• ds_0527.jpeg
  • ds_0396.jpg
  • ds_0408.jpg
  • ds_0524.jpeg
  • ds_0276.jpg
  • DS_0012a.jpg
  • DS_0012.jpg
  • ds_0414.jpg
  • ds_0464.jpg
  • DS_0057.jpg
  • ds_0338.jpg
  • ds_0521.jpg
  • ds_0534.jpeg
  • DS_0189.jpg
  • DS_0042.jpg
  • ds_0486g.jpg
  • ds_0419b.jpg
  • DS_0213a.jpg
  • ds_0486c.jpg
  • ds_0342.jpg

Florian Maurice : "Il y a un nouveau cycle qui commence"

Alors que le Stade Rennais retrouve la Ligue 1 ce dimanche (13h) face à Lens, le directeur sportif du club Florian Maurice présente les ambitions du club pour la saison à venir. Il évoque également le mercato en cours et se dévoile sur son rôle au quotidien.

ds 0500

Il y a un peu plus d'un an, Nicolas Holveck et Julien Stéphan entouraient Florian Maurice pour sa présentation à la presse après l'officialisation de son arrivée à Rennes. Jusque là responsable de la cellule de recrutement à l'Olympique Lyonnais, l'ancien attaquant international français se retrouve sous les projecteurs avec un nouveau rôle de "directeur technique", ou de directeur sportif pour utiliser une dénomination plus commune. Après un mercato et demi, une première saison sous turbulences terminée par une quatrième qualification européenne consécutive pour le club, Florian Maurice évoque pour France Bleu Armorique l'actualité du Stade Rennais et le mercato en cours.

La saison à venir

France Bleu Armorique : Une nouvelle saison démarre ce dimanche, est-ce que vous pouvez déjà nous livrer votre regard sur la préparation : est-ce que vous sentez l'équipe prête ?
Florian Maurice : Je pense qu'elle progresse. Notre dernier match (victoire face au Torino 1-0, NDLR) nous a fait du bien : on avait besoin de se rassurer, tant sur le plan du jeu que du résultat. Même si nous à l'intérieur on était plutôt rassurés parce qu'on voit tous les jours ce qu'il se passe et on est confiants par rapport à ce qui est mis en place depuis le début de la préparation. On a pas eu des matchs amicaux très réussis sur le plan du résultat, mais en terme de jeu on développe des choses et je trouve que ça prend forme. Oui, je pense qu'on est prêts.

FBA : Quel est l'objectif du club cette saison ? Faire mieux ou aussi bien que la saison dernière ?
Florian Maurice : On aspire toujours à faire mieux. On monte une équipe pour faire mieux, on espère que les résultats seront meilleurs, tant sur le championnat, la coupe d'Europe ou la coupe de France notamment. On a envie, comme les objectifs nous ont été fixés et comme on les a fixés nous-mêmes, d'être européen à chaque fin de saison. C'est l'objectif prioritaire aujourd'hui. Cela passera par un très bon championnat, ou une victoire en coupe. Et il y aussi ce barrage qui, si on le gagne, va nous permettre de montrer de quoi on est capables sur la scène européenne.

FBA : Il y a aussi une vraie concurrence en Ligue 1, avec beaucoup de concurrents qui se sont renforcés. Le Stade Rennais a également recruté. Comment jugez-vous les équipes avec lesquelles vous souhaitez batailler pour les places européennes ?
Florian Maurice : Il y a des clubs qui seront toujours là : Paris, Monaco, Lyon qui a un effectif de qualité même s'ils n'ont pas beaucoup recruté. Je trouve que Monaco a énormément et plutôt très bien recruté. Il reste encore quelques semaines avant la fin du mercato, à nous aussi d'ajuster quelques petites choses en cas de besoin...

FBA : Vous l'avez un peu évoqué, il y a aussi cette échéance du barrage de Ligue Europa Conférence, c'est un objectif primordial de ce mois d'août : il ne faut pas se louper ?
Florian Maurice : (sourire) Non effectivement, ce sera un match important. Je pense que ce sera Rosenborg vu le résultat du match aller contre Domzale (6-1 pour les Norvégiens, NDLR). Ce sera un match très important en août, qu'il faudra considérer, on a envie de jouer cette coupe d'Europe, même si c'est la "C3", on a envie de jouer régulièrement, tous les jeudi, se confronter à ce qui fait hors de France... Ce seront deux matchs très importants.

FBA : Quelle place pour les jeunes joueurs qui intègrent l'effectif comme Ugochukwu, Diouf, Abline, Omari et Tchaouna ?
Florian Maurice : Ils sont nombreux, à des postes différents. On attend d'eux qu'ils puissent montrer le bout de leur nez, et c'est ce qu'ils font déjà. Je pense même que certains auront un temps de jeu qui leur permettra de montrer leurs qualités tout au long de la saison ! Si par bonheur on passe, on va jouer les jeudi puis les dimanche, avec une série de matchs qui pourrait être importante, donc on aura besoin d'un effectif important. Je pense que ces joueurs là, même très jeunes puisqu'on parle de garçons nés en 2003, 2004 voir 2005, seront en capacité d'être sur les feuilles de match et même sur le terrain très rapidement.

Le mercato en cours

France Bleu Armorique : Ce qui vous occupe en ce moment c'est évident le mercato. Le club a enregistré des départs importants : Nzonzi, Grenier, Da Silva, on peut ajouter Niang et Léa-Siliki sur le départ. Est-ce que c'est la fin d'un cycle ? Il n'y a plus beaucoup de vainqueurs de la coupe de France 2019 dans l'effectif.
Florian Maurice : Oui effectivement, mais vous savez dans le football il y a beaucoup de changements, de joueurs qui arrivent, qui partent... Là on est sur des joueurs qui étaient là depuis deux, trois ans, voir plus. Donc forcément il y a un nouveau cycle qui commence, avec un nouvel entraîneur qui arrive avec ses idées. Moi je m'adapte aussi à ça par rapport au recrutement, et je pense que c'est important de régénérer l'effectif. On aussi des jeunes joueurs qui arrivent, qui sont déjà dans l'effectif, qui ont déjà montré de belles choses, donc à nous de les intégrer peu à peu pour qu'ils fassent partie de ce cycle qui pourrait être très intéressant.

FBA : Est-ce qu'il n'y pas une nécessité d'apporter de l'expérience à ces jeunes ? Dans un entretien à Ouest-France, Flavien Tait constate qu'à 28 ans il est l'un des joueurs les plus âgés du vestiaire.
Florian Maurice : Il en a de l'expérience à 28 ans Flavien ! S'il attend d'avoir 35 ans pour avoir de l'expérience (rires)...

FBA : Mais est-ce qu'il n'en faut pas d'autres des joueurs expérimentés ?
Florian Maurice : Oui, peut-être qu'il en faut d'autres, mais par principe je ne suis pas quelqu'un qui pense que parce qu'on est vieux, on a du caractère et de la personnalité. De l'expérience oui, mais ce n'est pas forcément ça... Je pense qu'à 20 ans, 21 ans, il y a des joueurs, et notamment un qui vient d'arriver, qui démontrent beaucoup de personnalité déjà à l'intérieur du vestiaire et sur le terrain. Pourtant, il n'a que 21 ans.

FBA : Vous parlez de Loïc Badé ?
Florian Maurice : Oui, entre autres. Il fait partie des joueurs qui sont arrivés et qui se sont très bien installés dans le vestiaire, et qui ont ce leadership naturel. Pourtant Loïc a une saison de Ligue 1 derrière lui, et je pense qu'il pourra faire partie des joueurs qui seront moteurs pour le club, comme Hamari Traoré, Serhou Guirassy, Martin Terrier, qui ont 24,25, 26 ans (Hamari Traoré a 29 ans, NDLR)... Il faudra aussi que ces joueurs-là prennent le leadership pour emmener tout le monde. Et je pense aussi à Flavien Tait.

FBA : Quelles priorités d'ici la fin du mercato ? Un milieu de terrain comme le dit Bruno Genesio ?
Florian Maurice : Oui c'est ça l'objectif, on y travaille depuis quelques mois maintenant. On ne s'y prend pas à la dernière minute, mais on constate que le marché est très fermé, très compliqué, qu'il ne se passe pas grand chose pour le moment. Il y a des joueurs libres qui signent ici et là, mais dans les transactions dures on ne peut pas dire que ça avance énormément. A part le transfert de Grealish à Manchester City, qui va peut-être amener d'autres clubs à recruter, et provoquer un jeu de chaises musicales... On peut être amenés à profiter de cette situation là d'ici la fin du mercato. Le plus rapidement possible, pour que la recrue puisse jouer rapidement, peut-être dès le barrage. Mais oui on cherche à se renforcer au milieu.

FBA : Est-ce que ces arrivées sont conditionnées par le résultat du barrage ? Les pistes évoquées, comme Alvarez de l'Ajax ou Koopmeiners vous ont-elle demandé la garantie que Rennes dispute les poules de Ligue Europa Conférence ?
Florian Maurice : Franchement, non. Ils ne nous ont pas demandé ça, et je pense qu'on est un club attrayant. Mais c'est sûr que jouer la coupe d'Europe, pour ce style de joueurs là qui la disputent régulièrement, ça fait partie de leurs ambitions. Mais ça n'est pas forcément ce barrage là qui sera déterminant.

FBA : Et s'il y a une opportunité sur un gardien, est-ce que le Stade Rennais bougera, ou on fait confiance pour l'instant aux joueurs en place ?
Florian Maurice : Pour l'instant on fait confiance aux joueurs qu'on a. Je ne peux pas m'avancer là-dessus pour l'instant.

FBA : Où en est-on du dossier Camavinga, dont le contrat prend fin en 2022 ? Une date limite avait été fixée à fin juin pour une décision, est-ce qu'il y a un risque qu'il parte gratuitement ?
Florian Maurice : On est toujours au même point, comme je le disais plus tôt le marché est très difficile. Il est lié peut-être aussi à des mouvements dans d'autres clubs...

FBA : (coupe) Donc ça veut dire que la priorité est donné à un départ ? A priori il n'y aura pas de prolongation ?
Florian Maurice : C'est ce que je dis toujours : quand un joueur arrive en fin de contrat, soit on le prolonge et on trouve une solution, soit on doit trouver une solution pour un départ. Partir libre, pour un enfant du club comme lui, je pense que ce n'est bon pour personne.

FBA : Est-ce qu'il a le choix ? Est-ce que la décision finale lui revient pleinement ?
Florian Maurice : Il a le choix de dire "je veux rester " ou "je souhaite partir". Moi je sais ce qu'il veut faire, après il faut trouver une solution qui puisse satisfaire les deux parties.

France Bleu Armorique : Comment vivez-vous, depuis plus d'un an, ce nouveau rôle de directeur sportif, plus exposé médiatiquement que celui que vous aviez à Lyon ?
Florian Maurice : Je ne me trouve pas si exposé, et ça ne me déplaît pas (sourire). Je suis quelqu'un qui travaille très discrètement, dans l'ombre. Mon job, c'est d'être présent au quotidien avec l'équipe, avec le coach, de faire des entretiens avec les joueurs quand il y a des choses qui ne vont pas, quand il y a des choses qui vont bien... C'est aussi d'avoir des relations fortes avec les joueurs, pour être plus près d'eux, les connaître encore mieux pour savoir ce dont ils ont besoin. C'est une partie de mon job, après il y a tout ce qui est lié au mercato, aux transactions. Je vis Stade Rennais 365 jours sur 365 et 24 heures sur 24. Là on est en période de mercato, donc je suis plus amené à bouger, à voyager, à discuter énormément avec les clubs, les agents et les joueurs que l'on souhaite faire venir.

Je veux simplement être jugé sur les faits. - Florian Maurice

FBA : Vous dîtes que vous aimez travailler dans la discrétion, on a même eu l'impression de vous voir très, presque trop discret à vos débuts, mais aujourd'hui on vous sent plus à l'aise, plus affirmé dans ce nouveau costume...
Florian Maurice : C'est un rôle tout nouveau pour moi, je ne le connaissais pas, donc je prends mes marques petit à petit. Je me sens bien au club, c'est déjà le plus important. Je pense avoir le soutien de tout le monde à l'intérieur du club et c'est également important. Après il y a aussi le fait que Nicolas Holveck ne soit pas là en ce moment, même si ce n'est pas pour ça que l'on ne travaille pas ensemble de manière régulière. Je l'ai à peu près trois à quatre fois par jour au téléphone. Cette situation me demande plus de présence sur l'aspect médiatique, mais ce n'est pas quelque chose que je recherche. Je veux simplement être jugé sur les faits. Après, il faut demander aux autres ce qu'ils pensent de mon travail (rires) !

FBA : Comment vivez-vous l'éloignement des terrains ? On vous savait boulimique de matchs dans votre vie de recruteur, toujours aux quatre coins du continent pour observer des joueurs et des rencontres.
Florian Maurice : Je le vis plutôt bien parce que ça me permet d'être plus proche de ma famille que je ne l'étais auparavant, donc ça c'est très positif. Après je ne cache pas que ça me manque quand même, parce que j'aime observer, j'aime aller voir des matchs, et ça peut faire partie de mon rôle aujourd'hui, mais je peux moins le faire parce que je me dois d'être tous les jours à l'entraînement. J'aime être à l'entraînement, j'aime voir les joueurs, comment ils se comportent, s'il y a des choses qui ne vont pas j'aime le voir, j'aime discuter avec eux... Ce sont des choses qui m'intéressent vraiment, mais c'est vrai que visionner, voir des matchs, c'est quelque chose que j'adorais, et je vais être amené peut-être à le refaire un petit peu.

FBA : Justement, comment est-ce que vous travaillez avec la cellule de recrutement dirigée par Jérôme Bonnissel ?
Florian Maurice : Les liens sont quotidiens. On travaille déjà sur le marché de la saison prochaine, même si celui-là n'est pas terminé. On commence déjà à observer. Les stades s'ouvrent petit à petit, que ce soit en Europe ou en France pour aller voir les matchs, donc les recruteurs sont amenés à voyager grâce au pass sanitaire, aussi. On était au Danemark la semaine dernière, au Portugal ce week-end, même si je ne peux pas donner de noms (sourire). Disons que je travaille en relation très étroite avec Jérôme, qui lui travaille en relation très étroite avec les recruteurs.

FBA : Comment avez-vous vécu personnellement cette première saison, très chargée sur le plan sportif, mais aussi émotionnel, avec le départ de Julien Stéphan, la maladie de Nicolas Holveck ?
Florian Maurice : C'était assez difficile. Forcément, ce sont des événements auxquels je ne m'attendais pas lors de mon arrivée. On ne sait jamais ce qui peut arriver avec un entraîneur en cours de saison, mais je ne m'attendais pas à ce que Julien parte. La maladie de Nicolas, c'est quelque chose d'incroyable et de terrible, mais je trouve qu'il va bien, et nos échanges sont quotidiens, ce qui me permet de rester en éveil. Mais tout ça n'a pas été simple.

FBA : Est-ce plus facile de travailler avec un coach que vous connaissez extrêmement bien, Bruno Genesio, qu'avec Julien Stéphan, avec qui vous entreteniez tout de même de bons rapports ?
Florian Maurice : Oui, parce que je connais Bruno depuis très longtemps. Je l'ai connu il avait 20 ans et moi 14, on a joué ensemble... Forcément, les liens sont différents par rapport à Julien que je ne connaissais pas avant de venir ici. Mais est-ce vraiment plus facile ? Je ne sais pas. Les entraîneurs ont leurs idées, on les partage quelquefois, mais pas tout le temps. Il faut discuter régulièrement, et c'est ce que je fais peut-être plus naturellement, plus facilement avec Bruno.

FBA : Justement, sur vos échanges avec le coach : est-ce que vous avez, en temps que directeur technique, votre mot à dire sur, a minima, l'identité de jeu de l'équipe ?
Florian Maurice : On discute de ce qu'on veut que l'équipe ait à l'intérieur de son jeu, oui. Un jeu dynamique, un jeu offensif... Donc oui, forcément on en discute. Mais je ne me permets pas de rentrer dans des considérations purement techniques et tactiques. J'estime qu'il est là pour entraîner, pour faire bien jouer son équipe. Après, on échange sur tout : il n'y a pas de frontières entre lui et moi.

FBA : Vous êtes dans le même bureau ? C'était le cas avec Julien Stéphan.
Florian Maurice : On a modifié les choses, parce que je pense que chacun doit avoir son intimité (sourire). On a fait quelques travaux pour que chacun ait son bureau, je lui ai laissé le grand et j'ai pris le petit (rires) ! Mais on se croise tous les jours, il n'y a pas de problème pour échanger.

FBA : On a évoqué vos rapports avec le coach, le président, quels sont-ils avec la famille Pinault ? On sait que François Pinault est très proche de son club et contacte beaucoup de ses acteurs, vous l'avez régulièrement au téléphone ?
Florian Maurice : Je l'ai quasiment quotidiennement : pour le tenir informé, lui me demande comment va l'équipe, si les joueurs sont bien, comment s'est déroulé l'entraînement, comment se passe le mercato... Il suit ça avec beaucoup, beaucoup, beaucoup d'attention.

FBA : Le mercato c'est plus facile quand on a François Pinault en actionnaire par rapport à d'autres clubs ?
Florian Maurice : Évidemment, c'est un pur bonheur d'avoir un actionnaire comme ça quand on veut travailler !

FBA : Est-ce qu'il n'y a pas un effet pervers toutefois, avec des clubs qui connaissent la bonne santé financière de Rennes et qui en jouent dans les négociations ?
Florian Maurice : Oui, évidemment. Après, le but pour moi ce n'est pas de dépenser pour dépenser, c'est de bien dépenser. Je n'ai jamais jeté l'argent par les fenêtres et ce n'est pas parce que j'ai un actionnaire fort que je le ferai. J'essaie de faire les meilleures recrues possibles, au meilleur prix possible. Après, c'est vrai que quand les clubs arrivent et qu'ils voient que derrière M. Pinault est là, ça peut peut-être un peu augmenter le tarif. Mais j'essaie d'être raisonnable.

FBA : Parlons de votre rôle au près des joueurs à présent : on a lu dans un entretien de Martin Terrier à Ouest-France que vous lui demandiez de mettre "des buts de raccroc". Vous avez cette proximité plus évidente avec les attaquants, ou c'est quelque chose que vous faîtes avec tout le monde ?
Florian Maurice : J'essaie de le faire avec tout le monde. Évidemment, de par mon passé d'attaquant, j'ai peut-être une relation un peu différente avec eux. Mais j'aime aussi discuter avec les milieux, avec les défenseurs, parce que je perçois des choses et que j'aime échanger là-dessus. Mon rôle est aussi de leur dire quand c'est bien et quand c'est pas bien. Pour Martin je lui ai effectivement dit que ce n'était pas possible de ne marquer que des beaux buts, ça n'existe pas ! Si tu veux en mettre 15 ou 20, il faudra en mettre des moches.

FBA : Son but contre le Torino, il était suffisamment "moche" à votre goût ?
Florian Maurice : Oui, exactement, un vrai but d'attaquant !

FBA : Dans un foot où tout va très vite, vous vous sentez prêt à rester sur le long terme au Stade Rennais ?
Florian Maurice : Moi je suis très bien ici ! Après, on peut être liés à nos résultats, mais pour moi ça ne s'arrête pas à ça. J'ai aussi la formation, où j'ai une très bonne relation avec Denis Arnaud le directeur du centre de formation, ainsi qu'avec le responsable du recrutement des jeunes Philippe Barraud. Je veux aussi construire là-dessus. Les jeunes qui arrivent sont issus du centre de formation, donc ça veut dire que ça travaille bien aussi là-bas et j'y attache de l'importance.

FBA : C'est un club où il est agréable de travailler ?
Florian Maurice : Oui, franchement oui. Après, on doit se fixer des ambitions encore plus hautes, pour atteindre les objectifs et continuer à grandir, c'est le plus important.

FBA : Donc plus haut qu'une qualification en Ligue Europa Conférence cette saison pour le Stade Rennais.
Florian Maurice : J'espère qu'on fera mieux que l'année dernière (sourire).

Calendrier

Partenaires

Articles

11 août 2021

Connexion

Tipeee

Tipeee

S.G.S.B.

SGSB

Cantine de Mumbly

Cantine

Hébergé par

Reglyss.bzh

© 1996 - 2021 www.StadeRennais.Net
© 2021 Da'Squad - L'actu du Stade Rennais

Free Joomla templates by L.THEME