• DS_0038.jpg
  • ds_0265.jpg
  • DS_0099.jpg
  • ds_0438a.png
  • pr_0004.jpg
  • ds_0380.jpg
  • DS_0112d.jpg
  • ds_0408.jpg
  • ds_0551.jpeg
  • ds_0521.jpg
  • ds_0555.jpeg
  • ds_0428.jpg
  • ds_0793.jpeg
  • ds_0399.jpg
  • ds_0763.jpeg
  • ds_0400.jpg
  • ds_0714.jpeg
  • ds_0500.jpg
  • ds_0767.jpeg
  • ds_0592.jpeg

Les prestataires techniques français, autres victimes de l'arrivée de Mediapro

Mediapro ne suscite pas que des soucis aux seuls clubs de football et à la Ligue. Le diffuseur, qui est aussi producteur, impacte également les prestataires techniques français qui réalisent les rencontres.
DS 0160Pour eux aussi, la pilule passe difficilement. Ils sont dans l'ombre du grand barnum qu'est le Championnat de France de football. Mais en sont un rouage majeur. Les sociétés de services techniques françaises historiques, AMP Visual TV et Euromedia, produisent les matchs pour les détenteurs de droits, Canal+ (2 matches de Ligue 1 par journée) et beIN Sports (2 matches de Ligue 2 par journée) mais pas pour Mediapro qui retransmet tout le reste. Le nouveau diffuseur, au coeur d'une profonde crise après avoir refusé de payer à la Ligue l'échéance de droits télé du mois d'octobre (172 M€) - et qui, après s'être placé sous la protection du Tribunal de commerce de Nanterre, ne devrait pas non plus honorer l'échéance de décembre -, fait travailler ses propres équipes de production sans faire appel aux françaises, quitte à faire venir des moyens du Portugal, d'Espagne ou de Turquie. "Si le foot français trinque, les prestataires techniques ont déjà payé l'addition depuis que Mediapro diffuse les matchs, explique ainsi Gilles Sallé, le patron d'AMP Visual TV. Depuis cinq ans avec Euromedia, on produisait entre 80 et 100 % des rencontres, désormais on est à 20 % seulement."

Les deux entreprises françaises, qui travaillent sur les grands évènements sportifs planétaires (Coupe du monde et Championnat d'Europe de foot, Jeux Olympiques), ont gardé seulement les matches diffusés par Canal+ et beIN Sports en Ligue 1 et en Ligue 2. AMP Visual TV a donc perdu 8% de ses revenus, Euromedia près de 25%. "Le foot génère vingt-cinq millions d'euros de revenus chaque année aux industries techniques, on est plus ou moins dépendant du football, poursuit Gilles Sallé. Ce n'est pas négligeable. Nos capacités d'investissement afin de moderniser notre matériel dépendent en grande partie de cette activité. C'est ainsi que nous sommes parmi les plus reconnus au monde. Si cela continue, il en va de la souveraineté de la réalisation technique à la française." Outre le football, AMP Visual TV gère la captation de plusieurs grands évènements en France, notamment les cérémonies du 14 juillet, les 24 Heures du Mans, la cérémonie des César ou le Festival de Cannes pour lesquels elle doit sans cesse renouveler ses technologies. Actuellement, elle et Euromedia - cette dernière couvre aussi la captation d'événements comme le Grand Prix de Monaco ou les festivals des Francofolies et des Solidays - investissent des millions d'euros sur l'Ultra haute définition (UHD) et la technologie HDR qui rend l'image plus belle.

François-Charles Bideaux, co-directeur d'Euromedia, se dit aussi inquiet que Gilles Sallé et se montre particulièrement critique. "Avec Mediapro, il y a une dégradation de la qualité de la captation, car Mediapro utilise des moyens technologiques (caméras, car-régie, mélangeurs vidéo) vieillissants. Ils remplissent a minima le cahier des charges de production demandé par la Ligue, raconte l'ancien réalisateur vedette de Canal+ pendant des années. Il y a des défaillances, des problèmes de son... En Belgique, c'est pareil et les clubs se plaignent." Il pointe une autre problématique : "Mediapro change les bases sociales des travailleurs en appliquant ses méthodes dans les pays où elle a acquis la production. Un local ne travaillera pas tant qu'il n'acceptera pas les conditions du diffuseur espagnol (salaire, jours fériés...)." Pour les deux dirigeants, c'est toute l'industrie audiovisuelle française et l'écosystème lié au football qui sont menacés. Ils en appellent aux pouvoirs publics.

Mediapro réfute ces accusations. Elle nous a fait savoir que "contrairement à Canal+ qui n'est que diffuseur, Mediapro possède une division dédiée à la production qui travaille dans le monde entier et est présente en France depuis de plus de dix ans (elle était notamment le prestataire du dispositif technique de beIN Sports France entre 2012 et 2020). Euromedia travaille dans d'autres pays comme nous, poursuit-on chez le producteur-diffuseur sino-catalan. C'est nous qui avons produit le Final 8 de Ligue des champions pour l'UEFA à Lisbonne pour le monde entier ainsi que les trois finales européennes de la saison dernière. On peut comprendre que nos concurrents français soient mécontents d'avoir perdu des marchés mais nous aussi, parfois, on en perd." Au sujet des critiques portant sur les conditions de travail, là encore Mediapro les dément et annonce que "plus de 90 % des techniciens travaillant pour nous en France sont Français."

Recherche

Calendrier

Lun Mar Mer Jeu Ven Sam Dim
1
2
3
4
5
6
7
8
9
10
11
12
13
14
15
16
17
18
19
20
21
22
23
24
25
26
27
28
29
30
31

Partenaires

Articles

15 mars 2022

Connexion

Tipeee

Tipeee

S.G.S.B.

SGSB

Cantine de Mumbly

Cantine

Hébergé par

Reglyss.bzh

© 1996 - 2022 www.StadeRennais.Net
© 2022 Da'Squad - L'actu du Stade Rennais

Free Joomla templates by L.THEME