Passé par Strasbourg, Brest, Vannes, Lorient et Dijon, le nouveau Directeur Général adjoint du Stade Rennais a découvert son nouvel environnement ce lundi à la Piverdière.
ds 0401Sur le site officiel du club, le natif de Pont-L’Abbée dans le Finistère, a offert ses premiers mots en "Rouge et Noir" : "Je veux remercier le Président Nicolas Holveck de m’avoir accordé sa confiance et les salariés du club pour leur accueil. Ça facilite beaucoup la prise de fonction. C’est très appréciable. Si ce n’avait pas été Rennes, je serais resté à Dijon. Je suis venu parce que je suis fier d’être Breton et rejoindre le Stade Rennais F.C. représente beaucoup de choses pour moi.

Je viens m’intégrer dans ce qui est fait depuis de nombreuses années, assurer une certaine continuité au niveau du projet et contribuer à son développement. Je viens pour m’inscrire dans la durée.

L’image du club a beaucoup évolué. Le Stade Rennais F.C. a pris une ampleur beaucoup plus importante ces dernières saisons, au-delà du territoire breton. Je trouve qu’il rassemble beaucoup. Il montre toute son ambition. Le club a franchi un palier. Il va y avoir beaucoup de dossiers à gérer, passionnants et structurants pour continuer de pérenniser le Stade Rennais F.C. dans le haut du tableau."

Titulaire à Dijon cette saison, Sacha Boey (20 ans) va retourner au Stade Rennais à l'issue de son prêt... Et il s'attend à avoir du temps de jeu.
ds 0400Faute de temps de jeu et barré par la concurrence d'Hamari Traoré, Sacha Boey (20 ans) a quitté le Stade Rennais en prêt l'été dernier. Envoyé pour une saison du côté de Dijon, le latéral droit a atteint son objectif de jouer régulièrement dans l'élite (24 apparitions cette saison).

Si son prêt prendra fin à l'été 2021 avec la relégation probable du DFCO, l'international U20 français a déjà les idées pour la suite de sa carrière. C'est en tout cas ce qu'il a confié à Ouest-France dans un discours très cash.

Sacha Boey ne s'imagine pas rejouer les doublures à Rennes
"Je ne sais pas du tout si le départ de Julien Stéphan a rebattu les cartes, je ne connais pas Bruno Genesio. Ça ne change en tout cas pas ma mentalité, et ma façon de voir les choses. J’arrive sur le terrain et même si le coach a déjà son titulaire, je m’entraîne comme si j’avais une carte à jouer. J’aurai une discussion avec le coach à mon retour et je verrai ce qu’il attend de moi. Après, il me reste un an de contrat comme Brandon (Soppy), donc on verra bien ce qu’il se passe. Mais je n’ai pas fait une saison comme celle-ci pour revivre ensuite une saison en étant doublure, sinon honnêtement, c’est comme si ma saison ne servait à rien."

Comme tous les mercredis, la commission de discipline de la Ligue de football professionnel (LFP) s'est réunie pour statuer sur les cas des joueurs qui ont pris des cartons. Exclu avant la trêve internationale contre le FC Metz avec le Stade Rennais, Jérémy Doku sait désormais quelle est sa sanction.

ds 0399Le jeune ailier belge a vu la commission de discipline frapper fort puisqu'il vient de prendre trois matches de suspension, dont un avec sursis. Il manquera les deux prochains matches des Bretons contre le Stade de Reims et le FC Nantes.

Président de la LFP, Vincent Labrune a d’ores et déjà eu l’occasion de se prononcer en faveur d’une Ligue 1 réduite à 18 clubs.
ds 0395Aux yeux de l’ancien patron de l’Olympique de Marseille, il s’agit du moyen le plus simple de redynamiser le championnat de France en resserrant l’élite, ce qui pourrait potentiellement permettre de rehausser le montant des droits télévisuels. En toute logique, les plus petits clubs ne partagent pas cette position de Vincent Labrune, chacun souhaitant conserver sa place en Ligue 1. Malgré de nombreux désaccords avec le président de la LFP par le passé, Jean-Michel Aulas partage totalement la vision de Vincent Labrune. Dans une interview accordée à France Football, le boss de l’Olympique Lyonnais s’est également prononcé en faveur d’un resserrement de la Ligue 1. Jean-Michel Aulas se réjouit par ailleurs de la création de la Ligue Europa Conférence à compter de la saison 2021-2022.

"Que la Ligue 1 se rétrécisse à dix-huit clubs me semble nécessaire, la Ligue 2 aussi" juge le président de l’Olympique Lyonnais, avant de poursuivre. "J’imagine aussi la création d’une troisième division professionnelle, toujours à dix-huit. Aujourd’hui, c’est un choix de survie, donc il a davantage de chances d’aboutir. Par ailleurs, je soutiens l’UEFA qui souhaite élargir la Ligue des Champions à 36 clubs et créer une troisième Coupe d’Europe (Ligue Europa Conférence). Pour la France,cela implique que sept ou huit clubs joueraient l’Europe chaque année. Ce qui maintiendrait la priorité aux championnats domestiques". Un point de vue très proche de celui de Vincent Labrune, pour qui le rétrécissement de la Ligue 1 est une véritable priorité. Reste maintenant à voir si le patron de la LFP, avec le soutien de Jean-Michel Aulas mais également d’autres patrons de grands clubs de Ligue 1, parviendra à mener ce projet à bien dans les mois à venir.

L'ailier belge du Stade Rennais, Jérémy Doku, a lâché une indiscrétion sur son avenir.
ds 0391Recruté l'été dernier par le Stade Rennais pour 26 millions d'euros, Jérémy Doku aura attendu cinq mois pour inscrire son premier but avec les Rouge et Noir. L'ailier belge a ouvert le score samedi dernier lors de la victoire de Rennes face à Metz (3-1), à l'occasion de la 30e journée de Ligue 1, avant d'être expulsé en début de seconde période. Avant d'atterrir en Bretagne, le joueur de 18 ans, qui s'est révélé à Anderlecht, a passé des essais en Angleterre à Liverpool notamment.

"J’ai pu échanger avec Klopp, Mané, Wijnaldum, Gerrard aussi. J’ai beaucoup parlé avec Mané, mais on n’a pas vraiment parlé de foot. On parlait de tout. Il me disait "il faut être gentil avec ta mère", c’était un échange et un rapport humain avant tout", s'est souvenu Doku dans une interview accordée à Ouest-France. Par ailleurs, l'international belge ne regrette pas son choix de n'avoir pas signer chez les Reds mais ne cache pas ses envies d'ailleurs. "Si je regrette ? Je dis tout le temps non. Parce que si Liverpool est venu à 15 ans, s’ils m’aiment bien, ils reviendront plus tard, c’est sûr ! À moi d’être bon."

ds 0389Il s’appellent Marcoleptik, Tomjez, Rouge Mémoire ou Jean Villejan. Derrière ces pseudos, ils vivent leur passion pour le Stade Rennais, à 100% sur Twitter cette saison. Car dans la vraie vie, ces supporters sont comme tous les autres en France privés de stade depuis de nombreux mois. De loin, ils ont donc vécu une qualification historique pour la Ligue des Champions puis une phase de poules décevante, un mercato ambitieux, l’arrivée de Nicolas Holveck et Florian Maurice, le départ de Julien Stéphan et l’arrivée de Bruno Genesio, le tout ponctué de séries positives comme négatives. Le SRFC apparait donc être un cas pratique idéal pour tenter de faire le bilan d’une année sans stade plein, et l’influence d’un réseau social sur le supportérisme, à l’échelle d’un club à la saison bien agitée. Focus sur la communauté rennaise.


C’est un rituel bien rodé pour les journalistes. Une arrivée au stade sur un parking vide, un passage de badge, une signature de registre, une mise en place en tribune presse, quelques débats sur la compo, l’entrée des équipes accompagnées d’un jeu de lumière et de Justice. Et puis le silence. Si lourd, si pesant. Depuis maintenant un an, les supporters de France vivent le foot de loin, privés de stade, partiellement compte tenu des jauges, ou totalement. Le Roazhon Park a cette saison sonné creux beaucoup trop de fois, vide de ses suiveurs désormais bloqués derrière un écran. Si en 2021 on suit toujours un match à la radio ou la télé, on n’en rate pas une miette sur Twitter. "C’est un outil indispensable que j’associe tout le temps au Stade Rennais. C’est le bon vin qui accompagne un repas." explique Marcoleptik, trublion de la communauté rouge et noire aux vannes toujours bien senties. "Twitter permet de garder contact avec la communauté, avec le club, beaucoup plus que si je me contentais de lire des articles. C’est une communauté de discussion, de passionnés." témoigne pour sa part Tomjez, supporter expatrié depuis de nombreuses années, et donc habitué à vivre de loin sa passion pour le SRFC. Le réseau ailé a pour autant ses limites selon Fabrice, co-créateur de Rouge Mémoire, site collectant toutes les informations possibles sur le club, véritable encyclopédie de son histoire, et aujourd’hui tenu par une équipe importante. "Twitter n’est qu’un plus pour partager des infos, garder un lien dans la communauté de supporters. Ce n’est pas ce qui génère la passion."

Depuis le début de l'année 2021, Martin Terrier est sorti de la tanière dans laquelle il avait tendance à se cacher depuis son arrivée au Stade rennais. Impliqué dans dix des treize derniers buts de l'équipe bretonne, l'attaquant de 24 ans s'est encore une fois épanoui en position de numéro 9 lors du succès à Metz (1-3), samedi. Dans un rôle qui semble mieux correspondre à ses qualités, l'ancien Lyonnais réputé pour sa timidité se dit même prêt à assumer un statut de leader technique à Rennes.
ds 0388Martin Terrier fait partie de ces joueurs qu'on penserait presque retrouver dans chaque liste de l'équipe de France espoirs. Avant de constater qu'à 24 ans, l'attaquant n'a plus l'âge pour s'éclater en sélection avec les plus jeunes, comme il avait pu le faire entre 2017 et 2019 (sept pions en treize apparitions avec les Bleuets). L'été dernier, le gamin du Nord avait décidé de quitter l'OL, un club sans doute trop grand pour lui, et de prendre la direction de Rennes avec l'idée de prendre du galon pour déchirer cette étiquette d'éternelle promesse. "Mon statut ici est différent, assumait-il lors de sa présentation en juillet. Je l'accepte, ça prouve que j'ai évolué, grandi. C'est à moi de prouver les choses sur le terrain." Trop intermittent, trop discret, pas assez décisif, Terrier aura connu des premiers mois difficiles en Bretagne, avec en prime la Covid-19 pour le freiner à l'automne. Après la grisaille, une éclaircie ? Depuis le début de l'année civile, l'ancien Lyonnais a peut-être trouvé un costume à sa taille pour s'imposer à Rennes, dont il est l'un des hommes forts depuis quelques semaines. Un constat appuyé par une prestation convaincante à Saint-Symphorien, ce samedi après-midi, où Terrier a tiré son équipe vers le haut, dans tous les sens du terme, avec une passe décisive et un but. Vite, la suite.

L'heure de pointe
Ce n'est pas un hasard si Martin Terrier est impliqué dans sept des dix buts marqués (trois caramels, quatre offrandes) par Rennes en 2021. Pas vraiment d'effet Bruno Genesio, qui connaît bien le garçon, mais surtout la conséquence d'un repositionnement comme numéro 9 dans un rôle qui correspond davantage à ses qualités. "Je me sens plus libre au niveau de mes déplacements, a lâché Terrier dans un sourire dans la salle de presse de l'enceinte messine. Je peux allier la profondeur et venir chercher les ballons dans les pieds, combiner... Ce que je fais moins quand je suis sur le côté. Et j'aime bien aussi être présent dans la surface. Les efforts sont différents à ce poste, il faut les répéter sur des petites distances, et j'ai un jeu qui tend vers ça." À Metz, Terrier a confirmé ce que (quasiment) tous ceux qui l'ont croisé assurent : il est meilleur footballeur dans l'axe. Passeur sur le but de la délivrance pour Doku et buteur sur penalty, l'ex-international espoir a également été précieux dans le jeu, de par ses déplacements, sa disponibilité et ses passes bien senties.
Après la rencontre à Metz, Terrier a répété ce qu'il avait déjà formulé dans un entretien publié dans L'Équipe, ce samedi : il est polyvalent, mais il n'a pas hésité à faire part à Genesio de sa préférence pour une position plus axiale. "En tout cas, c'est un poste auquel il se sent bien, a admis le technicien rennais. Ça ne veut pas dire que c'est la seule. On peut aussi envisager un autre système avec une association à deux dans l'axe, ou même l'avoir sur le côté gauche où il sait être performant." Ce qui n'a jamais vraiment sauté aux yeux cette saison, où Terrier avait dû attendre le 9 janvier et la réception de Lyon — un match référence pour Rennes en 2021 — pour voir Julien Stéphan l'utiliser à la pointe de l'attaque bretonne. Pour le plus grand bonheur du directeur technique Florian Maurice, pas insensible à l'idée de voir Terrier s'installer à un poste qu'il connaît bien. "Il doit encore améliorer certains points, même s'il est impliqué sur dix des treize derniers buts, a tempéré Genesio. Ce qui montre qu'il y a une régularité et une implication nouvelle, sachant qu'il avait tendance à être parfois intermittent. C'est une progression à confirmer."

"Je peux devenir un leader technique"
Au-delà de qualités de footballeurs indéniables, il y a cette personnalité discrète. Martin Terrier n'est pas passé entre les gouttes cette saison quand il s'agissait de souligner le manque de caractère de l'équipe rennaise. Avec lui, on en vient toujours à cette interrogation : ce garçon est-il trop gentil, trop tendre, pour véritablement s'imposer dans ce milieu de brutes ? Il est ici question de s'affirmer, de se faire violence, rien qu'en essayant de célébrer un but avec un peu plus d'entrain, comme Genesio le lui avait déjà suggéré à son époque lyonnaise. Oui, mais Terrier ne cache pas qu'il y a "des choses qu'il ne peut pas changer dans (son) caractère" . "Je pense que ce n'est pas un défaut d'être discret, a-t-il insisté devant les médias ce samedi. Au contraire, ça change. Il faut de tout pour faire un monde. Moi, c'est mon caractère, je suis introverti, mais ça peut passer par le terrain. Je pense que je peux devenir un leader technique. Je ne suis pas trop quelqu'un qui prend la parole dans les vestiaires, je ne suis pas trop partisan des beaux et longs discours."

Terrier préfère s'exprimer avec un ballon dans les pieds, et personne ne peut le lui reprocher. Mais la tête et les jambes sont souvent liées dans le foot, l'attaquant rennais le sait et il y a même des discours révélateurs. "J'ai un peu tendance à ne pas retenter les choses si j'ai échoué, confiait-il dans L'Équipe avant le déplacement à Metz. Je suis perfectionniste, je déteste l'échec, c'est peut-être lié à ça. Je commence à comprendre qu'il faut passer par l'échec pour réussir. Il me manque cette prise de risque sur des actions individuelles pour être encore plus décisif." Peut-être le début d'une prise de conscience chez un joueur qui aura trop souvent été fantomatique sur le terrain lors de ses six premiers mois en Bretagne. Après un décevant 1/18 en Ligue des champions, des résultats moyens en championnat, et une tempête institutionnelle en février avec la démission de Julien Stéphan, Terrier a peut-être compris qu'il était temps pour lui de devenir un cadre du Stade rennais, quitte à ce que cela passe par le terrain. Le principal intéressé : "J'aimerais être quelqu'un d'important même quand ça va mal. (...) J'ai envie que mes coéquipiers me cherchent peut-être encore plus, pour tirer toute l'équipe vers le haut." La parole d'un type prêt à passer la seconde.

Le fair-play financier imposé par l'UEFA pourrait rapidement disparaître afin de relancer le marché des transferts.
ds 0387On le constate cette saison, suite à la crise sanitaire, les finances de la totalité des clubs de football, et pas seulement les plus pauvres, sont dans le rouge. Et compte tenu des mesures imposées par le fair-play financier, les équipes qui pourraient éventuellement réamorcer la pompe, à savoir des clubs comme le PSG, le Barça, Manchester City et autres géants, sont tenus de ne pas trop dépenser sous peine d’être sanctionnés par l’UEFA. Mais du côté de l’instance européenne du football, on est bien conscient que le marché des transferts va devoir être dynamique l’été prochain sous peine de laisser bien des clubs sur le carreau. Et pour cela, il semble qu’une révolution soit envisagée du côté de la Suisse, où l’UEFA a son siège.

Tancredi Palmeri, le célèbre journaliste italien, annonce en effet que l’UEFA va bientôt confirmer la fin du fair-play financier, et la mise en place d’un nouveau système de contrôle qui laisser plus de "liberté aux clubs pour dépenser". En décidant cela, l’UEFA veut relancer le mercato, alors même que certains misaient plutôt sur un retour à la réalité sur le marché des transferts et à un arrêt de l'escalade des prix et des salaires. Mais le calme constaté l’été dernier et encore plus lors du mercato d’hiver ont visiblement fait réfléchir Aleksander Ceferin, le président de l’instance en charge de gérer le football européen. Au moment où une révolution se prépare en Ligue des champions, au profit des plus riches, les clubs ayant les plus gros investisseurs pourraient auss repartir à l'attaque et déverser du cash sur le marché.

Eduardo Camavinga a offert son maillot du Stade Rennais à la Ville de Corps-Nuds, près de Rennes qu'il vient de quitter.
ds 0384Eduardo Camavinga, 19 ans, joueur professionnel au Stade Rennais, a quitté son pays d’origine l’Angola avec sa famille pour venir habiter en France.

Ses parents toujours à Corps-Nuds
Après avoir résidé quelque temps à Fougères, il est venu habiter dans une maison du centre bourg de Corps-Nuds en 2013.
Eduardo a quitté Corps-Nuds le 18 janvier 2021 pour s’installer dans une commune au nord de Rennes.
Ses parents conservent leur maison cornusienne.
De passage à Corps-Nuds, Eduardo Camavinga a offert son maillot à la mairie en souvenir de son séjour dans la commune.

Ces derniers mois, la consommation du football via des plateformes illégales de streaming a totalement explosé en France.

ds 0381Un véritable fléau pour la Ligue de Football professionnel ainsi que pour les diffuseurs, qui réclament une lutte plus intensive contre le piratage audiovisuel depuis de longues années. A force de rouspéter à raison, ils vont être entendus puisqu’à compter de mercredi, l’Assemblée Nationale va examiner une proposition de loi visant à démocratiser le sport en France. L’article 10 du texte en question est consacré à la lutte contre le piratage. Concrètement, cet article prévoit le durcissement de l’arsenal juridique en bloquant de manière immédiate les sites de streaming illégaux. Une évolution considérable dans la mesure où actuellement, il faut attendre trois mois en moyenne avant que des sanctions soient appliquées et que des fermetures de plateformes illégales soient prononcées.

La tâche sera rude pour les autorités afin de faire régner l’ordre dans le paysage audiovisuel car désormais, en plus des sites classiques de streaming, des services plus difficiles à bloquer comme l’IPTV ont émergé. Pour cinquante à cent euros par an, certains consommateurs ont accès à 100 % des chaines de sports de France. Cette nouvelle technologie a littéralement fait exploser la consommation de streaming selon Pauline Blassel, secrétaire générale de la Haute Autorité pour la diffusion des œuvres et la protection des droits sur internet, interrogée par France TV Sport. « En décembre 2020, on a eu 3,2 millions d’utilisateurs uniques de streaming illégal, soit une hausse de 29% par rapport à décembre 2019. Le Conseil d’Etat a parlé de 800 millions d’euros de pertes quand les diffuseurs eux-mêmes ont évoqué 500 millions d’euros » explique-t-elle. D’où l’urgence de vite agir dans l’intérêt des diffuseurs et des fédérations. Cela concerne le football bien sûr mais également le tennis et le rugby, également victimes de ce streaming de masse.

Envoûtée par le chant des sirènes, la LFP a vendu pour 795 millions d’euros par an à Mediapro une bonne partie des droits de la Ligue 1 portant sur la période 2020-2024. ds 0380Problème : la fontaine de cash dans laquelle espéraient naïvement se baigner les clubs français était aussi illusoire que les rêves de sous-traitance avec bénéfices de la firme espagnole. Autopsie d’une immense partie de poker menteur, qui laisse le football bleu blanc rouge au bord du gouffre.
"Thomas, qu’est-ce qui est le plus probable : que Messi vienne au PSG ou que Mediapro paye les droits de la Ligue 1 ?" Sur le plateau de Téléfoot, la question du chroniqueur Paul de Saint-Sernin fait son petit effet. L’anchorwoman Anne-Laure Bonnet se marre dans son tailleur cintré, le consultant Mathieu Bodmer pouffe dans son fauteuil et, en duplex, Tuchel lâche derrière son masque son rire le plus franc depuis son arrivée dans la capitale. Une poilade générale en trompe-l’œil : ce dimanche 13 décembre 2020, le plateau du diffuseur ressemble plus à une déprimante assemblée de clowns tristes qu’aux Grosses Têtes. Deux jours plus tôt, les salariés de Téléfoot la chaîne du foot (son nom complet réel) ont été informés par Julien Bergeaud, leur directeur général, de l’arrêt des programmes lancés quatre mois plus tôt. La date de coupure du signal reste à déterminer, mais ce game over brutal déchire définitivement le voile de l’illusion dans lequel s’était orgueilleusement drapé le foot professionnel français. Et pour cause, celui-ci doit s’asseoir sur une enveloppe annuelle de 795 millions d’euros pour la Ligue 1 et de 34 millions pour la Ligue 2, prévue par le contrat signé avec Mediapro. Le groupe audiovisuel espagnol aurait dû catapulter les droits télé hexagonaux à des hauteurs à peine imaginables quelques années plus tôt, 1,153 milliard d’euros par an sur la période 2020-2024. Sauf que le vaisseau de l’amiral Jaume Roures n’est jamais arrivé à bon port. Après avoir froissé pas mal de spectateurs (ou trop peu, c’est selon) et composé avec des débuts laborieux, la société espagnole s’est mise à dos son client, la Ligue de football professionnel, en ne s’acquittant pas de ses échéances d’octobre (172 millions d’euros) et de décembre (152,5). Pour certains présidents de clubs, cette histoire est au mieux "un pantomime" , au pire une "manipulation magnifique" . Et si on a ri jaune aux obsèques de ce projet, les sourires étaient bien plus francs et sincères lors de l’annonce de l’heureux événement le 29 mai 2018, jour de l’attribution des droits intronisant ce grand illusionniste venu de l’autre côté des Pyrénées.

 "Il doit être 16 heures, on n’a pas encore terminé. Et Nathalie Boy de la Tour déboule :
"Champaaaaagne, bravo à tous !" – "Mais Nathalie, qu’est-ce que t’es en train de nous faire, là ? Il reste encore des lots à attribuer !""
Un participant de la journée d’attribution des droits TV

La France du foot n’a alors pas encore vécu l’été doré que lui apporteront Didier Deschamps et ses hommes en Russie, mais, dans les rangs de la LFP, on jubile. Peut-être déjà un peu trop vite. "Il doit être 16 heures, on n’a pas encore terminé. Et d’un coup, Nathalie Boy de la Tour déboule en disant : "Champaaaaagne, bravo à tous, je veux remercier les informaticiens qui ont travaillé toute la nuit..." " , raconte un des témoins de la scène, effaré. La présidente de la Ligue se fait d’ailleurs reprendre de volée par l’assemblée : "Mais Nathalie, qu’est-ce que t’es en train de nous faire, là ? Il reste encore des lots à attribuer !" Qu’importe : alors que le précédent contrat avec Canal+ et beIN Sports se chiffrait à 748 millions d’euros, les clubs français ont réussi à faire bondir de près de 60% leurs revenus télévisuels domestiques. La bonne affaire. "Demain, si ton patron te dit que dans deux ans, ton salaire va être doublé, quand tu rentres chez toi, tu prends le champagne avec ta femme, assume Laurent Nicollin, le président du Montpellier Hérault SC. À ce moment-là, tu ne peux que dire bravo." Le fils de Loulou est catégorique : "Il n’y a pas un président qui a émis de doutes à cet instant. Si quelqu’un vous affirme le contraire, c’est un gros menteur."

 Chapitre I : Shuffle up and deal

 Cette enchère à 1 milliard d’euros par an vient en réalité conclure une partie de très longue haleine, débutée en 2016. Cette année-là, alors que s’achève le mandat de Frédéric Thiriez, la LFP mène un grand chantier de sa gouvernance : les présidents de Ligue 1 poussent pour défausser le futur successeur de "Moustache" d’une partie de ses pouvoirs, considérés comme trop étendus. Ils souhaitent confier l’aspect business et développement économique au directeur général exécutif. Heureux hasard : Jean-Pierre Hugues, le DGE en poste, est sur le point de partir à la retraite, et on cherche pour le remplacer "le Carlos Ghosn du football français" , évoque un ancien de la maison. Le changement des statuts est adopté en conseil d’administration et, en mars 2016, le foot français se dégote un nouveau dealer pour distribuer et valoriser ses atouts. Le nom du croupier ? Didier Quillot. Ancien président de Lagardère News (Europe 1, Paris Match, Le JDD), ex-administrateur d’Orange, le nouveau dirigeant est originaire du Tarn-et-Garonne, comme le laissent deviner sa carrure de rugbyman et son accent méridional. Sous ses lunettes à la monture épaisse, il est décrit par certains comme un décideur un peu orgueilleux, qui peut avoir du mal à partager le pouvoir. Il devra pourtant former un tandem à la tête de la LFP avec la future présidente, Nathalie Boy de la Tour, élue en novembre de la même année.

Sa fiche de poste dessine pour Quillot une mission claire : ouvrir en grand le principal robinet d’argent frais des clubs que sont les recettes télévisuelles. Dans ce domaine, la France fait figure de parent pauvre dans le top 5 européen : là où les droits domestiques ont déjà tous dépassé ou talonné le milliard annuel chez nos voisins, l’Hexagone stagne autour des 600-700 millions d’euros depuis des années. Le quasi-monopole dont jouit Canal+ sur le football en France n’y est pas étranger. En Angleterre, par exemple, c’est la bataille d’ego entre BT et Sky qui a fait crever le plafond. Sur les trois premières décennies d’existence de Canal+, ni TPS, ni Orange, les premières à avoir tenté de s’immiscer sur ce marché, ne sont parvenues à tenir la dragée haute à la chaîne cryptée sur la durée. Il faut attendre 2012 et l’arrivée de beIN Sports pour voir "la chaîne du foot et du porno" être challengée par un concurrent digne de ce nom. Si l’hydre à deux têtes formé par beIN et la quatrième chaîne permet de faire grimper graduellement la valeur de la seule L1 (de 607 millions d’euros par an pour 2012-2016 à 726,5 en 2016-2020), ce n’est pas suffisant pour les pontes du football français, convaincus que leur produit est sous-évalué. "L’Angleterre a environ 2 milliards, en Espagne, ils ont 1,5 milliard, en Allemagne 1 milliard... Pourquoi le championnat de France, avec Neymar et Mbappé, ne pourrait pas avoir 1,2 milliard de droits TV ? Ça ne paraît pas déconnant" , resitue Laurent Nicollin. La barre symbolique revient comme un marronnier et, surtout, fait office de frontière en dessous de laquelle le futur accord serait considéré comme un échec. Aux yeux des boss des clubs, Didier Quillot doit donc être l’homme du milliard, celui qui fera entrer la L1 dans le carré VIP européen. "La pression des présidents sur Didier Quillot était extrêmement forte, il était attendu au tournant" , reprend un ancien de la LFP.

Cet appel d’offres pour la période 2020-2024, le nouveau DGE en sera le principal architecte, assisté de Mathieu Ficot, responsable des activités média et marketing de l’instance. Entre 2016 et 2018, le duo fait le tour du monde pour dénicher le futur rival de beIN et Canal+. Des États-Unis à l’Asie, ils présentent la "Ligue des talents" à Google, Amazon, Facebook, Wanda, Infront, IMG, entre autres. Et donc, fatalement, à Mediapro. S’il n’est pas encore impliqué dans la diffusion du football sur notre sol, le groupe catalan n’est pas un inconnu : il a notamment, via sa filiale française, produit les contenus de beIN Sports France à ses débuts. Grand nom de la production audiovisuelle, Mediapro est néanmoins beaucoup moins à la fête chez lui depuis peu. "Jusqu’en 2015, la négociation sur les droits était individuelle en Espagne. Les plus gros clubs les commercialisaient eux-mêmes au plus offrant, détaille le consultant Pierre Maes, ancien directeur des programmes de Canal+ Belgique et auteur du livre Le Business des droits TV du foot. Mediapro avait la main sur ceux du Barça. Ils se portaient acquéreurs, pour ensuite les revendre avec plus-value." Au moment où la négociation sur les droits télé ibériques devient collective, la firme cesse de jouer les guichetiers privés du club blaugrana. Pire, pour la période 2019-2022, Mediapro doit se contenter de miettes face à Telefonica, qui ramasse neuf des dix matchs de chaque journée de Liga. Fragilisé sur ses terres, le groupe audiovisuel n’en reste pas moins un squale de belle taille : début 2018, son chiffre d’affaires atteint les 2 milliards d’euros, pour 250 millions d’euros de résultat. Parmi ses actionnaires, on trouve par ailleurs le Britannique WPP, leader mondial de la publicité. La rencontre des grands esprits entre Didier Quillot et Jaume Roures, le fondateur catalan de Mediapro, est ainsi orchestrée quelques mois avant l’appel d’offres des droits télé du foot français par l’intermédiaire de Marc Ingla, directeur général du LOSC et également originaire de Catalogne. Avec son partenaire Tatxo Benet, Roures a fondé Mediapro en 1994 et en a fait une multinationale avec des bureaux sur tous les continents. Il en a profité au passage pour se construire une image en décalage avec les codes de son milieu. Ancien militant trotskiste emprisonné sous Franco, le bonhomme reconnaît être parti prendre les armes pour faire la révolution sandiniste au Nicaragua à la fin des années 1970, sans jamais entrer dans le détail de ses accomplissements sur place. Mais Quillot n’est pas venu discuter révolution populaire avec le magnat catalan : il veut juste réaliser le Grand Soir dans le petit écran du foot français.

Chapitre II : les mises

Didier Quillot n’est pas un cow-boy solitaire. Au retour de ses pérégrinations dans l’Ouest sauvage, il doit en référer au "comité de pilotage" , soit une douzaine d’experts sélectionnés parmi les membres du conseil d’administration de la LFP. Depuis l’automne 2017, cette cellule d’accompagnement est censée superviser les avancées de Didier Quillot et ficeler avec lui le cadre de l’appel d’offres. On y trouvait notamment les présidents Eyraud (Marseille), Caïazzo (Saint-Étienne), Desplat (Guingamp), Chabane (Angers), Rivère (Nice), Vasilyev (Monaco), Michy (Clermont) ou encore le représentant de la FFF, Michel Denisot. Jean-Michel Aulas fut intégré à ce groupe en cours de route. Après sept sessions de travail, le comité de pilotage est en mesure de présenter au CA la composition des lots qui sera ensuite communiquée aux futurs prétendants. L’ensemble de la programmation de la L1 est fragmentée en sept lots, avec la volonté de concerner "un grand nombre d’acteurs" , comme le précise le procès-verbal de la réunion du 25 avril 2018. Par ailleurs, détail qui aura son importance pour la suite, la LFP fait savoir que "pour la première fois, [elle] permettra des droits de sous-licence sur l’ensemble des lots" . C’est-à-dire qu’elle autorise la possibilité de revendre ses acquis à un tiers, comme cela s’est déjà vu en France par le passé pour un mondial ou un Euro. La date du 29 mai 2018, deux semaines avant le début de la Coupe du monde de football, est choisie : "On considérait que la tension compétitive était bonne à ce moment-là" , révèle un proche du dossier.

 Les jours qui précèdent la date fatidique, une poignée d’employés et les avocats de la Ligue épluchent un à un les dossiers envoyés par les candidats en amont. Leur identité doit rester confidentielle jusqu’au jour J, et leurs dossiers ne doivent pas faire mention d’offre financière : les enchères comme l’attribution se bouclent en une journée. Dans le plus grand hermétisme sont évalués la qualité des retransmissions proposées par les opérateurs, leur solidité financière, le nombre de caméras, ce qui sera investi en matière de communication etc. "On a reçu les dossiers de Canal, beIN, Mediapro et Free" , liste un des employés de la Ligue. Première surprise : SFR, par l’intermédiaire de la chaîne RMC Sport, n’a pas répondu à l’invitation. À l’inverse, si personne ne se doute encore de sa présence, Mediapro est bien là. "Ils ont renvoyé leur dossier qualitatif quelques jours avant la date limite comme les autres participants et ont été analysés comme les autres, confirme encore la source interne à la Ligue. On a constaté que Mediapro était une entreprise de production et de diffusion audiovisuelle et qu’elle avait tout à fait le droit de concourir. Après étude, il n’y avait pas de doute sur sa solvabilité." D’autant que Joye Media SL, la société qui englobe l’ensemble des activités du groupe Mediapro, a été rachetée quelques mois plus tôt à 53,5% par Orient Hontai Capital. Ce fonds d’investissement chinois a pour actionnaire la province de Shanghai, et par extension le gouvernement de Pékin. À l’époque, la Chine investit massivement dans le football européen. En France, des actionnaires chinois entrent au capital de Nice, Lyon et Auxerre, tandis que la FFF ouvre un bureau en République populaire. Passionné de ballon, le président chinois Xi Jinping veut organiser la Coupe du monde sur son territoire d’ici 2030, et ambitionne de la soulever à l’horizon 2050. L’un dans l’autre, la volonté d’acquérir les droits du foot français ressemble à un outil de soft power, comme a pu s’y adonner le Qatar en son temps.

Une fois les candidatures compilées, toutes se voient attribuer une note. "Ce coefficient de confiance sert à moduler le prix, explique Jean-Pierre Louvel, ancien président du HAC et familier du processus. Pour celui qui fait une offre de 100, mais a un coefficient de 0,2, son prix n’est plus de 100, mais de 120." Une évaluation qui a pour objectif de protéger les diffuseurs historiques, mais dont le poids reste en définitive marginal. Les règles sont énoncées, les blinds ont été posées, Quillot peut alors inviter les joueurs à s’asseoir autour de la table des négociations. Canal+ est là en vieux briscard sûr de lui, plus stratège que puncheur ; beIN veut toujours se faire bien voir à la table des grands sans dilapider sa montagne de jetons. Enfin, caché sous une capuche et une paire de lunettes en attendant de se dévoiler, Mediapro se pointe discrètement avec une grosse valise.

Chapitre III : le flop

Les poker faces sont de mise. Les protagonistes jouent la mine fermée, aucune émotion n’est censée transparaître. Ce 29 mai 2018, les membres du comité de pilotage sont réunis dans les bureaux parisiens du cabinet Clifford Chance, avocats de la LFP. Le député Cédric Roussel décrit avec le recul "un processus très mécanique" . Depuis mi-octobre 2020, l’élu LREM pilote depuis l’Assemblée nationale des auditions pour faire la lumière sur "l’affaire Mediapro" . "Il y a interdiction entre les candidats potentiels d’échanger, les portables sont mis de côté. Chacun fait une offre pour les lots auprès d’un huissier, et ajuste ses enchères en fonction des autres." Tous les participants suivent un cérémonial réglementé par la loi Lamour de 2003, texte qui fait de la Ligue française la seule d’Europe à être dans l’obligation d’organiser un appel d’offres transparent, non discriminatoire, public, et encadré par l’autorité de la concurrence. Pas de copinage, de renvois d’ascenseur ou de luttes d’influence : le plus offrant remporte la mise, point. Les lots sont passés en revue, et chaque enchérisseur est dévoilé par les équipes de la Ligue et Me Yves Wehrli, avocat du cabinet Clifford Chance. "Notre présence au round final ne porte aucune conséquence, note un président de club. Tu as les gens de Clifford qui sont là et tu n’as pas la possibilité d’interférer sur le résultat." Dès les premiers tours, un chipleader inattendu sort du bois : Mediapro. Le concurrent sino-espagnol rafle alors trois des lots mis en jeu, correspondant à huit des dix rencontres de chaque journée. L’offre est énorme et laisse tout le monde bouche bée. "Quand on te donne des chiffres qui sont validés par l’expert comptable, par un avocat ou les gens de la Ligue, donc des gens sérieux, tu te dis : "Bon super, on a touché le jackpot !"" rapporte Laurent Nicollin.

"Il n’y a pas un président qui a émis de doutes le jour de l’attribution. Si quelqu’un vous affirme le contraire, c’est un gros menteur."
Laurent Nicollin, président de Montpellier

De son côté, Free s’adjuge les droits VOD d’extraits en quasi-direct quand beIN limite la casse en s’offrant le match du samedi à 21 heures et celui du dimanche 17 heures. À l’instant T, Canal+ est bredouille. Selon plusieurs sources, au moment où le groupe de Vincent Bolloré apprend qu’il perd sa sacro-sainte affiche du dimanche soir, celui-ci préfère se coucher et ne pas surenchérir. Un responsable tente de décrypter ce geste de désespoir : "Canal n’avait pas du tout vu arriver Mediapro. Ils pensaient que le candidat mystère était RMC Sport, un groupe qui avait remporté les droits de la C1 quelques mois auparavant, de manière très agressive." Échaudé par cette déconvenue et pensant son concurrent à court de liquidités pour les lots suivants, Canal aurait donc "essayé de planter l’appel d’offres" en plaçant des mises volontairement ridicules (10 millions d’euros) sur les lots 2 et 3. L’idée ? Faire en sorte que le prix de réserve fixé par la LFP ne soit pas atteint. Cette somme correspond à un montant minimum fixé par la Ligue. Si le seuil n’est pas franchi, l’appel d’offres est annulé dans son entièreté et reporté à une date ultérieure. C’est donc l’invalidation et l’ajournement de la partie qu’aurait visés Canal. Une stratégie une nouvelle fois inopérante, puisqu'elle ne fait qu’ouvrir un boulevard aux Espagnols sur le lot 2 et à beIN Sports sur le lot 3. La somme plancher est atteinte, "l’enchère continue" , ordonne la LFP. Canal+, qui aurait fait courir le bruit que les droits de la Ligue 1 ne valaient pas plus de 650 millions d’euros, est alors sortie du jeu. "Avant cette journée, Canal se sentait en position de force, récapitule Arnaud Simon, l’ancien directeur général d’Eurosport, désormais à la tête de la société de conseils en droit sportif In&Out Stories. Mais c’est la partie de poker inhérente à l’appel d’offres." Ce tour de force de Mediapro fait déjà des heureux. Jean-Michel Aulas se pourlèche les babines à l’idée d’un futur festin : "On réduit la différence avec nos concurrents européens. À Lyon, on va pouvoir prendre un peu plus de risques sur la partie joueurs. C’est un jour béni pour le football professionnel français." Alléluia.

Chapitre IV : le turn

Alors que le France du foot commence ses vacances en nageant dans un océan d’autosatisfaction, une première vague d’inquiétudes vient troubler la félicité ambiante. C’est la Ligue de football italienne qui instille les premiers doutes, quand elle rétropédale et retire à Mediapro les droits de la Serie A de 2018 à 2021, obtenus grâce à une offre de 1,05 milliard d’euros par saison. Les garanties financières de l’acquéreur sont finalement jugées insuffisantes par la Lega Serie A. En coulisses, certains dirigeants français commencent à jacasser. Le 8 juin, Quillot monte sur le pont pour assurer à tous que le navire Ligue 1 est doté de doubles fonds solides et qu’il n’y a donc pas matière à imaginer des trous dans la coque : "Nous n’avons pas d’inquiétude, car nous avons une caution solidaire de l’actionnaire de référence de Mediapro." En l’occurrence, Joye Media SL, sa société mère. Le 6 septembre 2018, le coprésident de Saint-Étienne, Bernard Caïazzo, est le premier à verbaliser publiquement ses inquiétudes : "On nous a dit qu’il n’y avait aucun problème de solvabilité... On dit que Mediapro souhaite faire de la sous-traitance. Mais vu les sommes qu’ils ont engagées, je ne vois pas comment ils pourraient obtenir davantage..." Par le terme sous-traitance, le patron des Verts se réfère à la possibilité qu’offre l’édition 2018 de l’appel d’offres : revendre une partie de son trésor de guerre à un tiers. Ironie de l’histoire, cet astérisque fut ajouté à la demande de... Canal+.

"La possibilité de revendre ses droits, c’est la plus grande connerie de cet appel d’offres. La stratégie de Mediapro consistait à ce que Canal n’ait rien, pour les inciter à passer par eux. C’était une façon de les prendre en otage."
Le président d’un club de Ligue 1

Pour Arnaud Simon et de nombreux professionnels familiers du milieu des droits télé sportifs, ça ne fait aucun doute : "Aucun élément ne laissait penser que Mediapro voulait effectivement lancer sa chaîne." Mediapro jure pourtant vouloir proposer un canal à 25 euros par mois, Jaume Roures annonçant cibler à terme "3,5 millions d’abonnés" , pour rentrer dans ses frais. Il serait gentil de qualifier ce business plan d’utopique – pour rappel, beIN Sports a mis cinq ans pour atteindre cette barre avec de la C1, des Real-Barça en pagaille et des chocs de Serie A dans son catalogue. C’est là que Canal+, piteusement éclipsé de la course aux droits par le géant espagnol, aurait fait un croche-patte aux ambitions de son rival, en refusant de racheter ses droits si chèrement acquis. C’est du moins ce qu’avancent de nombreux spécialistes. "Au vu des différends que Canal entretenait avec la Ligue, je pense qu’ils n’avaient pas envie d’aider Mediapro et in extenso la LFP, abonde Arnaud Simon. Je suis intimement persuadé qu’ils ont voulu contrarier l’objectif de plus-value de Mediapro." En attendant, les mois défilent. Le 29 novembre 2019, c’est l’UEFA qui vient taquiner les chevilles de la firme sino-espagnole, en attribuant délibérément les droits de la Ligue des champions à beIN Sports et Canal, à compter de la saison 2021-2022. Il s’agit d’un énorme revers pour Mediapro, qui semble désavoué au grand jour par l’institution européenne, non concernée par la loi Lamour de 2003. Jaume Roures crie au complot : "Il y a eu une magouille. Nos offres étaient meilleures sur les deux tours." Selon Pierre Maes, cette décision marque un tournant. "L’UEFA a clairement choisi la sécurité financière, en tranchant en faveur de la base d’abonnés déjà acquise, et non du montant du chèque." En parallèle, la chaîne cryptée fomente ce qui ressemble à une contre-attaque éclair. En décembre 2019, elle annonce qu’elle rachète pour 330 millions d’euros à beIN le lot que l’employeur de Darren Tulett et Robert Malm avait gagné lors de l’appel d’offres, à savoir les matchs du samedi 21 heures et celui du dimanche 17 heures. L’entreprise de Vincent Bolloré devient également le distributeur exclusif de beIN Sports sur toutes les plateformes à partir de juin 2020. "Canal possède alors moins de matchs que Mediapro en magasin, mais vient d’empocher 28 des 38 meilleures affiches de chaque saison" , résume Pierre Maes. Quant à la chaîne dirigée par Nasser al-Khelaïfi, elle mise sur cette alliance pour diminuer ses frais, alors que Doha semble fatiguée de renflouer chaque année les caisses. Pour la LFP et Mediapro, ce partenariat entre frères ennemis d’autrefois a peut-être un avant-goût d’apocalypse. C’est du moins ce que laisse entendre un président de Ligue 1, sous couvert d’anonymat : "La possibilité de revendre ses droits, c’est la plus grande connerie de cet appel d’offres. Je pense que la stratégie de Mediapro consistait à ce que Canal n’ait aucun droit sur la L1, pour les inciter à passer par eux. C’était une façon de les prendre en otage. Mais ça n’a pas fonctionné, à cause de l’alliance entre beIN et Canal. Sans cette possibilité de céder le contrat avec plus-value, Mediapro ne serait jamais venu."

Mediapro n’a plus le choix : son projet de chaîne, un concept dessiné à la va-vite, va devoir prendre corps. Alors que le coronavirus décapite sportivement et financièrement la saison 2019-2020, l’entreprise ibérique annonce début juin la création de Téléfoot la chaîne du foot, en partenariat avec TF1. Jean-Michel Roussier, directeur de feu CFoot en 2011-2012, puis éphémère président de Nancy, en sera le directeur d’antenne. "Tout ça a été fait à l’arrache, croit savoir un ancien président de club, retiré, mais toujours bien informé. Ils savaient assez rapidement qu’ils allaient droit dans le mur. Roussier, c’est un choix par défaut. Quand Mediapro a voulu monter une direction pour sa chaîne, ils ont approché beaucoup de monde, et tous les professionnels un peu référents ont refusé." Il reste encore à Roures une carte dans sa manche pour adoucir le sort funeste que beaucoup lui promettent déjà : se dégoter des accords de distribution avantageux. L’idée : vendre Téléfoot aux fournisseurs d’accès internet (FAI) comme un produit d’appel premium, qui leur permettra d’attirer de nombreux abonnés. Le cas échéant, le détenteur des droits demande souvent à être partiellement payé en avance, quel que soit le nombre d’abonnés recrutés. Un prix d’entrée en somme, usuellement qualifié de "minimum garanti" . Sauf que les accords de distribution se font désespérément attendre. Alors que le championnat reprend le 21 août 2020, Mediapro annonce un deal le 27 juillet avec SFR, le 14 août avec Bouygues, le 26 août avec Free et le 9 septembre avec Orange. Autant de partenariats tardifs qui n’augurent rien de bon. "Il est quasiment certain que Mediapro a touché des minimums garantis très faibles de la part des FAI, pense déceler Arnaud Simon. Il ne faut pas sortir de Harvard pour deviner ce qu’ils leur ont dit : "Vos 3,5 millions d’abonnés à 25 euros par mois, ça ne marchera jamais." Donc ils ont probablement dû signer en catastrophe." Un gnon dans le bide, un de plus. Avant de sombrer, le groupe audiovisuel n’entrevoit plus qu’une ultime lumière au bout du tunnel, un dernier espoir fou auquel se raccrocher : Canal+. Avec ses millions d’abonnés, la chaîne cryptée peut potentiellement donner à Mediapro la possibilité de toucher une pelletée de clients, via une offre couplée avantageuse, incluant Canal et Téléfoot. La quatre reconnaîtra bien avoir discuté les yeux dans les yeux avec les Espagnols, mais aucune poignée de mains ne sera échangée. Pire, Maxime Saada, le président de Canal, accuse son concurrent de tentative d’entourloupe, en ayant exigé des minimums garantis supérieurs à ceux quémandés à Free, SFR et Cie : "On connaît bien les conditions dans lesquelles on peut signer des contrats de distribution. On sait que celles qui nous sont demandées aujourd’hui ne peuvent pas avoir été acceptées par les autres FAI." Mi-septembre 2020, la chaîne du groupe Vivendi attaque Mediapro en justice.

"Mediapro a dû toucher des minimums garantis très faibles de la part des fournisseurs d’accès à internet. Il ne faut pas sortir de Harvard pour deviner ce qu’ils leur ont dit: "Vos 3,5 millions d’abonnés à 25 euros par mois, ça ne marchera jamais.""
Arnaud Simon, ancien DG d’Eurosport

Chapitre V : la river

Sans accord de distribution avec Canal et donc sans accès aux près de deux millions de souscripteurs de son offre satellite, Téléfoot fait une croix sur ses chances d’atteindre ses objectifs. La Ligue 1 ne le sait pas encore, mais la tragi-comédie est déjà terminée. Le 5 décembre 2020, c’est la fin du théâtre d’ombres. Mediapro l’annonce haut et fort : alors que sa première échéance de 64 millions d’euros avait été réglée rubis sur l’ongle, elle ne paiera plus. Jaume Roures veut même "rediscuter le contrat" d’une saison très affectée par la situation sanitaire. "On ne remet pas en cause le projet en tant que tel, mais les bars et les restaurants sont fermés, la publicité s’est effondrée... Ce sont des choses que tout le monde connaît." La LFP, piégée, saisit le tribunal de commerce de Nanterre afin d’exiger de "l’actionnaire de référence" de Mediapro (Joye Media) l’activation de la garantie figurant dans les contrats. Un pare-feu obsolète: les ordonnances prises par le gouvernement dans le cadre de la pandémie, en mai, ont renforcé le droit des entreprises en difficulté, afin d’éviter les faillites en chaîne. La Ligue est forcée d’entamer une procédure de conciliation avec son mauvais payeur, pouvant durer de quatre à cinq mois. Impossible, dans le même temps, de récupérer les droits acquis par Mediapro, malgré le retard pris sur les versements. Seul un deus ex machina chinois pourrait sauver le football français de la bérézina. Pour cela, il faudrait qu'Orient Hontai Capital, l’actionnaire majoritaire de Joye Media, consente à renflouer la firme espagnole. Il n’en sera rien, le fonds d’investissement n’étant pas légalement tenu de combler les insuffisances de Mediapro. "La garantie prise par Quillot était bidon" , confie un cadre de la chaîne Téléfoot qui souhaite garder l’anonymat. "La vérité, c’est qu'OHC n’est pas tributaire de la garantie qu’a négociée la Ligue, abonde Pierre Maes. C’est Joye Media, la société mère de Mediapro, qui l’est. Joye Media, c’est Mediapro. Si l’un n’a pas de liquidités, c’est aussi vrai pour l’autre." À la décharge de la LFP, il semblait moins hasardeux d’engager la responsabilité d’une grande société ibérique plutôt que celle d’un fonds d’investissement d’Extrême-Orient, que la justice européenne aurait beaucoup plus de mal à sanctionner. Le sauvetage du projet de Mediapro par OHC est d’autant plus improbable que la firme chinoise semble avoir reçu la consigne de rapatrier ses billets verts à la maison. "À la suite de la crise du coronavirus, le président Xi Jinping a réorienté la stratégie chinoise, pour que les entreprises concentrent leurs investissements sur le marché intérieur, analyse Tianlei Huang, chercheur spécialiste de l’économie chinoise au Peterson Institute de Washington. Ce qu’a fait OHC reflète probablement cette politique de rappel des fonds." Le dernier masque tombe, la catastrophe est actée. Après avoir obtenu en tout et pour tout 64 millions d’euros de la part de Mediapro, la LFP se contente d’une enveloppe de 100 millions d’euros versés par le groupe espagnol, qui s’exonère par la même occasion de toutes poursuites judiciaires en restituant les droits en sa possession. La compensation est largement insuffisante, si bien que la LFP doit contracter un prêt à hauteur de 112 millions d’euros mi-octobre, pour maintenir tant bien que mal des clubs sous assistance respiratoire.

Chapitre VI : le showdown

Alors que "l’affaire" Mediapro est désormais dans le rétro du foot français, vient l’heure des comptes. À qui la faute ? À Didier Quillot, qui aurait pu éviter de dérouler le tapis à Mediapro ? Au cabinet Clifford Chance mandaté par la Ligue, qui, selon certains dirigeants, leur a vendu "que Mediapro, c’était du béton" ? À la loi Lamour, qui contraint à attribuer les droits à celui qui allonge le plus de billets ? À l’attentisme et la cupidité des présidents de clubs ? Pour le député Cédric Roussel, affairé depuis octobre dernier à faire la lumière sur l’affaire Mediapro, Clifford Chance est hors de cause : "Ils n’avaient pas de mission d’audit financier, juste d’ordre juridique. Mais de toute façon, dans cette affaire, il n’y a pas UNE responsabilité qui ressort. C’est collectif." Jean-Pierre Louvel, lui, souligne la naïveté conjointe de la LFP et des présidents de clubs dans la gestion du dossier : "Mon sentiment, c’est qu’on a présenté aux présidents un offre mirobolante et que la Ligue leur a assuré qu’elle s’accompagnait de garanties suffisantes. Mais dans les milieux autorisés, on savait que Mediapro n’était pas un acteur dont on était sûr de la solvabilité. Finalement, la mariée était trop belle." L’ancien président du Havre l’a bien compris : au terme de cette partie, "tout le monde est perdant" , même le casino. Les principaux affectés restent les clubs et par extension le foot français. "Cette crise est la pire que l’on ait traversée, pose un patron de club. Dans les pays voisins, tout le monde perd énormément d’argent à cause de la Covid et des huis clos, mais ils n’ont eu ni l’arrêt du championnat ni la défaillance du diffuseur. Oui, ils ont pris un coup de poignard, mais en France, on en a encaissé trois !" En conférence de presse au mois de janvier, Nicolas Holveck estimait que le Stade rennais s’apprêtait à déclarer une perte sèche de 40 millions d’euros entre la crise sanitaire et le désengagement de Mediapro. "Certains clubs sont en danger de mort, poursuit son homologue Laurent Nicollin. Moi, je suis quelqu’un d’optimiste, donc je vais me battre pour payer les salariés et équilibrer mon budget. J’ai encore un mois ou deux de trésorerie, mais il y a douze ou treize ans d’économies qui vont disparaître en un claquement de doigt." Par un effet domino, c’est également toute la famille du sport français qui va s’en mordre les doigts, puisqu'il y a "un modèle de solidarité qui fait que le foot pro finance l’essentiel du monde amateur" , comme le rappelle le député Cédric Roussel. Avant de prendre le soin de préciser : "Et pas seulement le foot, TOUT le sport."

En 2021, le réveil est forcément brutal et pose peut-être la seule question qui vaille : quelle est la valeur réelle de cette Ligue 1 ? "Je pense qu’on l’a surestimée. La pyramide inflationniste du football européen ne pouvait pas continuer éternellement, soupire Pierre Ferracci, président du Paris FC. Si on avait pu passer de 750 millions d’euros à 900 ou 950, ça aurait déjà été super." Surtout que les offres combinées des candidats hors Mediapro auraient permis d’atteindre 1,011 milliard d’euros avec des partenaires fiables. Début février, après des semaines de négociations harassantes et de coups de bluffs, Canal remportait enfin son pari en s’adjugeant l’ensemble des matchs restants de Mediapro jusqu’à la fin de la saison, en déboursant seulement 35 millions d’euros supplémentaires. La saison 2020-2021 rapportera donc aux clubs un peu plus de 680 millions d’euros. Soit presque 500 de moins que ce à quoi ils auraient pu prétendre cette année, si Mediapro avait honoré son contrat. Et si le pire était encore à venir ? Dès cet été, il faudra déjà ressortir les jetons, le tapis et les poker face pour décider de l’avenir du football français pour les exercices 2021-2024. Malgré les candidatures remarquées d’Amazon, DAZN et Discovery lors de l’appel d’offres infructueux du 1er février, c’est bien Canal qui semble avoir la meilleure main. Si bien que la chaîne cryptée pourrait se retrouver seule à décider de la valeur du football français, dans un futur proche. Pas forcément une bonne nouvelle, d’autant que la rancœur est sans doute grande du côté du groupe de Vincent Bolloré. "J’estime que le produit L1 a été dégradé, allumait Maxime Saada lors d’une interview au Figaro, le 13 janvier. La diffusion sur Téléfoot a fortement réduit l’exposition de la compétition. Le classico PSG-OM, qui rassemblait auparavant plus de 2 millions de téléspectateurs sur Canal, n’en a rassemblé que 400 000. Le même soir, Canal a fait mieux avec un match de Top 14..." Si la sortie sent le sarcasme à plein nez, cela présage surtout que, lors de la prochaine main, la quatrième chaîne n’aura pas besoin de lâcher tous ses jetons pour remporter le pot. À voir si le football français pourra faire mieux que de se coucher.

La menace du piratage des diffusions de match revient en force ces derniers temps. Au point qu’elle constitue un des points essentiels de ce qui reste du grand projet de loi "Sport et société" actuellement discuté à l’Assemblée nationale. Mais d’un certain point de vue, répressif, on oublie que la généralisation du procédé relève presque, quelque part, d’une légitime défense des amoureux du ballon rond devant l’augmentation permanente du coût du foot.
ds 0379Il existe tellement d’idées fausses auxquelles il faut tordre le cou autour de ce fameux phénomène du piratage. D’abord, la difficulté d’en évaluer le préjudice. Les chiffres cités par les acteurs économiques du monde sportif (clubs, chaînes de télé, etc.) et en particulier du foot (la Ligue ose même balancer 500 millions d’euros...) repose sur de fausses suppositions. Dont cette incroyable conviction que toutes les personnes qui s’embêtent à scruter leur streaming incertain ou figé sur leur ordi ou leur tablette seraient prêts à payer le coût, de plus en plus onéreux, d’un abonnement légal. Se baser sur une telle utopie illustre à quel point la réalité sociale échappe complètement aux dirigeants du foot pro. Le fiasco Mediapro l’avait d’ailleurs illustré. Que ce soit la LFP ou les diffuseurs potentiels, tous paraissent persuadés de l’existence d’un puits sans fond de clients capables de débourser n’importe quelle somme, non seulement pour la Ligue des champions, mais aussi la L1 voire la L2. Une addiction collective qui ne serait donc jamais calmée, peu importe le contexte économique. Il y aurait beaucoup à dire sur la rationalité du capitalisme sportif...

Le prix de l’amour ?
Naturellement, la réalité du terrain s’avère bien différente. Le premier point reste que les «?fraudeurs?» paient en fait déjà pour s’enthousiasmer ou pleurer devant leur match. À commencer par leur box internet, pour laquelle ils doivent payer tous les mois. La relation à la gratuité de tout contenu en ligne doit se penser en ces termes. Pas besoin donc de convoquer Proudhon et son mal compris «?La propriété c’est le vol?» . La musique et le cinéma ont déjà été confrontés à cette évolution. Les tentatives de freiner le piratage face à l’amplification massive de la consommation numérique et l’accélération des avancées technologiques (du haut débit à la 5G) ont contraint ces industries du divertissement à repenser leur modèle, en multipliant les parades. De fait, le succès des plateformes comme Netflix (qui doivent aussi composer avec la circulation des codes d’accès) ou des sites de streaming musicaux (avec leur double version : gratuite et pub, payante sans pollution...) l’illustre parfaitement.
Le monde du foot a de son côté bien du mal à penser la suite. Il n’en a presque pas envie. Il se plaint, réclame son dû ou quémande auprès de l’État. Il traite le public en délinquant qui refuserait de payer, même s’il n’en pas envie. Il s’enferme par exemple dans son incapacité à comprendre que Mediapro fut autant une déroute financière qu’un Waterloo culturel. Les patrons du foot pro tricolore en étaient arrivés à croire, ou plutôt à exiger, que leur «?produit?» valait un milliard, pour ensuite se lamenter que les gueux n’acceptent pas de s’acquitter de la dîme. Comment n’ont-ils pu comprendre que depuis des années, la montée du piratage résulte autant d’une amélioration de la connexion chez les particuliers qu’elle s’apparente à une sorte de résistance passive à cette flambée des prix ? Le plus paradoxal au demeurant reste d’observer les pontes du ballon rond désormais courir après les supposés nouveaux modes de dégustation de la jeunesse (extraits en ligne des plus beaux buts, ne payer que les quinze dernières minutes...), tandis qu’ils méprisent ceux et celles qui persistent au contraire à travers le piratage à préserver un rapport traditionnel et entier au foot, à l’aimer sur la durée de la saison ou de 90 minutes, y compris un 0-0 de la 22e journée de Ligue 2.

Légitime défense sociale
Légalement, nul débat. Le piratage et le recours au streaming sont hors jeu. Culturellement, il s’agit presque d’un hommage, ou plutôt d’une tranchée pour tenir la position devant l’effondrement du foot d’avant. Et nous sommes nombreux en ce moment à creuser des tranchées pour tenir. Sur le plan social ou politique, effectivement, le piratage ressemble à une légitime défense. Surtout dans un contexte où toutes les alternatives (voir le match au stade, dans un bar ou chez un ami) ont disparu. Ceux qui en possèdent les murs, les gradins, les caméras et les droits peuvent peut-être vendre le foot, mais le foot ne leur appartient pas pour autant. Pas davantage qu’un bar n’est finalement la propriété de son patron, mais plutôt de ses habitués. Les ultras et ceux qui regardent le foot en streaming ont en commun, en outre d’être souvent criminalisés, d’être les derniers à aimer le foot sans penser qu’ils faillent toujours en payer le (bon) prix.

Pour faire face à la crise sanitaire et atténuer la baisse de revenus liée au conflit sur les droits télé, certains clubs sont parvenus à baisser les salaires de leurs joueurs ou se sont attaqués aux primes. D’autres, en revanche, n’ont pas bougé.
ds 0378aLens, Reims et Angers, les précurseurs
Dès la fin du mois de janvier, le RC Lens avait lui-même révélé l’information : « Un accord sur la baisse des rémunérations a été obtenu auprès de l’ensemble des collaborateurs du club ». Selon L’Équipe, les salaires seraient réduits entre 5 et 20 % avec plafonnement selon les tranches d’imposition des salariés concernés. Reims a également lancé le mouvement via une lettre ouverte rédigée par les joueurs : « Parce qu’il nous faut tous agir, parce que le football est l’exemple même de l’expression collective, nous avons échangé avec la direction du club et avons tous - absolument tous les joueurs comme les membres du staff - consenti spontanément à une baisse significative de nos salaires de janvier à juin 2021 ». Un effort qui permettrait au club de faire une économie de 2,7 à 3 M€.

Du côté d’Angers, l’idée est la même. Les joueurs et l’encadrement du club ont accepté des baisses de salaires allant de 10 à 30 % pour la fin de la saison.

Du cas par cas dans d’autres clubs
À Montpellier, ça n’a pas traîné non plus. Le club héraultais a été l’un des premiers à annoncer des baisses de salaires. Une grande majorité de joueurs aurait accepté de signer un avenant pour limiter les salaires et/ou les nombreuses primes prévues, jusqu’en juin. À Bordeaux, en l’absence d’accord collectif, des négociations au cas par cas auraient eu lieu. Selon L’Équipe, les éléments en fin de contrat en auraient été exemptés, à l’instar des jeunes qui ne gagnent pas assez pour être concernés.

ds 0378bLyon : baisse de salaire contre acquisition d’actions
Jamais à court d’idées, Jean-Michel Aulas, le président lyonnais, a proposé à ses joueurs une baisse des rémunérations affectant les salaires supérieurs à 50 000 euros mensuels. Un effort compensé par des primes de résultats ou l’acquisition d’actions du club avec l’espoir d’une plus-value. Le 8 mars, l’OL a informé qu’une partie de ses joueurs et joueuses avait accepté sa proposition de devenir des actionnaires d’OL Groupe, en contrepartie d’une baisse de salaire temporaire pour faire face à la crise liée à la covid-19.

À Brest, plusieurs pistes à l’étude
Au Stade Brestois, où l’effort se veut collectif, les discussions sur les baisses de salaires ont été entamées avec les joueurs et le staff. Une réunion s’est tenue la semaine dernière, car « nous voulions attendre de savoir ce qui allait réellement nous manquer en fin de saison pour proposer quelque chose de précis, témoigne Grégory Lorenzi, directeur sportif. Les discussions sont en cours, elles sont constructives et nous avons prévu de refaire bientôt un point ». Plusieurs pistes sont à l’étude, comme un pourcentage commun sur une éventuelle baisse de salaires, ou l’ajustement du variable, comme les primes de match.

PSG : le grand flou
Au micro de RTL, il y a une dizaine de jours, Marquinhos a assuré que les joueurs ont une nouvelle fois fait des efforts financiers pour aider le club dans la crise. « Personne ne l’a dit mais ça a été fait, ça a été mis en place », a expliqué le capitaine du PSG. Pourtant, il est assez peu probable que le club parvienne à baisser les rémunérations de Kylian Mbappé et Neymar (les plus élevées de la Ligue 1) alors même qu’il négocie actuellement la prolongation de contrats de ses deux cracks.

Rennes, statu quo
Contrairement à d’autres écuries de Ligue 1, les joueurs du Stade Rennais n’ont, pour l’heure, consenti aucune baisse de salaires et aucune démarche n’a été entreprise en ce sens. Ce qui n’empêche pas le club de s’interroger sur la gestion des contrats signés cet été, et notamment sur ceux de longue durée (jusqu’en 2024 ou 2025).

Lorient : négociations en cours
Dans l’optique des négociations sur d’éventuelles baisses de salaires au FC Lorient, le président Loïc Féry a rencontré joueurs et staff du club le mois dernier. « Il nous a réunis de manière collective pour nous expliquer la situation financière du club, avait alors expliqué l’entraîneur Christophe Pelissier. Chaque membre du staff et joueur a aussi été reçu par la direction. Les négociations sont en cours ».

Haro sur les primes
Dans une interview accordée au journal So Foot, Jacques-Henri Eyraud, l’ancien président de l’OM, explique avoir demandé aux joueurs de renoncer à toutes les primes de match. « Ils ont accepté ma demande, révèle celui qui a depuis été remplacé par Pablo Longoria. Ce qui fait une jolie somme… » Idem à Bordeaux, où, selon L’Équipe, les primes de victoire (1 600 €) ont été gelées jusqu’à nouvel ordre.

Ligue 2 : Guingamp aussi
Si le conflit sur les droits télé impacte moins les clubs de Ligue 2, puisque les montants dont ils devaient profiter étaient nettement moins importants, certains ont toutefois entrepris des baisses de salaires pour atténuer, par ailleurs, les pertes liées à la crise sanitaire. C’est le cas à Guingamp notamment. « C’est en cours, a expliqué le président Fred Le Grand. Il y a d’ores et déjà des signes positifs de la part de plusieurs joueurs. On les a rencontrés et nous sommes en phase de finalisation ». Celle-ci devrait intervenir cette semaine.

Le désormais ex-entraîneur de Rennes explique les raisons qui l’ont poussé à démissionner et tient à remercier l’actionnaire, le club et les supporters.
ds 0373aAu lendemain de sa démission du poste d’entraîneur du Stade Rennais, Julien Stéphan prend la parole dans un communiqué où il explique une décision "difficile et mûrement réfléchie". Il y remercie aussi l’actionnaire François Pinault, la direction du club et les supporters avec qui "il a partagé des émotions uniques".

Voici donc les premiers mots de Julien Stéphan depuis sa démission, à l’image de l’homme sobres, justes, sincères :

"L’analyse de la situation, après notre défaite contre Nice, m’a conduit à présenter ma démission à mes dirigeants ce week-end. Je quitte le Stade Rennais le cœur gros mais avec le sentiment d’avoir toujours donné le meilleur de moi-même pour le bien du club.

Cette décision, difficile à prendre, est mûrement réfléchie. J’estime avoir fait tout mon possible, ces dernières semaines, pour sortir l’équipe de la spirale négative qui était la sienne depuis le début de l’année et que rien ne laissait présager après une première partie de saison prometteuse, puisque Rennes comptait 33 points à la fin de la phase aller. J’espère de tout cœur qu’avec un autre discours et une autre méthode, les joueurs renoueront avec des résultats plus conformes à leur niveau.

A l’heure de mon départ, je tenais à témoigner ma profonde gratitude à Monsieur Pinault et à son fils, François-Henri, pour leur confiance et leur soutien indéfectibles. Travailler au service de leur club fut un privilège, un honneur et je suis fier d’avoir partagé avec eux des joies intenses, comme lors de notre victoire en Coupe de France, ce titre tant mérité au regard de leur fidélité et leur investissement pour le club.

ds 0373bNeuf saisons inoubliables
Si mon passage au Stade Rennais ne se termine pas comme je l’aurais souhaité, je quitte le club avec le sentiment d’avoir toujours fait le maximum. Que ce soit en tant que formateur ou entraîneur des pros, j’ai passé neuf saisons inoubliables dans le club de la ville où je suis né. Ces moments de bonheur, je les dois aussi à tous les dirigeants qui m’ont confié des responsabilités dans l’encadrement technique du club. Que chacun d’entre eux soit certain de ma reconnaissance.

Je voudrais adresser mes sincères remerciements au président Nicolas Holveck et Florian Maurice, pour l’aide qu’ils m’ont apporté, le respect qu’ils ont témoigné à mon travail et mon métier, et plus généralement à tous les collaborateurs du Stade Rennais, l’ensemble des salariés dont je connais l’attachement et l’implication dans leur mission, les membres du staff dont la compétence, la rigueur et la loyauté méritent d’être soulignées.

Un entraîneur n’est rien sans ses joueurs et je sais ce que je dois à chacun de ceux que j’ai dirigés. Je leur souhaite le meilleur pour la suite de leur carrière.

Un immense merci, enfin, à vous, les supporters. En toutes circonstances, vous avez été formidables. Nous avons partagé des émotions uniques, qui me resteront gravées à jamais.

Je souhaite beaucoup de bonheur à ceux qui soutiennent et ceux qui font le Stade Rennais.

Sans Julien Stéphan, le Stade Rennais peut-il encore accrocher l'Europe ?

ds 0372
"Coach,
Je vous remercie sincèrement pour tout car grâce à vous j’ai découvert le monde « adulte » de la N3 à la ligue 1 en passant par la ligue des champions.
Je vous dois beaucoup, vous m’avez toujours mis dans les bonnes conditions, merci pour vos conseils si précieux.
Je ne doute pas que votre avenir sera remplis de réussite car vous le méritez
God bless 💪🏾🙏🏾"
Source : Insta Camavinga

La nouvelle est tombée ce matin, Julien Stéphan n’est plus l’entraîneur du Stade Rennais. Il a démissionné.
ds 0371Julien Stéphan n’est plus l’entraîneur du Stade Rennais, il a démissionné de ses fonctions, comme annoncé par L’Equipe. Après un dernier revers cuisant face à Nice (1-2), autre équipe malade, l’ex-entraîneur avait tenu des propos flous sur son futur. Lui qui égalait sa pire série à la tête du Stade Rennais, a décidé de quitter le navire.

Le Stade Rennais a pris acte de la décision de son entraîneur.

Son adjoint, Philippe Bizeul, assurera l’intérim à la tête de l’équipe.

Alors qu'il n'a pas encore été présenté par le club, un maillot qui pourrait bien être celui des 120 ans du Stade Rennais est disponible à la vente sur certains sites spécialisés.
ds 0370aUne bande rouge verticale sur un fond noir, un logo et des sponsors en écriture dorée : un maillot qui pourrait bien être celui prévu par le Stade Rennais pour célébrer ses 120 ans d'existence (le 10 mars prochain) a fuité sur les réseaux sociaux depuis plusieurs jours. Il est même disponible à la vente sur certains sites spécialisés.
Pour ses 100 ans, le Stade Rennais avait également édité un maillot spécial, avec une bande rouge diagonale sur fond noir. Le maillot qui a fuité depuis quelques temps s'en inspire en partie. Le Stade Rennais fêtera ses 120 ans le dimanche prochain, alors que les joueurs seront en déplacement à Marseille pour jouer leur match en retard contre les Phocéens.

Autre détail historique : les noms des quatre étudiants fondateurs du club, Duchesne, Philippe Ghis, Henri Jamin et Paul Peter apparaissent sous le col au dos du maillot :

ds 0370b

Dans la tempête depuis plusieurs semaines, Julien Stephan a recueilli le soutien précieux de son président Nicolas Holveck.
ds 0351Au zénith en début de saison, le Stade Rennais découvre actuellement l'ombre, et les tourments qui vont avec. Lors des 13 derniers matchs toutes compétitions confondues, les Bretons n'ont réussi à l'emporter qu'à deux reprises face à Brest et Lorient. Une situation délicate qui a abouti à une élimination des Coupes d'Europe et une septième place en Ligue 1. Des résultats qui mettent en difficulté Julien Stephan, l'actuel entraîneur.

Pour autant, le principal intéressé peut compter sur un soutien sans faille de son président Nicolas Holveck. Dans un entretien accordé à Ouest-France, il lui a une nouvelle fois accordé sa confiance.

"Je n’ai aucun doute sur Julien, aucun doute, insiste le dirigeant. Je suis certain de lui. Pour moi, il incarne parfaitement le projet sur le long terme. Je ne connais pas beaucoup de coaches qui intègrent autant les jeunes et notre projet passe par les jeunes, bien sûr avec des joueurs d’expérience aussi. Je vois quel est le travail quotidien de Julien et de son staff, avec Florian. Sincèrement, je n’ai jamais vu un staff travailler autant dans tous les détails. Les gains marginaux, dont on parle beaucoup, c’est leur préoccupation à chaque instant" a-t-il ainsi expliqué. Des propos qui ne manqueront pas de plaire à Stephan avant la réception de Lens demain à 17h00 dans une rencontre déjà décisive pour la suite de la saison des Bretons.

À la suite de la défaite du Stade Rennais à Krasnodar mercredi (0-1), le président Nicolas Holveck analyse l’échec en Ligue des champions et appelle à une rapide réaction d’orgueil des joueurs.
ds 0352Comment qualifiez-vous la campagne européenne du SRFC ?
C’est beaucoup de frustration, surtout. Notamment pour les supporters, qui nous ont beaucoup manqué. On sait qu’on a un douzième homme au Roazhon Park et quel douzième homme. On ne leur donne même pas la satisfaction de voir des matches au printemps et ça, ça me frustre et je suis malheureux pour eux. Après, on savait qu’on avait un groupe difficile. Séville, c’est quatre Ligues Europa dans les six dernières années. Chelsea c’est le plus gros mercato européen de l’été, on voit ce qu’ils sont en train de faire. Donc on savait qu’on avait deux très gros morceaux.

Mais Krasnodar, actuel dixième du championnat russe, était à votre portée.
C’était notre concurrent direct qui a fait deux huitièmes de finale de Ligue Europa dans les trois dernières années. On a vu leurs installations, on voit désormais quel club c’est. On avait donc deux très gros morceaux et un très gros concurrent, mais c’est normal, on était chapeau 4, on l’avait dit dès le départ. Maintenant, je pense que sur chacun des matches, à part à Séville où on n’a pas existé, les joueurs ont fait le maximum. Je me rappelle surtout du premier match contre Krasnodar où on avait fait une très bonne entrée dans la compétition. Sur le match retour, le problème c’est que c’est le même sentiment que lors des six derniers matches, c’est-à-dire qu’on n’a pas l’impression d’être dominé, mais d’un autre côté, on n’arrive pas à marquer et on prend toujours ce but qui fait très mal. C’est malheureusement à l’image de nos derniers matches. On ne peut pas dire qu’on fait des mauvais matches, mais on ne met pas tous les ingrédients pour aller tuer l’adversaire sur nos opportunités et éviter que lui ne nous tue fasse sur ses rares opportunités.

Vous disiez après le match à Chelsea que cette équipe rennaise était jeune mais apprenait vite. N’a-t-elle toutefois pas manqué de temps pour arriver prête dans la configuration particulière de cette Ligue des champions ?
Si, certainement. Puis c’est le plus haut niveau. Cette compétition est intransigeante, donc elle ne laisse aucune chance à la moindre erreur et on a une équipe très jeune. Encore une fois, on n’a pas d’excuses et je ne cherche surtout pas d’excuses, mais il nous manquait à Krasnodar cinq recrues au coup d’envoi, blessées ou absentes. Encore une fois, ça peut être l’une des explications. C’est notre première participation, ça prend beaucoup d’énergie aux joueurs. Je pense qu’ls ont tellement envie de manger dans ces matches que ça prend une énergie folle pour les autres matches de championnat autour. Encore une fois, il y avait la place et si on avait réussi à faire chacun un petit peu de dépassement de fonction, je pense qu’on aurait pu être reversé en Ligue Europa. C’est malheureusement terminé et la seule préoccupation maintenant, c’est le championnat et le match de samedi contre Lens, qui est importantissime.

Une remise en question est-elle faite en interne après cet échec ?
Dans ce contexte, le premier qui se remet en question, c’est moi puisque c’est moi le patron. Je me remets vraiment en cause, je me pose des questions sur ce que je n’ai peut-être pas assez bien fait, sur ce que j’ai fait qui n’a pas été productif, sur ce que j’aurais dû faire. Est-ce que je n’ai pas assez soutenu Julien (Stéphan) ? Est-ce que je n’ai pas été assez dur avec les joueurs dernièrement ? Le premier à se remettre en cause, c’est moi. Par contre, j’attends une réaction forte des joueurs parce que je suis convaincu que la réponse viendra des joueurs. Quand je vois tout ce que le staff fait, tout ce que Julien propose, les entretiens individuels et collectifs, les séances vidéo, les séances d’entraînement, toutes les solutions qui sont cherchées par Julien, Florian (Maurice), le staff… Honnêtement, je pense qu’ils vont chercher au plus loin qu’ils peuvent, donc moi, j’attends vraiment une réaction très forte du groupe, une réaction collective.

>Cette équipe ne manque-t-elle pas de joueurs de caractère capables de sonner la révolte dans les périodes compliquées ?
Ce que l’on a fait sur les six premiers matches de la saison, ce n’est pas possible que l’on ne soit pas capable de le refaire parce que c’était surtout des matches gagnés collectivement. Donc j’attends de retrouver cette force collective. On est une équipe, on n’a pas d’individualité forte qui fait tourner un match, donc ça passera par une prise de conscience collective et par une réaction collective. J’attends de l’orgueil, j’attends un engagement maximum, j’attends beaucoup de solidarité entre joueurs. Dès samedi à 17 heures, on doit commencer le match comme des morts de faim. Aujourd’hui, on n’est plus en Coupe d’Europe. Si le championnat s’arrêtait aujourd’hui, on ne serait pas européens, donc on doit redevenir l’équipe morte de faim qui veut aller tout manger et ça commence samedi.

La remise en question dont vous parlez vous concernant, concerne-t-elle le mercato ? N’a-t-il pas manqué des recrues d’expérience ? N’avez-vous pas, personnellement, des regrets ? Vous aviez évoqué quatre joueurs de standing Ligue des champions...
Déjà, le mercato s’est terminé le 5 octobre, donc le juger au bout de deux mois, je ne peux pas, très sincèrement. En plus, comment juger quand au coup d’envoi à Krasnodar il manque cinq joueurs du mercato : Gomis, Terrier, Guirrassy, Aguerd et Rugani. Donc c’est pour moi impossible de juger le mercato. Maintenant, les joueurs qui sont sur le terrain, c’est ceux qui ont gagné la troisième place l’année dernière, donc ils en sont capables, il n’y a même pas débat. L’année dernière, ils ont été chercher cette troisième place entre eux. Encore une fois, on n’a aucune excuse, on peut chercher des explications, mais pas des excuses. Et il ne faut surtout pas s’en chercher parce que c’est le meilleur moyen de ne pas trouver des solutions à nos manques actuels.

Vous parlez de réponse collective, mais quels sont les leviers pour enrayer cette mauvaise série de résultats ?
La réponse, je suis persuadé qu’elle sera collective. Ça a toujours été la force du Stade Rennais avec nos joueurs expérimentés, nos jeunes pousses, il faut qu’on retrouve cet allant. Encore une fois, les six premiers matches, on louait l’esprit d’équipe, vraiment le caractère agressif de notre jeu. Autant j’ai vraiment répété qu’il ne fallait pas se voir trop beaux après ces six premiers matches quand on était premier. Tout le monde était admiratif de notre jeu, donc on ne peut pas tout avoir perdu comme ça. Autant aujourd’hui il ne faut pas, non plus, qu’on jette tout à la poubelle. On n’a pas pu tout perdre en deux mois. Il faut juste prendre conscience, une bonne fois pour toutes, qu’on a les capacités, qu’on a l’effectif pour, même s’il y a des absents, et que ceux qui sont sur le terrain, qui sont à Rennes aujourd’hui, sont capables d’aller chercher ce pourquoi on se battra jusqu’à la fin de saison, c’est-à-dire cette place en Coupe d’Europe.

Vous considérez donc cet effectif taillé pour aller chercher l’Europe et même un nouveau podium ?
Comme on l’a dit, l’objectif c’est de se battre chaque saison pour une place en Coupe d’Europe. Et maintenant, on n’a plus qu’un seul objectif, c’est faire un très bon championnat pour retourner en Coupe d’Europe et montrer qu’on a appris. C’est la seule chose que je veux que les joueurs se mettent en tête aujourd’hui. On ne pense plus à ce qui s’est passé. La Coupe d’Europe, c’est fini. Maintenant, on a cinq matches de championnat en décembre, on va parler du court terme, un match contre Lens puis quatre qui s’enchaînent en deux semaines. Ces matches-là, on doit aller les chercher comme des morts de faim et les équipes qui vont nous rencontrer devront à nouveau avoir peur du Stade Rennais, ce qui n’est plus le cas aujourd’hui.

Quel est l’objectif de classement à la trêve ?
Aujourd’hui, l’objectif à la trêve c’est d’être dans les cinq premiers. On doit être dans ce peloton des équipes dans les places qualifiables pour la Coupe d’Europe.

Qu’entendez-vous par "je n’ai peut-être pas été assez exigeant avec les joueurs" ?
Je n’ai peut-être pas assez aidé Julien et Florian, dans cette situation, c’est avant tout eux qui sont au contact quotidien des joueurs, c’est à eux de l’être et ils le sont. Mais est-ce que moi, j’ai assez aidé les deux, c’est la question que je me pose. Encore une fois, je me pose déjà des questions sur moi-même parce que j’ai la responsabilité du club et le premier qui doit se remettre en cause, c’est moi.

Quel regard portez-vous sur Julien Stéphan ?
Je n’ai aucun doute sur Julien, aucun doute. Je suis certain de lui. Pour moi, il incarne parfaitement le projet sur le long terme. Je ne connais pas beaucoup de coaches qui intègrent autant les jeunes et notre projet passe par les jeunes, bien sûr avec des joueurs d’expérience aussi. Je vois quel est le travail quotidien de Julien et de son staff, avec Florian. Sincèrement, je n’ai jamais vu un staff travailler autant dans tous les détails. Les gains marginaux, dont on parle beaucoup, c’est leur préoccupation à chaque instant. Donc tout est mis en œuvre pour les joueurs pour qu’on aille plus haut. Donc maintenant, c’est aux joueurs de se prendre en main parce que quand l’arbitre siffle le coup d’envoi d’un match, ce sont les joueurs qui décident et samedi à 17 heures, ils doivent décider, quoi qu’il se passe dans le match, d’aller gagner et de faire mal à Lens.

Parmi les joueurs, on attend beaucoup plus des cadres, qui n’ont pas porté l’équipe durant la campagne européenne, alors que des jeunes du centre de formation sont venues compenser cela, justement.
Non, je ne suis pas d’accord. Encore une fois, la réponse est toujours collective et on n’a pas d’individualité assez forte pour faire tourner les matches.

Mais vous avez un champion du monde avec Steven Nzonzi…
Oui, mais ce n’est pas un poste déterminant, ce n’est pas un avant-centre. Je ne remets personne en question et je ne pointerai personne du doigt, c’est collectif. D’un match à l’autre, ce n’est jamais le même joueur qui est un petit peu en dessous. Les données physiques sont là, on voit que les joueurs sont là, courent toujours. Alors, est-ce qu’ils courent bien, c’est un autre débat. Mais non, moi, je n’irai pas contre les cadres. Encore une fois, la solution est collective. On a des jeunes joueurs, certes, et une équipe très jeune, mais ce sont des joueurs de talent. Les cadres sont là aussi pour les encadrer. Eux, il y a un jour où ils ont été bien contents d’avoir ces jeunes.

Pour vous, il n’y a donc aucun problème avec le rendement de plusieurs cadres, Da Silva, Bourigeaud, Nzonzi ?
Non, c’est collectif. Les jeunes doivent apporter leur fraîcheur, les cadres leur expérience et c’est ce mix qui super bien marché en début de saison, donc il n’y a pas de raison qu’il ne remarche pas. Il faut juste en prendre conscience et en faire plus. De toute façon, si on n’a pas les résultats, le haut niveau, ça ne se joue à rien, 1 %, 2 %… Et bien il faut qu’on aille chercher ce 1 %, ces 2 % pour être meilleur que l’adversaire, ça passera par là, uniquement par là. Et aujourd’hui, c’est collectif et je pense que c’est surtout mental, mais il faut qu’on prenne conscience qu’aujourd’hui, on est une équipe normale. On n’est pas une équipe de Champions League, on n’est même pas une équipe d’Europa League, on est une équipe normale de Ligue 1. On doit refaire mal aux clubs qui sont au-dessus de nous pour aller les chercher et rejouer la Coupe d’Europe.

Voyez-vous Julien Stéphan et Florian Maurice avec la même motivation ?
Je n’ai aucun doute sur la motivation de Julien et Florian. Dès la fin du match à Krasnodar, la première priorité a été de chercher des solutions. On a échangé beaucoup avec Julien et Florian et ce n’est pas que ce match-là, ça fait quelque temps déjà qu’on cherche des solutions avec tout le staff. On n’est certainement pas spectateurs., on veut être acteurs du mois de décembre qui arrive, encore une fois prenons les choses par étapes. Et clairement, Julien et Florian sont en réflexion permanente entre eux et avec les joueurs. Il y a des échanges permanents. Je reste convaincu qu’on va trouver les leviers pour que dès le match de samedi les joueurs soient à 110 % parce qu’aujourd’hui, pour gagner un match, on a besoin d’être à 110 %, on n’a pas de marge et donc il faut qu’on fasse plus que l’adversaire. Voilà, c’est clair.

S’il n’est pas forcément sur un siège éjectable en raison des mauvais résultats du Stade Rennais, Julie Stéphan va vite devoir trouver le moyen de redresser la barre aux yeux de la famille Pinault.
ds 0348Il souffle comme un vent de panique au Stade Rennais. Incapables de réagir après un mercato prometteur et un début de saison brillant, les hommes de Julien Stéphan donnent l’impression d’être déjà arrivés à bout de souffle au tiers de la saison.

La défaite de samedi à domicile face au RC Lens (0-2) pourrait-elle précipiter le départ de l’entraîneur du SRFC ? A priori non. Selon Ouest France, l’actionnaire François Pinault aurait signifié à son coach qu’il lui maintenait sa confiance par téléphone.

Si le président Nicolas Holveck et le directeur sportif Florian Maurice ne se sont pas exprimés sur ce thème brûlant après le nouveau revers rennais, L’Équipe est plus circonspect sur les intentions de Pinault envers Stéphan. "La famille Pinault, très attachée à lui, commencerait tout de même à se poser des questions à son sujet", explique le quotidien sportif ce lundi. On pourrait rajouter qu' un entraîneur conforté par sa direction n’est jamais vraiment bon signe.

Alors que son avenir est remis en question, Julien Stéphan aurait été conforté à son poste par l'actionnaire du Stade Rennais.
ds 0346Il n'est pas question pour Julien Stéphan de s'inquiéter pour son avenir. Voilà en substance ce que l'actionneur du Stade Rennais François Pinault aurait signifié à son coach, qu'il aurait appelé hier matin, selon des informations de Ouest-France. Le propriétaire du SRFC conserverait toute confiance en son entraîneur, pourtant critiqué pour sa récente sortie médiatique après la défaite face au RC Lens samedi.

Totale confiance
"Si c’est moi le problème, il n’y a pas de difficulté. On est suffisamment sincères au sein du club pour prendre les décisions qu’il faudra prendre. Il n’y a pas de difficulté par rapport à ça. Si vraiment la problématique vient de moi, j’ai une relation avec mon actionnaire, mon président et mon directeur sportif qui est très, très saine. On parlera de tout ça en temps voulu." avait déclaré Stéphan hier soir, avant de parler de maintien, déclaration reprise et très critiqué par la suite. Il n'y aurait cependant donc aucun doute sur la continuité du coach aux manettes du Stade Rennais, pour le moment.

Page 1 sur 16

Programme TV

29/08 17h00
SRFC-MHSC
Ligue 1 - Journee : 2

13/09 15h00
Nîmes-SRFC
Ligue 1 - Journee : 3

19/09 21h00
SRFC-Monaco
Ligue 1 - Journee : 4

Partenaires

Articles

30 mars 2021
18 mars 2021
16 mars 2021
13 mars 2021
13 mars 2021

Connexion

Tipeee

Tipeee

S.G.S.B.

SGSB

Tipeee

Tipeee

Hébergé par

Reglyss.bzh

© 1996 - 2021 www.StadeRennais.Net
© 2021 Da'Squad - L'actu du Stade Rennais

Free Joomla templates by L.THEME