• DS_0006.jpg
  • ds_0507.jpg
  • ds_0580c.png
  • ds_0796.jpeg
  • DS_0075.jpg
  • DS_0046.jpg
  • ds_0333.jpg
  • DS_0146.jpg
  • ds_0715.jpeg
  • ds_0636.jpeg
  • DS_0005.jpg
  • DS_0126.jpg
  • ds_0513.jpg
  • ds_0347.jpg
  • DS_0128.jpg
  • ds_0787.jpeg
  • ds_0480.jpg
  • DS_0033a.jpg
  • ds_0651.jpeg
  • ds_0585.jpeg

Les matchs comptant pour la 36e journée de Ligue 1 Uber Eats des finalistes de la Coupe de France ont été reportés.
ds 0811

En raison de la participation de l’OGC Nice et du FC Nantes à la finale de la Coupe de France, les rencontres comptant pour la 36e journée de Ligue 1 Uber Eats, OGC Nice-AS Saint-Étienne et FC Nantes-Stade Rennais FC sont reportées au mercredi 11 mai.

Les heures des coups d’envoi seront fixées lors de la programmation de la 36e journée de Ligue 1 Uber Eats.

​L’entraîneur du Stade Rennais va faire son retour au Groupama Stadium ce dimanche 13 mars, près de trois ans après son départ de l’Olympique lyonnais. L’ancien Lyonnais évoque ce déplacement particulier et l’accueil qu’il imagine demain.

ds 0806

Le retour de Bruno Genesio à Lyon est au centre du choc entre l’Olympique lyonnais et le Stade Rennais, dimanche 13 mars (17 h 05) au Groupama Stadium pour le compte de la 28e journée de Ligue 1. Interrogé sur ce retour en conférence de presse, l’entraîneur des Rouge et Noir revient sur ses années lyonnaises et l’importance de match à titre personnel.

Vous faites votre retour à Lyon, près de trois ans après y être parti. Qu’est-ce que cela vous inspire ?

Il y a deux façons de répondre à votre question. La première, c’est de faire de la langue de bois. Mais comme je n’aime pas ça, je vais vous dire ce que je pense vraiment. C’est un match particulier pour moi, je mentirais si je vous disais le contraire. J’ai commencé à jouer à Lyon à l’âge de cinq ans et demi, j’ai été professionnel là-bas, j’ai eu la chance d’être entraîneur pendant trois saisons et demie avec beaucoup de joies et de très bons souvenirs. Évidemment que c’est un match particulier, par le sens de l’histoire que j’ai avec ce club et avec cette ville, puisque je suis né là-bas. Je ne peux pas effacer ces 30 ou 35 ans de vie à Lyon, avec l’Olympique lyonnais.

Après, aujourd’hui, je suis entraîneur du Stade Rennais, je viens à Lyon pour gagner comme on va dans tous les autres stades. Mais ce sera particulier pour moi de me retrouver dans le vestiaire visiteur. Je vais essayer de ne pas me tromper de côté en arrivant (rire) ! »

On a vu la semaine dernière les supporters de Saint-Étienne déployer une grande banderole pour Frédéric Antonetti. Vous n’imaginez pas les Lyonnais faire de même pour vous demain ?

Ça dépend la teneur de la banderole (rire). Cela fait bientôt trois saisons que je ne suis plus à Lyon et j’aimerais honnêtement que l’on cesse avec tous ces clichés. Bien sûr qu’il y a eu des critiques, mais on voit bien que maintenant, c’est inhérent à notre métier et dans beaucoup de clubs. Encore une fois, j’ai aussi connu de beaucoup de très bons moments, y compris avec les supporters, notamment la première saison, avec les gens du club, tous les gens que je connais et qui sont encore au club. Franchement, ce sera un bon moment de les retrouver demain.

Échangez-vous encore avec des employés du club, voire le président ?

Avec quelques-uns, oui. Le président, je l’ai croisé il n’y a pas longtemps puisque j’étais au match de Lyon contre Lille. Il y a beaucoup de respect entre nous parce qu’on a vécu trois ans et demi, ce qui est beaucoup dans un club comme Lyon. On a connu beaucoup de joies, des désillusions aussi. Je l’ai déjà dit, j’ai deux échecs qui m’ont marqué : les deux demi-finales perdues contre l’Ajax Amsterdam (Ligue Europa 2017) et Rennes (Coupe de France 2019). C’est peut-être un signe du destin que je retourne à Lyon pour la première fois en étant entraîneur du Stade Rennais, face à l’entraîneur (Peter Bosz) qui nous avait éliminés avec l’Ajax.

Vous conservez un bilan en Ligue 1 meilleur que vos successeurs. Qu’est-ce que cela vous évoque ?

Pour un entraîneur, les stats sont toujours importantes puisqu’on est jugés sur les résultats. Ça prouve qu’avec mon staff, on a quand même fait un travail correct, même si j’assume l’échec des deux demi-finales qui sont, pour moi, les deux points noirs de mon passage à Lyon. On aurait dû faire mieux. Il y a eu des choses bien, des choses moins bien mais ce n’est pas à moi de juger mon parcours, on peut faire dire ce qu’on veut à tous ces chiffres. Le plus important, c’est que j’ai pris beaucoup de plaisir pendant ces trois ans et demi à Lyon. Même s’il y a eu des moments difficiles, c’est le lot de tous les entraîneurs

On les imagine revanchards après le match aller (4-1)…

Oui, ils l’ont déjà exprimé et je sais comment ça fonctionne, je l’ai expérimenté pendant trois saisons et demie donc je sais très bien tous les leviers qui ont pu être utilisés par le président et le staff. Mais on est prêts.

Au terme d’une demi-finale forte en émotions pour les Nantais, ces derniers se sont qualifiés pour la finale de la Coupe de France, aux dépens de l’AS Monaco. Les Canaris vont avoir le luxe de disputer une fin de saison forte en enjeux, avec des derniers matchs tous très importants. À Rennes, la fin de saison risque d’être difficile à cause de cette qualification.

ds 0775

Avec la qualification du FC Nantes en finale de la Coupe de France, beaucoup d’éléments risquent de changer en cette fin de saison. Alors que la lutte pour les places européennes se veut particulièrement disputée cette saison, l’AS Monaco n’aura plus que la Ligue 1 sur laquelle se concentrer et pourrait prendre de l’avance sur ses concurrents. Rennes est pour le moment en bonne posture, mais devra également lutter jusqu’au bout. À ce propos, les dernières semaines de compétition s’annoncent très intenses quant à la qualification nantaise en finale.

Un derby, puis un choc
Prévu initialement pour le 8 mai prochain, le derby entre le FC Nantes et le Stade Rennais ne pourra pas se tenir à cette date. En effet, il s’agit très exactement du jour choisi pour disputer la finale de la Coupe de France entre les Canaris et les Aiglons de l’OGC Nice. Si la date de report n’a pas encore été communiquée, il se pourrait que la rencontre ait lieu le mardi ou le mercredi de la semaine suivante, soit le 10 ou 11 mai.

Pour les deux protagonistes de la rencontre, la nouvelle n’est pas nécessairement très bonne du point de vue du calendrier. À l’occasion de la 37e et avant-dernière journée de Ligue 1, le Stade Rennais prévoit la réception de l’Olympique de Marseille au Roazhon Park. Une rencontre certainement déterminante pour accrocher ou non une place qualificative pour l’Europe. De son côté, le FC Nantes a rendez-vous avec l’Olympique Lyonnais, le même jour, le 14 mai. Là encore, la rencontre s’annonce cruciale, et l’enchaînement devra être correctement géré pour ne pas passer subitement du rêve au cauchemar.

En avant-première, le Midi Libre publie sur son site internet un entretien avec Gaëtan Laborde avant la rencontre de demain. Avec près de 120 rencontres disputées sous le maillot pailladin, il fera son retour à La Mosson avec le Stade Rennais. En voici un extrait:

ds 0752

“Ce public de la Paillade a toujours été cool avec moi, on a passé de super moments. Ça me fera plaisir de le revoir même si, malheureusement, sur ce match, on sera “ennemis”. Mais ça ne veut pas dire que je ne les apprécie pas, au contraire. J’ai essayé de rendre sur le terrain la confiance que l’on m’a accordée. On avait une équipe joueuse, les gens ont pris du plaisir à nous voir évoluer, moi j’en ai pris à jouer. Tout simplement, ça a roulé. […] Je pense que les gens ont apprécié ma façon d’être, de me battre sur le terrain. J’ai toujours dit que je ne voulais pas partir comme un voleur, ça a toujours été clair avec le président, avec tout le monde. La sincérité, les gens apprécient aussi.”

Et s’il venait à marquer, les choses semblent claires dans la tête de Gaëtan Laborde:

“Je ne célébrerai pas. Après, si c’est à la 95e minute, que ça donne la victoire, avec les émotions… Parfois ça ne se contrôle pas. Mais je ne veux vraiment pas manquer de respect aux supporters, à mes anciens coéquipiers, à la direction qui a été très importante pour moi. Rester simple est normal.“

Après la victoire de Rennes face à Montpellier, Lovro Majer est passé au micro de Prime Video.

ds 0751

"C’était un match très dur du début à la fin. Il y a eu beaucoup de duels, de fautes. C’était intéressant, je pense qu’on mérite cette victoire. On a bien commencé avec deux buts incroyables. C’est difficile de jouer contre eux, c’est une très bonne équipe, surtout chez elle."

Le Croate a ensuite débriefé son but. "C’est bien, je ne sais pas quoi dire, c’est beau de voir ça sous cet angle. C’est notre style de jeu, on aime jouer en une-deux, vite, c’est comme ça qu’on joue. On doit continuer comme ça pour prendre des points."

"On doit restés concentrés, profiter du match, du jeu. Notre jeu est simple, c’est apprécier le jeu, profiter du foot, mettre beaucoup de pression et ne pas oublier de prendre du plaisir."

Pierre Ménès a apprécié le visage du Stade Rennais à Montpellier (4-2). Plusieurs joueurs l'ont particulièrement séduit.

ds 0749

Pierre Ménès a été subjugué par la prestation du Stade Rennais face à Montpellier (4-2) vendredi soir. Sur son site, l'ancien trublion du CFC a dit tout le bien qu'il pensait de l'équipe de Bruno Genesio en mettant en avant quelques individualités :

"Il y a vraiment de jolis joueurs de foot dans cette équipe rennaise. Bourigeaud (un but, une passe décisive), Terrier (un but et un penalty provoqué), Majer (un but et une intelligence de jeu au service d’une technique veloutée, tout ce que j’aime dans le foot)…", a-t-il écrit, avant de tancer un Montpellier trop "Savanier-dépendant" et sans défense.

"Il faut reconnaître que sur ce match, l’équipe de Dall’Oglio était décimée en défense. Quand Sakho n’est pas là, on voit clairement la différence", a-t-il conclu.

Ménès est fan du Stade Rennais
Pierre Ménès a apprécié le visage du Stade Rennais à Montpellier (4-2). Plusieurs joueurs l'ont particulièrement séduit. Sur son site, le polémiste n'a pas manqué d'appuyer sur la qualité de l'équipe bretonne et de ses techniciens.

Incontestablement, la Mosson et son ambiance particulièrement « fleurie » verbalement, doux euphémisme, sa capacité épatante de mémoire démontrée à l’égard de Gaëtan Laborde, qui méritait un tout autre accueil et la qualité, quand même, de son résident, avait tout du traquenard et d’un cadre parfait pour une « super production ». Dans le premier rôle, mieux qu’un Marvel, les « Avengers Rennais », bien décidés à rattraper le temps comptablement perdu en janvier et à remonter le plus vite possible sur le podium.

ds 0745

Pour cela, pas de temps à perdre ! Au gré d’un jeu collectif parfaitement huilé, d’une maîtrise de la balle délicieuse et d’un réalisme, enfin, chirurgical, les joueurs du « Doc Genesio » ne mettent qu’un quart d’heure pour assener deux coups qui font mal aux locaux : d’abord « Iron-Mar » -tin Terrier, de la tête sur un centre d’Hamari Traoré, sur une merveille d’action collective aux allures de passe à dix face aux plots héraultais. Dans la foulée, le Cap’tain Roazhon s’enfonçait dans la surface d’Omlin et trouve en retrait le « Cht’i Running Man » Benjamin Bourigeaud, qui du droit, assomme l’assistance pour le KO ! Bon, 0-2 en un quart d’heure, le plan semble se dérouler sans accroc mais avec Rennes, on ne s’ennuie jamais. Et un bon blockbuster n’a de sens qu’avec un peu de suspens et de show. Du coup, Montpellier, sur deux éclairs d’Oyongo et Wahi, recolle avant la pause, sans trop vraiment savoir comment ni pourquoi… De même que ce public, jadis si prompt à encenser son ex sérial-buteur Gaëtan Laborde, se pense malin à huer un joueur n’ayant jamais triché sous les couleurs de la Paillade. Triste foot d’aujourd’hui, parfois…

Côté terrain, les « Supers-Hérault » rennais livrent une seconde période en réalisme et maîtrise, avec talent et expression collective comme on l’aime. Oui, cette équipe a quelque chose et gagne un match dès qu’elle le décide vraiment face à des adversaires comme Montpellier. Un pénalty, d’abord, logique, pour une faute de Thuler sur Martin Terrier, permet à Gaëtan Laborde d’annoncer les nuages au-dessus de la Paillade, tout en maitrise. Sonnés, les locaux n’abdiquent pas et auront la balle de 3-3 avec une tête de ce même Laborde, sur sa propre barre et dans la continuité, un sauvetage exceptionnel de » Biggie Warrior » Meling sur la ligne. Une sortie au-delà de ses 16 mètres de « Monsieur Alfred » Gomis sonnera le glas des espoirs pailladins avant que « SuperMajer », à l’issue d’un une-deux exquis avec Benjamin Bourigeaud, à l’angle de la surface, ne donne l’avance définitive nécessaire aux Bretons pour repartir avec le pécule précieux des trois points pour lequel ils étaient venus, non sans égratigner sur sa célébration Thomas, caméraman du club qui a découvert pour l’occasion « le câlin croate », sympa mais musclé !

Avec cette nouvelle démonstration et une nouvelle claque collée à un adversaire avec quatre buts inscrits de plus, portant à 51 le total rennais cette saison (seul Paris fait mieux, avec 53), le SRFC a refait son retard et reprend provisoirement la 4ème place en attendant un Strasbourg – Nice dont il y aura obligatoirement un profit à tirer. Qu’on se le dise, les émotions ne sont pas prêtes de s’estomper avec la meilleure super-production bretonne de l’année !

Lovro Majer nous a bien fait rire lors de sa célébration, le caméraman lui n'a pas dû tellement apprécier.

ds 0741

Le Stade Rennais s'est imposé hier sur le score de quatre buts à deux à Montpellier au terme d'un superbe match. Dernier buteur de la rencontre à l'issue d'une merveilleuse action collective, Lovro Majer a trompé d'un beau plat du pied Jonas Omlin mais a surtout fait parler suite à sa célébration. En effet, le "Modric du SRFC" est parti voir le caméraman et lui a poussé cette dernière contre l'oeil. Une scène qui a bien fait rire les commentateurs du match sur Prime Vidéo (et nous aussi).

Le Stade rennais, une machine à spectacle.

ds 0738

En déplacement à la Mosson, les Bretons ont retrouvé le goût du succès à l'extérieur après une petite disette en s'imposant brillamment contre Montpellier (2-4) dans une rencontre très plaisante. Les amoureux de cette merveilleuse saison de Ligue 1 ont rapidement compris que leur assiduité allait être récompensée. Très rapidement, les visiteurs ont donné le ton en prenant les devants avec deux buts dans le premier quart d'heure. Dans les deux cas, le capitaine Traoré a signé une passe décisive. D'abord un centre parfait sur la tête de Terrier, auteur de sa treizième réalisation en championnat (0-1, 8e), puis une passe en retrait bien sentie pour Bourigeaud, dont la frappe n'a laissé aucune chance à Omlin (0-2, 15e). Un récital breton immédiatement stoppé par une reprise croisée instantanée d'Oyongo pour remettre les Pailladins dans le droit chemin (1-2, 19e).

Un début de partie canon et un réveil montpelliérain. Plus agressifs sur les porteurs du ballon bretons, les hommes de Dall'Oglio sont définitivement revenus dans le coup grâce à une inspiration géniale du jeune Wahi, qui a repris un centre de Chotard d'une acrobatie victorieuse (2-2, 41e). La douche froide pour la bande à Genesio, qui a encore une fois encaissé deux buts sur les deux premiers tirs cadrés de l'adversaire. Mais puisque cette équipe rennaise ne sait répondre que par le jeu, elle a remis le bleu de chauffe au retour des vestiaires, et Laborde a transformé un penalty en force dans son ancien jardin pour revenir encore une fois à la hauteur de son compère Terrier avec treize pions (2-3, 52e).

Au-dessus techniquement, Rennes n'a pas toujours brillé défensivement, à l'image d'Omari, alors que Gomis s'est montré décisif en sortant devant Wahi. Omlin, lui, a également retardé l'échéance à une ou deux reprises. Puis, il a assisté impuissant à un nouveau bijou collectif rennais conclu par Majer après une superbe remise de Bourigeaud (2-4, 84e). Les Bretons ont même cru au 5-2 dans la foulée, mais l'arbitre a logiquement annulé un penalty pour une main imaginaire du pauvre Thuler. Reste que le Stade rennais a lancé son week-end de la meilleure des manières, reléguant Montpellier à cinq unités et se posant provisoirement à la 4e place au classement. 

Il paraît que Leicester tremble déjà.

Montpellier (4-2-3-1) : Omlin - Souquet (Makouana, 79e), Cozza, Thuler, Oyongo - Ferri, Chotard (Leroy, 87e) - Mollet (Delaye, 87e), Savanier, Wahi - Germain (Sambia, 79e). Entraîneur : Olivier Dall'Oglio.

Rennes (4-4-2) : Gomis - Traoré, Omari, Aguerd, Meling - Bourigeaud, Santamaria, Martin, Majer (Doku, 90e) - Terrier (Truffert, 80e), Laborde (Guirassy, 75e). Entraîneur : Bruno Genesio.

Les Rouge et Noir se déplaceront chez l’Olympique Lyonnais le dimanche 13 mars à 17 h 05, entre les deux matches du 8e de finale de Ligue Europa Conférence contre Leicester.

ds 0737

Alors que la programmation de plusieurs affiches de la 28e journée de Ligue 1 avait déjà été annoncée, celle concernant le Stade Rennais a été officialisée par la Ligue en cette fin de semaine. Les Rouge et Noir se déplaceront donc au Parc OL le dimanche 13 mars à 17 h 05, pour affronter l’Olympique Lyonnais.

Le SRFC, vainqueur vendredi soir à Montpellier pour le compte de la 26e journée de championnat (2-4), avait étrillé Lyon au match aller (4-1), au terme d’un match accompli, l’un des meilleurs livrés par les joueurs de Bruno Genesio cette saison.

Un calendrier dense
Ce choc retour, important pour la course à l’Europe, interviendra entre les matches aller et retour du 8e de finale de la Ligue Europa Conférence, dont on sait depuis le tirage au sort effectué vendredi qu’il mettra aux prises le Stade Rennais avec les Anglais de Leicester.

Un calendrier dense pour les Rouge et Noir, qui disputeront cinq rencontres en deux semaines, entre le 6 et le 20 mars : réception d’Angers Sco le dimanche 6 mars (15 h), déplacement à Leicester le jeudi 10 mars (21 h), déplacement à Lyon le dimanche 13 mars (17 h 05), réception de Leicester le 17 mars (18 h 45) et réception de Metz le week-end du 20 mars.

 

 


Stade Rennais

Au regard "du risque avéré de troubles à l’ordre public", le match de football de Ligue 1 qui opposera le Stade rennais football club (SRFC) au Angers sporting club de l’Ouest (SCO) dimanche 6 mars 2022, à Rennes, sera strictement encadré, annonce la préfecture.

ds 0735

« Au regard du risque avéré de troubles à l’ordre public », le match de football de Ligue 1 qui opposera le Stade rennais football club (SRFC) au Angers sporting club de l’Ouest (SCO), dimanche 6 mars 2022, à Rennes, sera « strictement encadré », annonce le préfet, d’Ille-et-Vilaine, Emmanuel Berthier.

Forces de police pleinement mobilisées
Il a pris par arrêté des dispositions d’encadrement des supporters du SCO à l’aller et au départ du Roazhon Park, par les forces de l’ordre. Un point de rendez-vous obligatoire sera fixé. Dans l’enceinte et aux abords du stade, « la possession, le transport et l’utilisation de fusées, artifices de toute nature et tout objet pouvant être utilisé comme arme » seront interdits. « Les forces de police seront donc à nouveau pleinement mobilisées, à l’occasion de cette rencontre sportive classée à risque », pour assurer la sécurité de tous.

Pour son déplacement à Montpellier vendredi (21 h), pour le compte de la 26e journée de Ligue 1, le Stade Rennais devra une nouvelle fois composer avec de nombreuses absences, notamment celles de Tait, Sulemana et Badé. Jérémy Doku et Jonas Martin seront en revanche de retour dans le groupe.

ds 0733

Bruno Genesio a commencé par les bonnes nouvelles ce jeudi, à l’heure d’aborder l’état de forme de ses joueurs, qui affronteront vendredi (21 h) Montpellier, pour le compte de la 26e journée de Ligue 1. L’entraîneur des Rouge et Noir a annoncé deux retours pour cette rencontre : celui de Jonas Martin, qui a purgé contre Troyes son match de suspension, et celui de Jérémy Doku, de retour de blessure. L’ailier belge, qui a enchaîné les soucis physiques cette saison, est enfin apte à rejouer. « Évidemment, des précautions ont été prises, souligne Genesio. Il n’est pas à 100 %, il manque un peu de rythme, mais au niveau de ses blessures et de l’aspect athlétique, il n’y a plus de problème. »

En revanche, Lorenz Assignon, Kamaldeen Sulemana, Lesley Ugochukwu, Romain Salin, Loïc Badé, et Jérémy Gélin sont toujours à l’infirmerie. Flavien Tait également : « Il a repris partiellement avec nous mais ne pourra pas être dans le groupe. On verra la semaine prochaine comment il évolue. »

La durée d’indisponibilité pourrait en revanche être beaucoup plus longue pour Kamaldeen Sulemana, qui souffre d’une blessure qui s’apparente à une « petite fissure d’une vertèbre ». Le staff du Stade Rennais est aussi encore en attente de résultats d’examens complémentaires concernant Loïc Badé pour pouvoir évaluer plus précisément de la durée de l’absence du défenseur central.

Ce vendredi, le Stade Rennais se déplace à Montpellier pour la 26e journée de Ligue 1. S'ils excellent à domicile, les Rennais sont beaucoup plus en difficulté loin de leurs bases. Dans l'Hérault, ils devront se faire violence contre un concurrent direct pour s'affirmer dans la course à l'Europe.

ds 0746

Le Stade Rennais, c'est un peu Dr Jekyll et M. Hyde cette saison. Côté pile, les Rouge et Noir régalent à domicile, avec le deuxième meilleur bilan de Ligue 1 sur leur pelouse (9 victoires, 1 nul, 3 défaites). Côté face, ils perdent trop de points à l'extérieur, avec le 14e bilan seulement hors de leurs bases (3 victoires, 3 nuls, 6 défaites). En déplacement à Montpellier ce vendredi, ils devront faire mentir les statistiques.

Série noire à l'extérieur
Le Stade Rennais n'a plus connu la victoire lors de ses cinq derniers déplacements : quatre défaites consécutives en Ligue 1 (Monaco, Lens, Clermont et Paris) et la piteuse élimination à Nancy début janvier en coupe de France. Comment expliquer ce grand écart entre les résultats à domicile et à l'extérieur ? La réponse du latéral Birger Meling : "C'est un peu normal, parce qu'ici au Roazhon Park on a toujours nos supporters avec nous. Avec l'ambiance qu'il y a ici, on est tellement forts... C'est notre stade, notre maison, on est toujours bien ici. Après on a besoin de trouver une clé pour faire la même chose à l'extérieur."

Le public, ou plutôt son absence à l'extérieur, est une raison qu'avance aussi Bruno Genesio, qui admet chercher une explication aux deux visages rennais : "Il peut y avoir plusieurs explications. Ce que je vois, c'est qu'on a souvent mené au score à l'extérieur et on s'est fait reprendre. On peut penser que c'est peut-être l'aspect mental avec le public, la pression, même si ces derniers temps il n'y a pas eu beaucoup de public. Est-ce qu'on est trop joueurs ? Est-ce qu'au contraire on est trop prudents ? C'est difficile à expliquer. Mais en tout cas les chiffres parlent, sur les quatre derniers matchs et le parcours que l'on a à l'extérieur. Il faudra remédier à ça si on veut être en fin de saison dans nos objectifs."

Gardiens peu décisifs, manque d'efficacité dans les deux surfaces
Le rouleau-compresseur rennais du Roazhon Park s'exporte mal, c'est un fait. Contrairement à d'autres équipes, comme Nice et Nantes notamment, Rennes ne peut pas, ou trop peu, compter cette saison sur un gardien capable de l'aider à préserver un score cette saison. Comme le souligne le média spécialisé Coparena, avec un gardien "dans la moyenne" au niveau de ses performances, Rennes serait 4e de Ligue 1, à deux points de la 2e place.

Mais la Ligue 1 ne se gagne pas sur les stats, et Bruno Genesio met aussi en exergue un manque d'efficacité plus global à l'extérieur : "J'ai vu cette stat, après c'est toujours difficile ce que représente un point gagné par le gardien ou pas. On a eu aussi beaucoup de situations offensives que l'on a pas converties pour tuer le match : à Troyes, à Monaco, à Bordeaux... C'est un ensemble de choses. Ce qui est certain c'est que l'on doit être plus efficaces dans les deux surfaces, ça c'est sûr. On manque d'efficacité, et plus à l'extérieur qu'à domicile."

Le coach rennais attend aussi de son équipe qu'elle soit capable, lorsqu'elle est en difficulté d'obtenir le match nul hors de ses bases : "Ca ne nous empêche pas de dormir, mais on sait qu'on doit être plus réguliers. Parfois même un point, à l'extérieur, plus un point, plus un point... On s'aperçoit qu'on serait bien contents de les avoir pris à Lens, à Paris, à Clermont, à Monaco." En effet, cette saison, Rennes est l'équipe qui obtient le moins de matchs nuls en Ligue 1 (4 matchs nuls en 25 journées), à égalité avec Nice... et Montpellier, son adversaire ce vendredi.

L’entraîneur de Montpellier, Olivier Dall’Oglio, a déclaré en conférence de presse que Mihailo Ristic et Mamadou Sakho seraient forfait pour la réception de Rennes en championnat ce week-end. Ces absences s’ajoutent à celle de Stephy Madvididi, dont son retour est espéré dans deux à trois semaines.

ds 0757

"Les absences font partie d’une saison, bien sûr on préfrère avoir tout le monde. Mais maintenant, on passe à autre chose et on travaille avec les joueurs qui sont en place, on n’a pas le choix et on a pas le temps", a déclaré le coach montpelliérain.

Le Stade Rennais, futur adversaire de la Paillade en championnat, est sorti largement victorieux de son opposition face à Troyes, ce week-end. Bruno Génésio, en conférence de presse, ne s’emballait pas:

ds 0730

« C’est un bon match, avec des buts et du jeu. Et notre petit temps faible habituel qu’on a su passer sans encombres. Donc je suis plutôt satisfait, même si je regrette qu’on ait encaissé un but sur le seul tir cadré […]. À la mi-temps, le match aurait dû être réglé. Mais il y a du mouvement, des tas de choses intéressantes dans notre jeu, on ne va pas faire la fine bouche […] C’est intéressant de voir qu’on peut compter sur tout le monde. Ce soir, on avait neuf joueurs absents sur blessure, ça laisse pas mal d’espoirs pour la saison parce qu’on va bientôt reprendre les matches tous les trois jours. Quand on voit les écarts dans cette course à l’Europe, chaque semaine les positions risquent de changer. Il ne faut pas s’affoler ni se croire arrivés. »

Page 1 sur 12

Recherche

Calendrier

Lun Mar Mer Jeu Ven Sam Dim
1
2
3
4
5
6
7
8
9
10
11
12
13
14
15
16
17
18
19
20
21
22
23
24
25
26
27
28
29
30
31

Partenaires

Articles

15 mars 2022

Connexion

Tipeee

Tipeee

S.G.S.B.

SGSB

Cantine de Mumbly

Cantine

Hébergé par

Reglyss.bzh

© 1996 - 2022 www.StadeRennais.Net
© 2022 Da'Squad - L'actu du Stade Rennais

Free Joomla templates by L.THEME