Il y a des contacts, de l’engagement, de l’agressivité, du vice. On sait que dans la mentalité, on doit les amener à avoir un petit surplus de caractère, peut-être.

Dans un entretien accordé à So Foot, Georginio Rutter est revenu sur son départ du Stade rennais il y a un an, pour Hoffenheim.

ds 0692

"Les pensées des entraîneurs, je ne peux pas vraiment les expliquer. Ça aurait pu être vrai ce que le coach Stéphan a dit, mais l’herbe est finalement plus verte à Hoffenheim ! On me fait plus confiance ici qu’à Rennes, je joue beaucoup plus, même si ma période là-bas était un peu plus courte." explique l’attaquant auteur de 6 buts et 5 passes décisives cette saison.

"Le projet de Hoffenheim me plaisait plus que ce que me proposait Rennes, et je devais faire un choix parce que j’étais en fin de contrat. Soit ils me mettaient au placard, soit je signais, soit je partais en janvier. J’ai pris cette décision, qui a été acceptée par le club. Je n’ai aucune dent contre eux, j’ai toujours des amis qui jouent là-bas et je leur ai dit que je leur souhaite le meilleur. C’est du passé désormais, je n’ai aucun regret."

ds 0691

Prêté toute cette seconde partie de saison au Havre, Matthis Abline était ce soir titulaire face à Bastia, et a inscrit son premier but, pour son troisième match avec le club havrais. Impliqué sur le premier penalty obtenu par le HAC, l’attaquant du Stade rennais a inscrit le second, à la 17e minute. Le Havre s’est par la suite incliné 2-4 sur son terrain face aux Corses.

La lutte contre le piratage audiovisuel, plus couramment appelé le streaming, pourrait évoluer dans les prochaines semaines en France.

ds 0690

Et pour cause, l’UEFA a dévoilé à quelques heures du match entre le PSG et le Real Madrid en 8es de finale de la Ligue des Champions que Canal + et BeInSports avaient obtenu via une ordonnance du tribunal judiciaire de Paris l'obligation pour les fournisseurs d'accès à internet français de « bloquer l'accès aux sites web frauduleux, qui mettent à disposition des flux illégaux et non autorisés de matches de Ligue des champions ». Une décision qui s’inscrit dans le cadre législatif de lutte contre le streaming et qui va permettre aux diffuseurs du football en France d’obtenir plus rapidement le blocage des sites de streaming.

La lutte contre le streaming s'intensifie

Une décision qui fait le bonheur de BeInSports. « beIN Sports poursuit sa lutte contre le piratage aux côtés des ayants droit, des diffuseurs officiels et de l'ARCOM. Cette succession d'actions et de mesures de blocage prises par les FAI (fournisseurs d'accès à internet) va rapidement réduire significativement l'accès vers des sites frauduleux, moins de deux mois après l'entrée en vigueur de la loi » s’est félicitée Caroline Guenneteau, directrice juridique adjointe du groupe BeInSports.

L’UEFA a par ailleurs annoncé que deux sociétés anti-piratage avaient été nommés par l’instance européenne pour aider les diffuseurs à lutter contre le streaming. « Ils fournissent des services de détection, de surveillance et d'application liés au contenu piraté en direct et non en direct mis à disposition sur les plateformes de médias sociaux couramment utilisées et sur toutes les plateformes et services Internet, tels que les sites web, les services IPTV, le P2P et les applications non autorisées » a fait savoir l’instance européenne qui, comme les diffuseurs officiels, a tout intérêt à bloquer au maximum les sites de streaming pendant les matchs de Ligue des Champions, d’Europa League et d’Europa Conférence League.

A 21 ans, Warmed Omari connaît sa première vraie saison avec le groupe professionnel au Stade Rennais. Le défenseur central sort d'une excellente prestation face au PSG, et s'impose comme un joueur incontournable cette saison. Un début de carrière construit patiemment par le jeune joueur.

ds 0689

Révélation de la saison au Stade Rennais, Warmed Omari a brillé vendredi soir au Parc des Princes, malgré la défaite 1-0 du Stade Rennais. Ce n'est pas la première performance majuscule du jeune défenseur central de 21 ans, qui découvre la Ligue 1 cette saison. Avant de se révéler, Warmed Omari a du franchir les étapes une par une, sans se frustrer.

Un parcours construit pas à pas
Lorsqu'il intègre le Stade Rennais et son équipe U15, après avoir joué à la TA Rennes, Warmed Omari est alors sous les ordres de Romain Ferrier, qui se souvient des premiers pas du jeune homme dans son équipe : "C'était un garçon que l'on ne voyait pas la semaine, parce qu'il était au pôle espoirs de Ploufragan, et on ne le retrouvait que sur les week-ends en compétition. Au départ, le contact n'était pas évident, parce que c'est un garçon qui est très réservé, qui avait un rapport à l'adulte assez méfiant. On devait comprendre comment fonctionnait le joueur mais surtout l'homme qui se construit. L'idée au départ ça a été de créer un contact, et de savoir quelle clef d'accès il fallait pour accéder au jeune homme. C'est un garçon qui avait un fort caractère, mais qui ne savait pas comment l'exprimer. Le jeune joueur avait déjà de bonnes qualités techniques et une très bonne vision de jeu."

Landry Chauvin, qui retrouve la direction du centre de formation rennais en février 2015, avant de la quitter en 2019, se remémore le jeune Warmed Omari : "En 2015, il est au pôle espoirs de Ploufragan, il a déjà un accord de non-sollicitation avec le Stade Rennais. Il est dans la promo des Tattevin, Isidor, Picouleau, je parle des Rennais notamment, qui gagnent tout. Ils se baladaient, ils jouaient super bien au ballon, c'était avec Romain Ferrier. En 2015/2016, il y a 20 joueurs nés en 2000 qui intègrent le centre, ce qui est énorme. Quand on fait le bilan, six-sept ans après, qui reste de cette génération en équipe première ? Il n'en reste que deux : Warmed Omari et Lorenz Assignon. C'est une vraie leçon pour les formateurs : chacun a son parcours. A l'époque, personne n'aurait imaginé que ces deux garçons seraient toujours au club sept ans après, et en équipe première. Ils ont maturé un peu plus longuement que les autres." Une maturité "tardive" mais qui ne doit pas faire oublier que le parcours précoce d'un Eduardo Camavinga n'est pas la norme.

S'il y a un éducateur qui vous dit aujourd'hui qu'il était sûr que Warmed Omari deviendrait le joueur qu'il est aujourd'hui, le gars ment un peu, franchement. Landry Chauvin

Landry Chauvin ne cache pas son étonnement devant le niveau de jeu affiché aujourd'hui par Warmed Omari :"Là où il a vraiment progressé, c'est dans la gestion des émotions. Il avait des qualités, mais il avait beaucoup d'irrégularité dans ses performances, parce qu'il était capable de sortir de ses matchs, soit parce qu'il considérait une décision arbitrale comme une injustice, soit parce qu'il n'avait pas fait un bon choix et ça perturbait le reste de son match derrière. Mais le parcours de Warmed est beau dans la mesure où rien n'a été facile pour lui, parce qu'il est allé tout chercher. Il n'a pas signé pro direct, il est passé par la cage stagiaire. Comme un Danzé ou un Lemoine, on ne lui a proposé qu'un an au début. A un moment on s'est même demandés avec Julien Stéphan s'il était vraiment un défenseur central, on l'a même essayé en six ou en latéral." Le sélectionneur de l'équipe de France U19 va plus loin : "Je vais être honnête : _s'il y a un éducateur qui vous dit aujourd'hui qu'il était sûr que Warmed Omari deviendrait le joueur qu'il est aujourd'hui, le gars ment un peu, franchement_. Je n'ai jamais entendu un éducateur le dire, sinon on lui aurait proposé directement un contrat pro. Je suis agréablement surpris, bien évidemment. Je mentirais si je disais l'inverse. (...) Et si le Stade Rennais pense que Warmed va atteindre ce niveau-là, je pense qu'il ne prennent pas Loïc Badé pour le montant qui a été annoncé."

Romain Ferrier, qui entraîne aujourd'hui les U19 de Bordeaux, abonde : "C'est sûr qu'on savait que ce n'était pas le garçon, par rapport à certains de sa génération (Warmed Omari est né le 23 avril 2000, NDLR) voire des générations suivantes, qui allait arriver tout de suite. Je partage l'avis de Landry, mais c'est aussi un parcours de formation que peuvent avoir les jeunes joueurs. On sent qu'il y a un potentiel, après c'est que fait-on, nous formateurs, pour l'accompagner, pour gommer les choses parasites et qu'il comprenne certaines choses ? Sans se jeter des fleurs, ça a été plutôt bien fait."

Un entourage sain
Si le parcours de Warmed Omari est aussi exemplaire, c'est également parce que l'entourage du joueur semble sain. Contrairement à certains très jeunes joueurs et leurs représentants, parfois impatients, Omari n'a jamais rien réclamé.

"La structure qui l'accompagne a mis des choses en place autour de lui pour qu'il se sente de mieux en mieux, explique Romain Ferrier. C'est l'exemple même de bons conseillers : ils l'ont encadré, ils ont pris le temps, ils ont été patients avec lui."

Landry Chauvin : "Quelques fois sa maman apprenait au cours des réunions son emploi du temps, quelle équipe on avait joué le week-end... Il a suivi une scolarité exemplaire, il a tout eu du premier coup, il a eu un bac +2 au sein de l'ETP Odorico. C'est un garçon qui a eu la tête sur les épaules au niveau scolaire, et il en récolte simplement les fruits aujourd'hui. Je pense que le fait que la plupart de ses copains quittent le club au fur et à mesure lui a permis lui de s'ouvrir beaucoup plus qu'il ne l'était auparavant."

"Il n'a pas voulu griller les étapes, il a accepté ce que le club lui proposait. C'était un deal gagnant-gagnant pour toutes les parties. C'est un garçon qui a besoin de repères autour de lui pour bien s'exprimer : le Stade Rennais et la ville de Rennes le lui ont offert", dit encore Landry Chauvin. Warmed Omari a d'ailleurs prolongé son contrat avec Rennes en décembre, il est désormais Rouge et Noir jusqu'en 2026.

Un exemple pour les générations futures ?
Warmed Omari fait partie des nombreux joueurs de talent nés en 2000 et en 2001 à être passés par le Stade Rennais. Si Yann Gboho est toujours son contrat avec Rennes, Lucas Da Cunha, Alexis Trouillet, Sofiane Diop, Wilson Isidor ou encore Mathis Picouleau ont déjà quitté le club. Son exemple doit-il servir pour les prochaines générations de rennais talentueux au centre de formation ? Landry Chauvin nuance : "Quand on propose contrat pro direct à Diop et Isidor parce qu'ils sont en équipe de France, qu'ils sont les plus performants de leur génération, c'est complètement logique, c'est leur parcours à l'instant T. C'est l'entourage, surtout. Pour Warmed, je pense que lui se sent bien à Rennes, et que c'est un élément déterminant. S'il y avait eu quelque chose à côté dans sa vie rennaise qui l'avait "embêté", je pense qu'il y a longtemps qu'il serait parti. Lui a besoin de repères."

Pour Landry Chauvin, l'exemple de Warmed Omari est une belle leçon pour les éducateurs : "Pour moi, s'il y a une chose à retenir, c'est pour nous les formateurs : il ne faut pas porter de jugement hâtif. Malheureusement de plus en plus les dirigeants nous demandent des jugements hâtifs, parce que les jeunes représentent un potentiel d'avenir pour le club. Et on est obligés de se prononcer."

Romain Ferrier : "C'est un peu la fable de La Fontaine du Lièvre et de la Tortue : aujourd'hui les jeunes générations veulent beaucoup de choses très vite. Et lui a été un peu plus patient. Mais il savait aussi qu'il avait quelques manques et que ça allait lui demander du temps. Et il n'a pas été parasité, il savait où il voulait aller. Il a cru aussi au projet du club et des personnes qui l'entouraient. Après c'est chacun son parcours. Et on voit que la précocité ne fait pas la durée non plus."

Et c'est justement la prochaine étape pour Warmed Omari : réussir à performer au haut niveau dans la durée. Le défenseur central est sur la bonne voie, reste à confirmer les belles promesses de cette première saison en Ligue 1.

​Jeanuel Belocian, Désiré Doué et Mathys Tel ont été retenus pour participer au prochain rassemblement de l’équipe de France U17, avec deux matches amicaux face au Danemark le 22 et le 25 février à Clairefontaine.
 
ds 0687
Lionel Rouxel, sélectionneur de l’équipe de France des moins de 17 ans (U17) a dévoilé la liste de 23 joueurs appelés à participer à un rassemblement à Clairefontaine, du 20 au 25 février 2022. Trois joueurs du Stade Rennais y figurent : le défenseur Jeanuel Belocian, le milieu de terrain Désiré Doué et l’attaquant Mathys Tel, tous les trois nés en 2005. Deux matches amicaux sont au programme des Bleuets durant ce stage, face au Danemark mardi 22 et vendredi 25 février.
 
Depuis août 2021, Jeanuel Belocian compte déjà neuf sélections avec les U17 Désiré Doué sept (plus trois buts). Quant à Mathys Tel, il a déjà participé à six matches internationaux avec les U18 et a inscrit cinq buts.

Titulaire indiscutable la saison dernière malgré un rendement décevant sur le plan comptable, Jérémy Doku vit un calvaire cette saison, blessé à de nombreuses reprises.

ds 0686

On ne reverra pas Jérémy Doku avant le mois de mars. C’est en filigrane ce que Bruno Genesio laissait entendre lors de la dernière conférence de presse d’avant-match, vendredi. « Jérémy Doku est en progrès et devrait réintégrer le groupe après le match de Montpellier (27 février) normalement. » expliquait le coach, annonçant de facto un retour du joueur 3 semaines après cette prise de parole. Une nouvelle déception lorsqu’on sait que le technicien avait déjà annoncé cette même indisponibilité de 3 semaines… deux semaines plus tôt. Revenu en début d’année 2022, le Belge était absent lors d’un amical face à Lorient le 29 janvier. On ne l’a depuis pas revu, et son absence de « 3 semaines » se transforme donc en absence de 5 semaines. Motif ? Un problème aux ischios, encore.

Lorsqu’on se refait la saison du Diable Rouge, il y a de quoi être frustré. Ces fameux ischios l’ont fait souffrir dès le 22 août, et l’obligeaient à sortir en plein derby face à Nantes. Bilan, une absence jusque début octobre où tous attendaient son retour… avant qu’une blessure au genou ne s’ajoute à son malheur. En tout, c’est une absence de 3 mois que l’attaquant a dû encaisser, ce qui, petit lot de consolation, lui a permis de travailler son pied gauche, celui avec lequel il trouvait le chemin des filets face à Lorient (28 novembre) puis Nancy (2 janvier). Ses deux seuls buts de la saison, qui ajoutés à ses deux seuls buts de la saison dernière, complètent un bilan comptable décevant depuis son arrivée en octobre 2020, pour 26 millions d’euros. Attendu début mars, Doku devra être prudent au moment de refouler la pelouse, pour un éviter un énième accroc. Il restera à Rennes à ce moment moins de 3 mois de compétition.

Retour début Mars ?
On ressasse souvent le prix d’un transfert au moment de juger un joueur. S’il faut évidemment nuancer le propos lorsque cela concerne un jeune prometteur de 18 ans alors, il s’agit de ne pas occulter cet élément non plus. Jérémy Doku (19 ans aujourd’hui) est toujours le plus gros transfert du Stade rennais, et cette saison de la confirmation tournant au vinaigre inquiète. En cause, Doku n’affiche que 12 apparitions cette saison, pour 6 titularisations. Comptablement, sa présence a été bénéfique (2 buts, une passe décisive), presque autant que pour sa première saison (2 buts, 3 passes décisives). Sur le plan du temps de jeu, le titulaire de l’exercice 2020-2021 (31 titularisations en 37 matchs, 2808 minutes) est logiquement en retard (12 apparitions, 564 minutes).

La force de Jérémy Doku réside en ce qu’il est capable d’amener sur le terrain. Si niveau statistiques le bilan n’est pas bon (4 buts et 5 passes décisives en 3372 minutes avec le Stade rennais), la présence sur le pré du Belge est souvent bénéfique pour Rennes. Problème, alors qu’on l’attend de retour en mars, sauf si nouvel accroc, Doku aura raté presque l’intégralité de la saison pour des blessures trop récurrentes. Touché aux ischios un mois avant sa signature au SRFC, c’est la troisième fois en un an et demi que l’attaquant est touché dans cette zone. Ajoutez à cela son pépin au genou, et le travail invisible tant loué au club prend du plomb dans l’aile. Hors du terrain, Doku a également perdu ses acolytes Eduardo Camavinga et Brandon Soppy, partis au mercato estival. Quand on sait que la première année à Rennes du jeune joueur a été rythmée par les confinements successifs, on imagine une adaptation toujours compliquée à son environnement cette saison.

Le constat est lui factuel, Jérémy Doku est encore et toujours attendu cette saison par les supporters du Stade rennais. La réalité d’une saison rattrape vite les optimistes gardant l’espoir que son retour fasse pencher la balance d’un SRFC en quête de résultats, et de qualification européenne en 2022 : avec 564 minutes au compteur cette saison, Doku n’a pour le moment presque pas pesé sur la saison du Stade rennais, et tout miser sur un joueur autant touché par les pépins physiques cette saison ne peut être rationnel.

Rennes a longtemps cru conserver son invincibilité face au PSG cette saison. Finalement battus 1-0 par Paris, Bruno Genesio et son capitaine Hamari Traoré n’ont pu dissimuler leur déception en conférence de presse d’après-match.

ds 0680

Bruno Genesio et ses joueurs ont failli tenir en échec le PSG, mais les Rennais se sont inclinés (1-0) sur un but inscrit dans le temps additionnel par Kylian Mbappé, coutumier du fait. Un scénario difficile à avaler pour le technicien : « Nous sommes une équipe en apprentissage, mais nous devons progresser plus vite, parce que ce n'est pas la première fois. C'est dommage parce que nous avions fait 94 minutes de haut niveau et gâchons un peu tout. Nous nous laissons un peu griser, un peu emballer par la physionomie du match et nos occasions de marquer. Ça n'arrive qu'à nous, c'est vraiment rageant, ça doit nous faire grandir. Nous avons été sanctionnés parce que c’est une grande équipe et de grands joueurs en face. »

Le capitaine breton, Hamari Traoré, s’est lui dit « déçu du résultat. Je pense que nous avons été très bien défensivement. Et offensivement, il y a des situations que nous aurions pu mieux gérer. Donc oui, nous sommes déçus. » Tout comme son entraîneur l’était également pour son groupe : « Je suis très déçu pour les joueurs, nous avons fait beaucoup d'efforts pour bien défendre, difficile d'avoir la lucidité pour faire mieux que ce que nous avons fait, offensivement. »``

Pour Genesio, tout était pourtant réuni pour conserver le point du nul : « À la mi-temps, j'ai mis l'accent sur les ballons que nous pouvions davantage valoriser. J'avais l'impression que nous étions un peu en dedans, timides là-dessus, et c'est ce que nous avons bien mieux fait en début de seconde période et en fin de match. C'est peut-être ce qui nous a grisés. C'est surtout, encore une fois, un problème d'immaturité. Nous devons être capables, dans ces moments-là, de rappeler des joueurs, pour garder un équilibre, voire garder le ballon, ne pas prendre un risque inconsidéré à ce moment du match. » Traoré s’accorde avec son entraîneur sur ce point. « Je suis d’accord avec lui, parce que sur l’action nous devons mieux gérer l’attaque, prendre l’information… Car nous savons que quand nous attaquons, Kylian (Mbappé), Messi restent derrière. Il a raison, mais si l’action aboutit à un but, nous n’aurions pas parlé comme ça. »

Une naïveté sanctionnée
Le latéral droit de l’actuel cinquième de Ligue 1 est ensuite revenu sur le déroulé de l’action du but parisien : « Nous avons un contre, Serhou (Guirassy) met le ballon à Lorenz (Assignon). J’essaie de lui proposer une solution, je fixe et je la mets à Jonas (Martin). Après, je pense que nous devons faire mieux derrière. Enfin, nous devons mieux gérer l’attaque d’abord. Et puis, Paris, il ne leur en faut pas beaucoup marquer un but. Au Parc, à l’extérieur, nous ne devons jamais prendre un contre comme ça. »

Pour autant, ce but tardif n’est pas dû à une saute de concentration selon lui : « Nous avons été très sérieux défensivement, nous avons su garder les ballons dans notre camp et dans le leur avec un peu de possession. Mais nous devons mieux gérer l’équilibre de l’équipe. Il y avait la solution devant, nous essayons de marquer et nous le payons. Certes, ça nous est arrivé quelques fois cette saison, mais il faut le gommer rapidement. Là, nous avons très mal géré cette dernière situation. » De quoi nourrir des regrets après un match aller remporté 2-0 avec maîtrise par Rennes.

La courte défaite face au PSG vendredi (1-0) a eu les conséquences attendues : la 5e place du Stade Rennais ne tient plus qu’à un fil et le podium s’éloigne inexorablement.
ds 0679

Dans ce championnat un peu fou cette saison, chaque victoire ou défaite peut avoir des conséquences rapides au classement, faisant grimper ou glisser une équipe. En perdant face au PSG vendredi soir, sur un but à la dernière minute de Kylian Mbappé, le Stade Rennais se savait menacé et les résultats de la 24e journée n’ont fait que le confirmer.

S’il est toujours accroché à la 5e place qualificative pour l’Europe, le SRFC est désormais à égalité avec Monaco et Lyon à 37 points et plus près de la onzième place de Montpellier (34 pts) que de la quatrième détenue par Strasbourg (41 pts). En perdant un match sur deux depuis quelque temps déjà, les joueurs de Bruno Genesio peuvent même être heureux d’être toujours sur une place européenne.

Faire le plein à domicile

« Sincèrement, je ne me focalise pas sur le classement. Si on fait de belles prestations et qu’on gagne des matches, on sera récompensés, confie Hamari Traoré, le capitaine rennais. Pour l’instant, il reste encore beaucoup de matches, on n’est qu’en février. On fera les comptes à la fin. » S’il est vrai que le classement est encore difficilement lisible, la dynamique des Rouge et Noir n’est pas bonne, avec seulement six points pris sur les dix-huit derniers distribués.

Si on regarde de plus près les statistiques, les Rennais prennent 1,54 point par match en moyenne. C’est plus que la saison passée (1,52 après 38 journées), mais avec déjà neuf défaites (douze l’an passé), le droit à l’erreur est de moins en moins possible. Sans tomber dans des calculs d’apothicaire, le schéma est simple : il va falloir que les joueurs de Bruno Genesio réalisent une série positive s’ils veulent être dans leurs objectifs en fin de saison.

D’ici à fin mai, ils vont notamment recevoir Troyes, Angers, Metz, Lorient et Saint-Étienne, cinq équipes de deuxième partie de tableau. À l’inverse, ils iront à Montpellier, Lyon, Nice, Strasbourg, Nantes et Lille, que des concurrents pour les six premières places. On peut considérer que la réussite de la fin de saison rennaise va passer par deux axes : faire le plein au Roazhon Park face aux mal classés ce qui est le cas depuis le début de saison (8 victoires en 12 matches à domicile, 3e de Ligue 1) et aller faire quelques coups à l’extérieur.

Dans le jeu, les quatre derniers matches incitent à l’optimisme, mais il faut désormais gommer les erreurs chroniques qui polluent la saison rennaise jusqu’ici. « Ça fait partie des matches qui doivent nous faire progresser, mais on doit progresser plus vite », a lancé Genesio après Paris, conscient qu’une cinquième qualification européenne de suite est loin d’être acquise. La qualité de jeu ne suffit pas.

Sans trop briller face à une équipe rennaise plus solide que conquérante, le Paris Saint-Germain s'est imposé grâce à un nouveau pion de Kylian Mbappé dans le temps additionnel (1-0), prenant ainsi sa revanche après la défaite subie à Rennes à l'aller. Le PSG peut désormais se tourner vers la réception du Real Madrid mardi prochain.

ds 0678

À quatre jours du retour de la Ligue des champions au Parc des Princes avec la réception attendue du Real Madrid, le Paris Saint-Germain a pris une revanche sur Rennes (1-0), seule équipe à avoir fait tomber le leader incontesté du championnat de France cette saison. Sans briller puisqu'il a fallu attendre le temps additionnel pour assister au premier tir cadré des gars de Pochettino, une nouvelle fois sauvés par Kylian Mbappé, qui ne sera décidément pas de trop pour rivaliser avec le Real dans la cour des très grands.

Silence et banderoles
Il n’y avait pas besoin de hausser la voix pour commenter le match avec son voisin en première période, le virage Auteuil ayant décidé de faire la grève des encouragements pour manifester son mécontentement. Beaucoup de silence en tribunes, où de multiples banderoles contestataires ont fleuri à partir de la 30e minute de jeu, et un Paris Saint-Germain en quête de certitudes sur le terrain avec Mbappé, Messi et aussi Simons, titulaire pour la première fois en Ligue 1. Mais ce sont des Rennais bien organisés et très disciplinés qui ont été les premiers à se montrer dangereux. Terrier et Laborde ont mal joué le coup pour commencer, avant que Bourigeaud ne manque sa reprise et Santamaria son coup de tête. Pour fissurer le bloc breton, Paris a misé sur de longues séquences de possession, sans beaucoup de succès malgré la bonne volonté de Simons. Il a finalement fallu attendre les traditionnelles accélérations de Mbappé pour mettre le bazar sur le côté gauche. Après un enroulé non cadré, le champion du monde a profité d’une mauvaise relance d’Omari pour trouver le poteau d’Alemdar, bien heureux de voir Meling repousser la tentative de Simons dans la foulée. Messi, discret et très bas sur le terrain, s'est contenté d'un tir contré avant les citrons entre deux derniers messages pour Leonardo, Hamraoui et compagnie du côté d'Auteuil.

Mbappé, comme d'habitude
Le retour des joueurs sur la pelouse et des chants dans la tribune populaire n'a pas changé la face d'une rencontre plus verrouillée que spectaculaire. Le bloc rennais parfois trop bas et le déchet technique des hommes de Genesio n'ont pas aidé les visiteurs à donner le tournis aux Parisiens comme à l'aller. En mal d'efficacité, Rennes aurait pourtant pu prendre les devants grâce à une occasion de Santamaria dès les premières secondes du deuxième acte et sans les interventions bien senties de Verratti dans les pieds de Terrier et Laborde aux abords de la surface. De son côté, le PSG s'est longtemps cassé les dents sur le mur rouge et noir, dirigé d'une main de maître par l'impérial Omari, 21 ans et toujours aussi bluffant. Une solidité pas suffisante pour empêcher Mbappé de manger Aguerd, éliminer Alemdar et faire rugir le Parc pour un but finalement refusé pour un très léger hors-jeu mesuré à l'équerre et au rapporteur à la vidéo.

Si le champion du monde avait manqué deux belles occasions un peu plus tôt, il n'a pas été aidé par les entrants Di María et Wijnaldum pour apporter de la folie dans les rangs parisiens. Pour un peu d'électricité, il a fallu se rabattre sur les petites embrouilles Majer-Paredes et Verratti-Sulemana, puis attendre le temps additionnel et une énorme erreur de Martin, laissant le champ libre aux locaux et à Mbappé de marquer sur le premier et seul tir cadré du match pour le PSG (1-0, 90e+3). Cruel pour Rennes, trop naïf sur la fin et crucifié par la bande de Pochettino qui peut se tourner vers la seule chose qui compte dans la vie du club parisien : la Ligue des champions et la réception du Real Madrid la semaine prochaine.

PSG (4-3-3) : Navas - Hakimi (Kehrer, 83e), Marquinhos, Kimpembe, Bernat (Mendes, 83e) - Paredes (Icardi, 83e), Verratti, Draxler (Di María, 66e) - Messi, Mbappé, Simons (Wijnaldum, 66e). Entraîneur : Mauricio Pochettino.

Rennes (4-4-2) : Alemdar - Traoré, Omari, Aguerd, Meling - Bourigeaud (Sulemana, 80e), Santamaria, Martin, Majer (Truffert, 86e) - Terrier (Assignon, 90e), Laborde (Guirassy, 80e). Entraîneur : Bruno Genesio.

Initialement programmé pour être intégré dans la rotation cette saison, le défenseur du Stade Rennais, Warmed Omari, a réussi à s'imposer comme un titulaire indiscutable à Rennes. En effet, le joueur formé au SRFC a été titularisé à 17 reprises cette saison en Ligue 1, reléguant sur le banc Loïc Badé, arrivé l'été dernier en provenance du RC Lens pour 17 millions d'euros hors bonus.

ds 0677

Auteur d'un très bon match face au PSG malgré la défaite en toute fin de match du Stade Rennais, Warmed Omari confirme de semaine en semaine sa montée en puissance. Une prestation saluée par l'entraîneur du SRFC, Bruno Genesio.

"Il confirme de match en match et je ne suis pas surpris par ce qu'il fait. Depuis le début de saison, on dit qu'il surprend, qu'il confirme mais il s'entraîne bien, il est sérieux. Ce soir, il a été énorme et très bon dans les sorties de balles", a déclaré Genesio. 

Warmed Omari observé par des clubs anglais et allemand
Des prestations de Warmed Omari qui commencent à faire écho dans toute l'Europe. D'après nos informations, des recruteurs de clubs anglais et allemands étaient dans les tribunes du Parc des Princes pour notamment obserer le jeune défenseur de 21 ans du Stade Rennais.

Sous contrat jusqu'en 2026 à Rennes, Omari est estimé à 3.5 millions d'euros par le site Transfermarkt. Néanmoins ce montant est très loin de ce que pourrait éventuellement réclamer le SRFC pour son défenseur. Sans trop s'avancer, on peut légitiment tabler sur au minimum 20M€. Mais même à ce tarif il n'est pas certain que le Stade Rennais soit vendeur.

Les « papys jardiniers » ont reçu leur avis d’expulsion, mais la résistance contre l’extension du Stade rennais se poursuit autour du collectif de la Prévalaye.
ds 0676

Les jardiniers de la Prévalaye devraient obtenir de nouvelles parcelles début mars, à 1,5 km de leurs jardins actuels. 

De la résignation. C’est ce que ressent la petite dizaine de « papys jardiniers » qui louent des parcelles en bail précaire à la Ville, route de Sainte-Foix, sur le site prévu pour l’extension du centre d’entraînement du Stade rennais. En sursis depuis plusieurs mois, ils ont reçu leur avis d’expulsion en décembre. Ils devront quitter les lieux d’ici fin mars. Hasard ou coïncidence, c’est lors du conseil municipal du 14 mars que devrait être voté le permis de construire portant sur une surface de 3,5 ha (contre 8 prévus initialement), avance Anthony, membre du collectif de sauvegarde de la Prévalaye.

On aurait bien voulu rester ici. La terre y est excellente
À la place de ces jardins partagés ? Un parking et un terrain de foot à cinq, selon les plans de l’avant-projet du Stade rennais présenté en avril dernier. Mais les papys ne relèguent pas tout de suite leur bêche au placard. Interpellé par le collectif lors du conseil municipal du 17 janvier, Didier Chapellon, adjoint délégué à la biodiversité, l’assure, tout est fait pour « reloger » les jardiniers : « Les travaux de préparation de nouveaux jardins (à 1,5 km du site actuel, NDLR) commencent cette semaine. Nous souhaitons qu’ils soient prêts début mars afin de de permettre aux jardiniers de cultiver leurs nouvelles parcelles au bon moment ». Une solution acceptée faute de mieux. « On aurait bien voulu rester ici. La terre y est excellente, regrette Marcel. Il faut qu’on déplante, qu’on replante, qu’on déménage l’outillage et les cabanes ». Ils devraient toutefois être aidés, pour l’aspect logistique, par la Ville.

Un timing « étrange »
Une fin heureuse pour les papys, qui laisse toutefois le sentiment aux membres du collectif qu’ils quittent le navire. « Les jardiniers n’étaient pas dans le collectif et ne voyaient que leur pré carré de jardin, pas les enjeux à moyen ou long terme », regrette Anthony. Un choc culturel, en somme, face à un collectif qui se positionne, sous le modèle des zad, en « jardin à défendre » et qui regroupe des associations très engagées comme Extinction rébellion et Alternatiba.

Mais c’est surtout le manque de communication de cette municipalité « sociale-écologiste » que le collectif pointe du doigt. « Ce qui me choque, c’est qu’on apprend des choses sans être informés par les élus alors qu’on fait partie du comité de gestion (avec d’autres associations et des représentants de la Ville, NDLR). On a appris pour les avis d’expulsion en discutant avec les jardiniers et nous avons pris connaissance des visuels du projet de l’architecte NeM par la presse mi-janvier ». Une manière un peu cavalière de présenter le projet d’extension, qui a même étonné Nathalie Appéré, maire de Rennes, qualifiant le timing de l’architecte « d’étrange ». Néanmoins, pas de quoi surprendre Anthony : « À chaque fois que l’on apprend quelque chose, c’est toujours de manière indirecte ». Les papys jardiniers eux-mêmes, n’avaient appris leur départ que par… un journaliste du Mensuel de Rennes.

Après la défaite du Stade rennais à Paris, Bruno Genesio est passé sur le plateau de Prime Video.

ds 0703

"On avait parlé de marquage préventif, surtout face à cette d’équipe. C’est encore plus rageant quand ça se produit dans les arrêts de jeu. Je pense qu’on avait plutôt tout bien fait jusqu’alors, voire même on aurait dû faire mieux offensivement, je pense qu’on a eu des situations qu’on aurait dû mieux optimiser. C’est vraiment rageant de repartir sans le point du match nul, sur une erreur comme ça, d’immaturité, de gamin."

"C’est ce que je leur ai dit à la mi-temps, de doser davantage. On avait des situations où on pouvait encore conserver le ballon, pousser nos actions un peu plus loin, et on sent qu’on s’est débarrassés un peu trop vite du ballon sur certaines situations de contre, où on aurait pu leur faire davantage mal. En deuxième mi-temps ça a été un peu mieux même si on n’a pas réussi à marquer. Puis il y a ce fait de jeu en fin de match qui nous coute très très cher. C’est toujours important de prendre un point ici, c’était dans la continuité du match de Brest. Après je n’ai pas grand chose à leur reprocher sur l’ensemble du match, on a fait beaucoup d’efforts. Ce n’est pas facile de défendre comme on l’a fait face à cette équipe. (…) On est une équipe encore jeune, en apprentissage, et je pense que ce sont des matchs qui vont nous faire grandir aussi."

Ce vendredi soir, face au Paris SG (1-0, 24e journée de Ligue 1), Warmed Omari (19 ans) a disputé son 20e match de la saison en L1, réalisant une prestation de grande qualité contre une opposition très relevée. Bruno Genesio, remonté contre son équipe au regard du scénario de la rencontre, n'a pas manqué de saluer son jeune et talentueux défenseur central en conférence de presse d'après-match.

ds 0695

 «Depuis le début de saison, on dit qu’il surprend. Il confirme de match en match, il s’entraîne bien, sérieux et il a les qualités. Ce soir, il a été énorme défensivement, ce qui est important pour un central, et aussi très bon dans les sorties de balle», a expliqué le technicien rennais. Le jeune homme appréciera sans doute.

Recherche

Calendrier

Lun Mar Mer Jeu Ven Sam Dim
1
2
3
4
5
6
7
8
9
10
11
12
13
14
15
16
17
18
19
20
21
22
23
24
25
26
27
28
29
30
31

Partenaires

Articles

15 mars 2022

Connexion

Tipeee

Tipeee

S.G.S.B.

SGSB

Cantine de Mumbly

Cantine

Hébergé par

Reglyss.bzh

© 1996 - 2022 www.StadeRennais.Net
© 2022 Da'Squad - L'actu du Stade Rennais

Free Joomla templates by L.THEME