En plein départ pour l’ASSE la semaine dernière, M’Baye Niang (25 ans) aurait eu un tête-à-tête houleux avec le président du Stade Rennais Nicolas Holveck.
ds 0334Le feuilleton M’Baye Niang est encore loin d’avoir touché à sa fin. Dans son édition du jour, L’Équipe livre de nouvelles révélations sur le faux transfert de l’attaquant du Stade Rennais à l’ASSE. Le quotidien sportif revient notamment sur la fameuse prime collective de 150 000 € que lui doit le SRFC.

Au nom des joueurs, Niang avait, avec Damien Da Silva, accepté que son paiement soit différé de la fin de la saison dernière à l’automne. Son attaquant se trouvant en partance, Nicolas Holveck estimait ne plus la lui devoir. « Cela provoque un tête-à-tête houleux entre les deux hommes, mardi dernier, en début d’après-midi », expliquent nos confrères.

La prime a été un sujet houleux au Stade Rennais
Ce mardi coïncide aussi avec le jour au cours duquel les deux clubs finissent par trouver un accord entre eux. Comme déjà expliqué par But! ces derniers jours, l’ASSE avait accepté de prendre à sa charge une partie du salaire (1 M€), Rennes, les 2 M€ restants. Les Verts avaient également dealé de verser une somme au club breton au nombre de matches joués par Niang. De son côté, ce dernier avait résolu son problème de prime et pouvait alors enfin,prendre la direction de la Loire jeudi soir. L’affaire a capoté.

Le Stade Rennais a tenté de recruter le milieu offensif argentin, Rodrigo De Paul
ds 0333Qualifié pour la première fois de son histoire pour la phase de poules de la Ligue des Champions, Rennes a réalisé un mercato estival ambitieux avec les arrivées de Martin Terrier, Nayef Aguerd, Serhou Guirassy, Alfred Gomis, Dalbert, Daniele Rugani et Jérémy Doku. Mais le club breton aurait également pu recruter un international argentin.

De Paul trop cher pour Rennes
Selon les informations de France Football, les dirigeants du Stade Rennais se seraient renseignés pour enrôler le milieu offensif de l'Udinese, Rodrigo De Paul. Mais le prix demandé par le club italien, entre 30 et 35 millions d'euros, a refroidi les ardeurs des pensionnaires du Roazhon Park.

Rennes, qui découvrira la Ligue des champions, a animé le mercato. Les Bretons ont recruté un bel et prometteur élément offensif : l'ailier international belge Jérémy Doku (Anderlecht), transféré pour environ 26 millions d'euros, un record pour Rennes. Les Rouge et Noir ont envoyé leur gardien Edouard Mendy à Chelsea et leur attaquant Raphinha à Leeds, tout en attirant, en prêt, le latéral Dalbert (Inter) ou le défenseur Daniele Rugani (Juventus). Le bilan des arrivées et des départs.
ds 0341Le Stade Rennais a poursuivi son recrutement européen en engageant pour cinq ans l'espoir belge Jérémy Doku, mais a laissé son intenable ailier brésilien Raphinha partir à Leeds. Le point sur les départs et les arrivées.

Dans le sens des arrivées…
Martin Terrier. L’attaquant de 23 ans est arrivé en provenance de Lyon, le 6 juillet dernier contre 12 M€. Il a été la première recrue du triumvirat Holveck-Maurice-Stéphan. La durée de son contrat : cinq ans. Depuis, le joueur a disputé quatre matches avec le SRFC (1 passe).

Nayef Aguerd. Le défenseur central s’est engagé pour quatre saisons avec Rennes le 14 août contre une somme de 5 M€. Venu de Dijon, l’international marocain de 24 ans a joué les 6 matches de Ligue 1 et déjà inscrit 2 buts.

Serhou Guirassy. L’avant-centre de 24 ans a signé, le 27 août dernier, un contrat de cinq ans avec le SRFC. Arrivé d’Amiens contre un chèque de 15 M€, il a disputé cinq matches avec Rennes (3 buts et 1 passe).

Alfred Gomis. L’ancien gardien de Dijon s’est engagé le 29 septembre pour cinq saisons avec Rennes. Le montant du transfert : 16 M€. Blessé à son arrivée, l’international sénégalais de 27 ans n’a toujours pas joué de match avec son nouveau club.

Dalbert Henrique. Le latéral gauche de l’Inter Milan, 27 ans, a été officiellement prêté une saison avec option d’achat par le club Nerazzurri, ce samedi. Un prêt payant d’une valeur de 2 M€ pour l’ancien niçois avec option à 13 M€..

Daniele Rugani. Le défenseur central de la Juventus est lui aussi arrivé ce samedi, à Rennes. Son contrat : un prêt payant de 2 M€ d’euros sans option d’achat. L’international italien de 26 ans n’a pas encore joué sous ses nouvelles couleurs.

Jérémy Doku. La pépite d’Anderlecht, 18 ans, achetée pour un montant record de 26 M€ (plus bonus), s’est officiellement engagée hier avec le Stade Rennais. L’ailier international belge est désormais lié avec le club breton jusqu’en 2025.

Et dans le sens des départs…
Edouard Mendy (gardien, 28 ans, vendu à Chelsea contre 26 M€), Raphinha (attaquant, 24 ans, vendu à Leeds contre 17 M€ + 6 millions de bonus),

Souleyman Doumbia (défenseur, 23 ans, vendu à Angers contre 3 M€),

Armand Laurienté (attaquant, 21 ans, vendu à Lorient contre 3,5 M€),

Lucas Da Cunha (attaquant, 19 ans, vendu à Nice contre 1 M€),

Denis Will Poha (milieu, 23 ans, vendu au Vitoria Guimarães contre 300 000 euros),

Jérémy Gélin (défenseur, 23 ans, prêté un an à Antwerp sans option d’achat),

Sacha Boey (défenseur, 20 ans, prêté un an à Dijon),

Lilian Brassier (défenseur, 20 ans, prêté un an à Brest avec option d’achat à 2 M€),

Jérémy Morel (défenseur, 36 ans, parti libre à Lorient),

Joris Gnagnon (défenseur, 23 ans, retour de prêt du Séville FC),

Jordan Siebatcheu (attaquant, 24 ans, prêté un an aux Young Boys avec option d’achat à 7 M€),

Jordan Tell (attaquant, 23 ans, parti libre à Clermont),

Metehan Güclü (attaquant, 21 ans, prêté un an à Valenciennes),

Hakim El Mokeddem (milieu, 21 ans, prêté à Sète (Nat.)),

Rafik Guitane (milieu, 21 ans, prêté un an au Maritimo),

Riffi Mandanda (gardien, 27 ans, parti libre et sans club).

Aimar Sher, pépite disputée par le SRFC ou l'OL
ds 0309Le Stade Rennais a pour habitude de mettre en lumière de jeunes et talentueux joueurs. Ousmane Dembélé, Ismaïla Sarr ou Eduardo Camavinga en font partie. Le recrutement des bretons et souvent juste et les dirigeants semblent avoir du flair lorsqu'ils s'offrent une pépite, un joueur à potentiel.

Le SRFC est donc sur un nouveau coup avec dans le viseur le jeune Aimar Sher. Jeune milieu suédois de 17 ans, il évolue à Hammarby, club de première division suédoise. Le scandinave, international espoir, a déjà pris part à 27 rencontres en 2020, malgré son jeune âge,

Plus étonnant, le milieu défensif de formation est capable de jouer attaquant droit ou gauche. Un profil polyvalent qui fait de lui un atout de taille. Il a inscrit 1 but en 18 rencontres de championnat. Courtisé par l'OL ou le Borussia Mönchengldabach en plus du Stade Rennais, il est évalué à 3 millions d'euros par la presse scandinave.

Alphonse Areola, gardien du PSG prêté à Fulham, a confirmé avoir discuté avec le Stade Rennais en vue de succéder à Edouard Mendy qui a rejoint Chelsea.
ds 0281Cet été, le Stade Rennais a laissé partir Edouard Mendy pour Chelsea. Pour le remplacer, Rennes s'est attaché les services d'Alfred Gomis (Dijon FCO). Un gardien qui n'était visiblement pas la priorité du SRFC. En effet, le club breton a tâté le terrain auprès de nombreux gardiens, dont Alphonse Areola.

Dans un entretien accordé au Canal Football Club, le portier appartenant au PSG a confirmé des discussions avec le Stade Rennais, et indiqué pourquoi il n'a pas voulu donner suite.

"Pourquoi avoir refusé Rennes pour Fulham ? Il y a eu des discussions, mais ça n’a pas été clair. À un moment donné, il fallait être dans sa tête"humble", repartir de derrière pour pouvoir mieux rebondir. C’est sûr qu’en sortant de Paris et de Madrid, j’ai eu des opportunités certes, du même calibre oui, mais j’avais besoin que ce soit clair. Qu’on me dise :"tu joues, c’est toi dans les buts et maintenant, on compte sur toi". C’est tout. (…) Revenir en numéro 2 derrière Keylor Navas au PSG ? Pour moi non, ce n’était pas du tout envisageable, je l’ai vécu à Madrid. Je savais que j’arrivais en tant que numéro deux. Mais c’était le Real Madrid"a déclaré Areola.

Depuis, Alphonse Areola a rejoint Fulham, promu en Premier League cette saison. Et on ne peut pas dire que c'est pour l'heure une franche réussite. En effet, les Cottagers qui pointent à la 19e place du championnat, sont la plus mauvaise défense de PL.

Georginio Rutter, jeune attaquant prometteur du Stade Rennais, pourrait quitter le club dès le mercato hivernal.
ds 0280Le nom de Georginio Rutter ne vous dit certainement pas grand chose, mais en coulisse à Rennes, on s'active pour que l'attaquant prolonge bientôt son contrat. Agé de 18 ans, il fait partie des joueurs les plus prometteurs de l'équipe bretonne, sauf que son contrat arrive à échéance l'été prochain. Ce qui signifie qu'il pourrait être libre de négocier un départ libre dès le mois de janvier, situation que craignent fortement les dirigeants rennais.

Une seule apparition chez les professionnels
Selon les informations de Goal, le directeur Florian Maurice aurait donc pris directement la gestion de ce dossier épineux. Une prolongation de trois ans pourrait être proposée à l'attaquant, mais ce dernier devrait certainement des garanties pour son temps de jeu. Pour le moment, Julien Stéphan ne l'a utilisé qu'à une seule reprise dans l'équipe première. Le joueur ne serait donc pas forcément pressé de signer un nouveau bail avec le Stade Rennais, puisqu'il aura certainement la possibilité d'étudier d'autres projets pour sa carrière.

L'Olympique Lyonnais et le Stade Rennais pourraient bien être en concurrence concernant un jeune crack suédois de 17 ans.
ds 0311Le contexte économique actuel risque de pousser les clubs de Ligue 1 à dénicher des pépites évoluant dans des championnats étrangers moins huppés. Alors qu'il a été recalé par Marcus Thuram lors du dernier mercato, l'OL fait partie de ces clubs qui vont opter pour cette stratégie. Mais sur leur route, les Lyonnais risquent de se frotter à la concurrence du Stade Rennais. En effet, les deux clubs auraient tous les deux ciblé une jeune pépite suédoise évoluant au club de Hammarby. Selon le site FotbollDirekt, les deux formations de Ligue 1 sont toutes les deux intéressées par Aimar Sher, jeune milieu de terrain évoluant dans le championnat suédois.

À l'âge de 17 ans seulement, le joueur né en Irak mais de nationalité suédoise a explosé cette saison chez son club de Hammarby, pourtant seulement 7e du championnat. Milieu de terrain technique, possédant une belle qualité de passe et surtout une excellente vision du jeu, Aimar Sher a tapé dans l'oeil de nombreux clubs. Si l'OL et Rennes se sont positionnés pour une arrivée au prochain mercato, la concurrence risque d'être rude. Des clubs comme Brighton, l'AZ Alkmaar ou encore le Borussia Mönchengladbach ont également manifesté leur intérêt pour la jeune pépite de bientôt 18 ans. Totalement inconnu il y a encore quelques mois, le milieu axial a disputé 18 matchs avec son club cette saison. Selon FotbollDirekt, la valeur d'Aimar Sher est estimée à 3 millions d'euros, une somme abordable pour les deux clubs français. Avec ce transfert, Lyon et Rennes préparent certainement l'avenir, alors qu'ils pourraient tous les deux perdre un cadre au milieu de terrain l'été prochain avec Houssem Aouar et Eduardo Camavinga.

Benjamin Bourigeaud, le milieu de terrain du Stade Rennais, a ouvert la porte à un départ à l’étranger dans une déclaration au quotidien l’Equipe.
ds 0222"Mon rêve, c’est surtout de continuer à grandir. J’avais un rêve dans ma vie, c’était de jouer un jour la Ligue des champions. Maintenant, j’ai envie de plus encore. L’équipe de France, ce serait mentir de dire que je n’y pense pas, ça fait rêver, ça donne envie d’y aller, mais je sais qu’il me faut travailler encore beaucoup plus pour y prétendre. Quant à l’étranger, bien sûr qu’on a envie de savoir un jour ce qui s’y passe."

Considéré comme l'un des gros potentiels de la formation rennaise, Noah Françoise (17 ans) va signer son premier contrat professionnel.
ds 0250Après Matthis Abline et Andy Diouf, le Stade Rennais va sécuriser un autre gros potentiel de la génération 2003. Selon les informations de Goal, Noah Françoise (17 ans) s'apprête à signer un premier contrat professionnel jusqu'en 2024, lequel prendra effet l'été prochain.

International français U16 (11 sélections) et U17 (2 sélections), Noah Françoise n'a pas encore joué avec l'équipe première. En revanche, il a été le seul 2003 titulaire tout au long du beau parcours réalisé par Rennes la saison dernière en Youth League. Les Bretons se sont fait sortir par l'Inter en huitièmes de finale. Milieu de terrain, le natif de Rennes s'est illustré dans cette même compétition en marquant un but décisif contre le Club Bruges.

Arrivé au centre de formation en 2018, il a d'abord joué pour les clubs voisins du CPB Bréquigny et du CO Pacé.

ds 0229Le mercato hivernal approche et les supoorters du Stade Rennais espèrent qu'il sera aussi réussi que celui de l'été dernier. Le président du club, Nicolas Holveck, annonce, lui, déjà la couleur : "Il faut déjà s’attendre à un mercato hivernal globalement calme. Les clubs français souffrent des conséquences de la crise sanitaire, et du dossier Mediapro. A l’étranger, les matches se jouent dans des stades vides, et l’impact sur les recettes de billetterie est énorme. Avec toutes ces considérations, je crois qu’il faut s’attendre à un mercato calme."

Le Stade Rennais a été très actif durant le mercato estival pour sa première qualification en Ligue des Champions de son histoire. Le président Nicolas Holveck, nommé en mars dernier, a énormément investi cet été. C’est le club qui a le plus investi notamment sur le jeune Jérémy Doku
ds 0245Le Stade Rennais a réalisé un gros coup en fin de mercato, pour remplacer Raphinha parti en Angleterre, les Bretons se sont offert Jérémy Doku, jeune international belge. Pour se l’offrir, le Stade Rennais a cassé sa tirelire et a offert près de 26 millions d’euros à Anderlecht. Âgé de 18 ans, il y a signé un contrat de 5 ans.

Dans un entretien accordé au quotidien belge La Dernière Heure, le père du joueur, David Doku, a révélé à quel point son fils avait éveillé l’intérêt des grands d’Europe. Il est revenu sur sa rencontre avec les Reds de Liverpool…
"C’est Liverpool qui m’a fait la meilleure impression. Ils savaient déjà quelle maison Jérémy pourrait habiter et dans quelle école il irait. Steven Gerrard, coach des U18 à l’époque, était venu nous parler, nous montrer des vidéos de Jérémy… il savait tout de lui. Puis Jürgen Klopp m’a invité dans son bureau. Il voulait faire de mon fils le successeur de Sadio Mané. Le préparer dans l’ombre pour qu’il soit prêt à le remplacer dans quelques années. C’était impressionnant"

Après plusieurs années de collaboration avec Moussa Sissoko, Eduardo Camavinga a décidé de se séparer de son agent. Désormais, le joueur est uniquement représenté par son père, Celestino.
ds 0228Selon nos informations, les influents Jorge Mendes ainsi que Jonathan Barnett sont prêts à saisir l'opportunité Camavinga. Le nom de l’Israélien Pini Zahavi, intermédiaire important dans le transfert de Neymar au Paris Saint-Germain, revient également. Quoi qu'il en soit, ce changement d'agent intervient au moment où le Français négocie sa prolongation avec le Stade Rennais.

Le jeune Noah Françoise devrait signer très prochainement un contrat professionnel avec le Stade Rennais.
ds 0246Comme il l'a déjà fait par le passé, le Stade Rennais sécurise en ce moment l'avenir de plusieurs jeunes prometteurs. Il s'agit notamment de ceux de la génération 2003, à l'image de Noah Françoise, qui est le prochain sur la liste. D'après les informations de Goal, ce dernier devrait en effet signer son premier contrat professionnel très bientôt.

Le milieu de terrain est considéré comme l'un des joueurs les plus prometteurs de sa génération à Rennes. Ses performances en Youth League, où il était titulaire, ont visiblement convaincu les dirigeants de lui offrir un contrat professionnel jusqu'en 2024. A seulement 17 ans, il n'a pas encore fait d'apparitions avec l'équipe première.

Les recrues arrivées dans les derniers jours du marché des transferts estival sont, pour le moment, plutôt décevantes.
DS 0200aUne victoire en sept matches. Le bilan sportif du Stade Rennais post-mercato est plus sombre que la période précédente, brillante et moins ardue, aussi, sans C1. L'équipe bretonne est toujours troisième de Ligue 1 après dix journées et elle a quelques excuses à présenter, entre la blessure d'Eduardo Camavinga, cette entrée inédite en Ligue des champions synonyme de calendrier surchargé et l'intégration des recrues à gérer. Mais la dernière semaine de compétition de haute voltige avant la trêve internationale (0-3 à Chelsea puis 0-3 à Paris) a confirmé des fragilités.

Si elles ne sont pas responsables de tout, difficile de ne pas pointer pour l'instant ces recrues qui coincent. En premier lieu celles qui ont débarqué lors d'une toute fin de mercato qui commence à poser question, alors que ces choix semblaient séduisants début octobre (dans ces colonnes nous avions accordé une appréciation de 15/20 à l'ensemble du recrutement rennais). Rennes assimile ce mercato propre à ses moyens, conséquents mais portés sur plus de potentiels à développer que de certitudes, avec une urgence (Dalbert) et un besoin comblé bien tardivement, celui du défenseur axial.

Sans doute lui a-t-il manqué sur cette période un peu plus de "métier", ce que Rugani peut apporter, ce que recherchait aussi Florian Maurice avec Diego Godin ou quand il a pris des renseignements sur Thiago Silva et Edinson Cavani. Rugani a disputé un seul match (1-1 à Dijon lors de la 7e journée) avant de se blesser pour longtemps à Séville (0-1, le 28 octobre) et ne peut encore être évalué. Ses trois partenaires arrivés sur la fin déçoivent, eux, à des degrés divers.

Gomis, du mauvais pied
Son arrivée n'était pas prévue. Pris de court par le départ d'Édouard Mendy à Chelsea, les dirigeants rennais ont vite eu pour priorité le recrutement du gardien de Dijon. Le Sénégalais (27 ans) présentait un profil athlétique similaire à son compatriote et ses premières sorties ont confirmé une certaine aisance sur sa ligne.

Mais il a débarqué en Bretagne blessé, s'est peu entraîné avant de débuter contre le FC Krasnodar en Ligue des champions (1-1, le 20 octobre) et peut dégager une certaine fébrilité, notamment dans le jeu au pied. Un élément assez pénalisant pour le jeu rennais, basé sur des relances propres vers des défenseurs et des milieux plutôt habiles techniquement.

Rennes a pris plus de points avec l'expérimenté Romain Salin dans le but qu'avec ce nouveau n°1 acheté 16 millions d'euros, une somme considérable à ce poste. Les dirigeants bretons, qui ont un temps contesté ce montant à verser en deux temps au DFCO, sont conscients d'avoir sans doute payé trop cher. Mais c'était le prix de l'urgence, et le staff reste persuadé d'avoir fait, sportivement, le bon choix.

Dalbert, l'énigme brésilienne
Le cas du latéral gauche prêté par l'Inter Milan semble en partie réglé : avant la trêve internationale, il était sérieusement concurrencé par l'international Espoirs Adrien Truffert (19 ans aujourd'hui) ; avec le futur retour de blessure de Faitout Maouassa, son horizon semble bouché.

Le Brésilien (27 ans) est l'ombre du joueur qui avait enthousiasmé la L1 sous le maillot niçois en 2016-2017. Il est décevant sur le terrain et en dehors, où son attitude peu empreinte de modestie a été remarquée. Quand Maouassa s'est blessé à une cheville, le 19 septembre contre Monaco (2-1), l'empressement du club à "compenser" cette absence pouvait s'entendre. Mais il n'a pas eu la main heureuse avec le Brésilien, détonateur entre autres du lourd revers à Chelsea (0-3) en C1 en se faisant expulser après avoir provoqué deux penalties.
DS 0200bNe pas laisser les clés à Truffert pour deux mois, même s'il avait été la révélation de la préparation d'été et avait réussi des débuts tonitruants face à Monaco (un but, une passe décisive), était le choix de la prudence. Difficile d'aborder l'enchaînement L1-C1 avec le seul Truffert comme spécialiste du poste. Mais cette décision a interrogé en interne, à l'époque. Et les performances de Dalbert n'ont pas levé ces doutes.

Aujourd'hui, Rennes se retrouve avec trois spécialistes du poste, soit un de trop. Une réflexion sur la continuité du prêt de Dalbert pourrait être menée d'ici à janvier.

Doku se cherche encore
L'ailier belge est arrivé à 18 ans après 34 apparitions en Jupiler League et il a un profil trop particulier pour s'insérer en quelques semaines dans une équipe qui, faute de temps entre les matches, ne s'entraîne plus vraiment.

Dans son cas, Rennes a investi beaucoup (26 millions d'euros, record du club) en pensant à l'avenir et en laissant étonnamment partir Raphinha (à Leeds), une arme offensive qui pouvait être encore plus intéressante après une première saison avec quelques coups d'éclat (5 buts, 3 passes décisives en 22 matches de L1). Le club breton a choisi de ne pas le bloquer, a ouvert la porte à une opportunité satisfaisante financièrement pour les deux parties, mais sportivement, pour le moment, on ressent plus la perte de Raphinha dans l'animation offensive que l'apport de Doku, qui peine assez logiquement. Il était remplaçant à Chelsea en C1, conséquence de premières sorties brouillonnes qui ont confirmé son principal défaut actuel : le joueur belge n'est pas toujours connecté au collectif.

Si les dirigeants croient beaucoup en lui et si son explosivité est indéniable, il est le symbole de ces recrues qui se cherchent encore. Dans son cas, au moins, le temps d'adaptation faisait partie du programme. D'autres avant lui, dont Raphinha, ont eu besoin de plusieurs mois pour s'adapter à Rennes.

La première vague a plus convaincu
Nayef Aguerd, arrivé de Dijon pour cinq millions d'euros, est pour l'instant une bonne pioche, entre ses trois buts marqués en L1, son aisance technique et sa présence aérienne. Mais il fait partie d'une défense qui a préservé sa cage une seule fois cette saison (3-0 à Saint-Étienne, le 26 septembre) : il manque parfois de dureté, entre autres.

Martin Terrier, recruté à Lyon pour 12 millions d'euros hors bonus, reste malheureusement dans le ton de ses deux saisons très mitigées dans le Rhône. Il a marqué un but, a été plutôt consistant contre le FC Krasnodar en C1 mais n'a brillé ni à Séville, où il devait surtout contrôler Navas, ni à Chelsea, et encore moins contre Paris. Son bilan en L1 (un but, une passe décisive) est insuffisant. La question de son meilleur positionnement reste posée (à gauche ou axial). Mais il a 23 ans et une bonne marge de progression s'il se libère sur le plan mental.

Enfin, Serhou Guirassy, joueur du mois de septembre (trois buts), coince un peu après de très bons débuts. Sans doute parce qu'il a trop joué en l'absence de M'Baye Niang, qui revient. Mais il pèse sur les défenses, est au niveau où on l'attendait, et s'il n'a plus marqué dans le jeu depuis deux mois c'est aussi qu'il est beaucoup moins bien servi. À son sujet, le club ne nourrit aucune inquiétude.

En conférence de presse hier, Eduardo Camavinga s'est montré ouvert à une prolongation de contrat jusqu'en 2023. Seulement, le Stade Rennais rencontre plus de difficultés pour allonger le bail de trois autres joueurs majeurs.
DS 0204Les journalistes présents à la conférence de presse d'Eduardo Camavinga hier ont bien fait d'insister : lancé puis relancé à plusieurs reprises sur le sujet d'une prolongation de contrat au Stade Rennais, le jeune international de 18 ans a expliqué qu'il n'était pas contre. Son bail pourrait donc être étendu de 2022 à 2023, ce qui permettra de le vendre plus cher l'été prochain, au Real Madrid, à Arsenal, au Bayern Munich ou à d'autres. Mais dans son édition du jour, L'Equipe précise que si ce dossier est en bonne voie, les Rouge et Noir rencontrent de grosses difficultés pour trois autres joueurs…

Da Silva et Rutter seront libres en juin
"Devenu pro en décembre 2018, Camavinga n’avait prolongé que d’un an, jusqu’en 2022 donc, en août 2019. S’il ne prolongeait pas à nouveau, sa valeur serait sans doute moins élevée l’été prochain et le club serait aussi dans une position moins forte. Mais Camavinga n’a pas dit hier qu’il ne prolongerait pas, alors que la direction rennaise discute actuellement avec son père, Célestino. Et, comme annoncé hier sur le site L’Equipe, une prolongation d’un an, jusqu’en 2023 donc, est en bonne voie. Elle pourrait se concrétiser d’ici à Noël, ce qui sécuriserait sa situation."

"D’autres dossiers sont sur la table pour la direction bretonne. Ils semblent bloqués pour le moment en ce qui concerne le capitaine Damien Da Silva (32 ans, 2021) et Romain Del Castillo (24 ans, 2022), avec des propositions qui n’ont pas convaincu. Et Rennes n’est pas encore certain de pouvoir conserver l’attaquant Georgino Rutter (18 ans), autre grand espoir du club, entré en jeu lors de la victoire à Saint-Etienne (3-0, le 26 septembre) et qui est lui aussi en fin de contrat en juin"

A en croire L’Equipe, Eduardo Camavinga pourrait prolonger son contrat avec le Stade Rennais d’ici les fêtes de fin d’année.
DS 0206Eduardo Camavinga a beau n’avoir que 18 ans et à peine plus d’une saison chez les professionnels, le milieu de terrain breton compte parmi les joueurs les plus convoités du moment. Conséquence de ses débuts fracassants avec le Stade Rennais mais également avec l’équipe de France le mois dernier.

De nombreux cadors européens sont sur les rangs, parmi lesquels le Real Madrid, la Juventus Turin ou le PSG, et son transfert lors du prochain mercato estival est régulièrement évoqué. Et ce d’autant plus que le jeune milieu de terrain sera en fin de contrat en juin 2022 et donc en position de force pour quitter la Bretagne l’été prochain.

Une aubaine pour le Stade Rennais
Mais selon L’Equipe, l’international tricolore pourrait rapidement prolonger avec le Stade Rennais. Les discussions entre les dirigeants bretons et le père du joueur, Celesitino, sont en bonne voie et une issue favorable est attendue dans les prochaines semaines. Un accord pourrait être trouvé avant Noël.

Les négociations portent sur une prolongation d’un an. Ce nouveau bail jusqu’en 2023 serait évidemment assorti d’une substantielle revalorisation salariale pour le joueur et permettrait au Stade Rennais d’être en meilleure position dans ses négociations avec les clubs intéressés par son joueur vedette.

En manque de joueurs d’expérience, le Stade Rennais a tenté de recruter Edinson Cavani et Thiago Silva à leur fin d’aventure au PSG cet été.
ds 0249Le Stade Rennais ne manque décidément plus d’ambition. Arrivé cet été en Bretagne, Florian Maurice a impulsé une nouvelle dynamique en terme de recrutement et a déjà fait ses preuves avec plusieurs nouveaux joueurs. Si tous ne sont pas encore des réussites, le directeur sportif du Stade Rennais avait aussi décidé de frapper fort au PSG. Selon L’Équipe, l’ancien Monsieur recrutement de l’OL a en effet songé à Edinson Cavani et Thiago Silva !

Le Stade Rennais avait besoin de joueurs d'expérience
"Rennes assimile ce mercato propre à ses moyens, conséquents mais portés sur plus de potentiels à développer que de certitudes, observe le quotidien sportif ce vendredi. Sans doute lui a-t-il manqué sur cette période un peu plus de métier, ce que recherchait aussi Florian Maurice avec Diego Godin ou quand il a pris des renseignements sur Thiago Silva et Edinson Cavani."

Les deux monstres sacrés arrivaient en fin de contrat au PSG cet été et se sont finalement engagés respectivement à Manchester United et Chelsea. Le SRFC, lui, a recruté à leur place Daniele Rugani (prêt) et Sehrou Guirassy.

Eduardo Camavinga, milieu de terrain du Stade Rennais, s'est exprimé au sujet de son avenir, ce mercredi, en conférence de presse, à deux jours de Rennes - Bordeaux
ds 0261Eduardo Camavinga flatté par l'intérêt de gros clubs
Eduardo Camavinga quittera t'il le Stade Rennais au terme de la saison ? Difficile de répondre à cette question sachant que tout peut aller très vite dans le football. En tout cas une chose est sûre, le milieu de terrain international français de Rennes qui est convoité par le PSG, Manchester United, le Bayern Munich ou encore le Real Madrid, n'est pas pressé de quitter la Bretagne.

Eduardo Camavinga pas pressé de quitter Rennes
Présent en conférence de presse, ce mercredi, à deux jours de la rencontre Rennes - Bordeaux, Eduardo Camavinga a fait le point sur son avenir, et laissé entendre qu'il pourrait rester au Stade Rennais au terme de la saison.

"Je vois, j'entends. C'est quelque chose qui fait plaisir. Je suis au Stade Rennais. Les autres clubs, ce n'est pas pour maintenant. Je sais faire la part des choses. Ce n'est pas quelque chose qui va me distraire, ça fait plaisir de recevoir des éloges mais ce n'est pas quelque chose qui va me prendre la tête constamment." a déclaré Camavinga qui a ensuite évoqué les clubs qui le font rêver.

"il y a de nombreux clubs. Les gros, ça fait rêver. Je ne peux pas en citer un en particulier. (...) J'ai un contrat jusqu'en 2022. Je suis rennais et on verra la suite plus tard. Il me reste deux ans et on aura le temps de discuter de tout ça. Il y aura des discussions. Prolonger ? C'est mon club formateur et rester me ferait plaisir."

Pas certains que ces propos suffisent à stopper les spéculations autour de l'avenir d'Eduardo Camavinga ...

Présent en conférence de presse mercredi en début d’après-midi, le jeune milieu de terrain international a évoqué sa situation contractuelle, qui le lie au Stade Rennais jusqu’en 2022.
ds 0262Après avoir raté les quatre derniers matches du Stade Rennais en raison d’une béquille, Eduardo Camavinga fera son retour contre les Girondins de Bordeaux, vendredi (19 h) au Roazhon Park, pour le compte de la 11e journée de Ligue 1. Pendant ses trois semaines sans jouer, le néo-international français n’est pas resté inactif puisqu’il a obtenu son permis de conduire. Le jour de ses 18 ans. "Pour l’instant, mes parents ne me laissent pas trop aller tout seul", a plaisanté Camavinga en conférence de presse.

L’occasion de rappeler le rôle de sa famille dans son évolution : "Mes parents restent proches de moi. Si je fais la moindre bêtise, je suis rappelé à l’ordre. J’ai droit à des petits discours de temps en temps. Mais je ne suis pas quelqu’un qui va prendre la grosse tête."

"Rester ici, ça me ferait plaisir"
Cela malgré un statut qui a énormément évolué depuis ses débuts professionnels avec le Stade Rennais : "Je sors beaucoup moins, je me cache un peu. La vie extra-sportive a changé et les adversaires me regardent plus qu’il y a un an et demi. Il ne faut pas regarder ce qui se passe autour et se concentrer sur l’essentiel."

Ce qui se passe autour, ce sont de nombreuses rumeurs qui l’envoient vers les plus grands clubs européens "Je vois, j’entends. Ça fait plaisir de recevoir des éloges mais ce n’est pas quelque chose qui va me rentrer dans la tête et me distraire, je sais faire la part des choses. Je suis au Stade Rennais et les autres clubs, ce n’est pas pour maintenant. On verra la suite plus tard." Son contrat actuel avec Rennes court jusqu’en 2022 et Camavinga reste encore évasif sur le sujet d’une éventuelle prolongation : "Il me reste deux ans et on aura le temps de rediscuter de tout ça. Il y aura des discussions. Après, prolonger, oui, c’est mon club formateur et rester ici, ça me ferait plaisir."

Aux yeux des dirigeants du Real Madrid, il sera préférable de recruter Kylian Mbappé (PSG) avant Eduardo Camavinga (Rennes) en 2021.
ds 0263D’après le site du quotidien As, les Merengue estiment donc que la venue du milieu axial de Rennes est « une opération secondaire » en vue du prochain mercato estival. Par conséquent, les pensionnaires du Stade Santiago Bernabeu voient d’un bon œil « toute indication qui pourrait faire baisser son prix » au cours des semaines et des mois à venir.

Lors des derniers matches, Camavinga était clairement moins en jambes. L’international français a peut-être du mal à digérer son changement de statut. Par ailleurs, une blessure musculaire l’a freiné dans son élan. Des « doutes commencent à surgir » sur le footballeur âgé de 18 ans. Mais au Real Madrid, les dirigeants et la cellule de recrutement jugent toujours qu’il est "l’un des milieux de terrain du futur".

Pérez affûte ses lames pour Camavinga
Au cours du marché des transferts estival, les Merengue devraient donc mettre le paquet sur le dossier Mbappé. Ensuite, ils s’attaqueraient à celui qui concerne Eduardo Camavinga. Le président Florentino Pérez pourrait offrir entre 40 et 50 millions d’euros pour le natif de Miconje. Notez que le contrat de Camavinga au Stade Rennais expirera le 30 juin 2022.

Le directeur sportif du Stade Rennais Florian Maurice a tout fait pour apporter des recrues de qualité tout au long du mercato estival. Quitte à viser très haut.
ds 0264La qualité du travail de Florian Maurice a déjà porté ses fruits au Stade Rennais. Débauché à l’OL cet été, le nouvel homme fort du recrutement des Rouge et Noir n’a pas traîné pour imposer sa patte en Bretagne. Force est de constater que les réussites sont plus nombreux que les revers même s’il reste un goût d’inachevé avec Jérémie Boga (23 ans).

Parmi l’un des premiers clubs à avoir contacté le milieu offensif de Sassuolo, le Stade Rennais a dû changer de cible en raison du prix trop élevé demandé par le club italien (25 M€). Aujourd’hui, on comprend mieux pourquoi : Roberto De Zerbi est convaincu de disposer avec l’ancien Rennais d’un Lionel Messi bis !

"Il est arrivé sans savoir se rapporter à ses coéquipiers et au but adverse. Mais dans sa capacité à éliminer son adversaire dans le 1 contre 1, je le mets derrière Messi et après je dois réfléchir. Aujourd'hui, il joue pour l'équipe", a expliqué le coach de Sassuolo à La Repubblica. Flatteur.

Eduardo Camavinga était présent en conférence de presse ce mercredi, et a du répondre aux questions sur sa situation.
ds 0259Difficile d'éviter le sujet. Pour sa première conférence de presse, Eduardo Camavinga a forcément du balayer un bon nombre de sujets, en plus d'une vingtaine de minutes. Généreux dans ses réponses, mais forcément bien rodé à ce nouvel exercice, le milieu de terrain a notamment évoqué sa situation contractuelle. Sous contrat pour encore un an et demi, le joueur qui a fêté ses 18 ans récemment avait bien huilé son discours, et a évidemment voulu rester sobre.

"J’ai un contrat jusqu’en 2022. On aura le temps de reparler de tout ça. Prolonger ? On verra, c’est mon club formateur, j’aimerais bien." explique celui qui botte en touche lorsqu'on lui demande quel championnat il préfère regarder, ou quel club le fait rêver. "Je ne pourrais pas vous en citer un en particulier."

N’entrant pas dans les plans de Julien Stéphan au Stade Rennais, M’Baye Niang serait toujours sur le départ, et pourrait retrouver la Série A dès cet hiver.
DS 0157Recruté lors de l’été 2019 après une saison en prêt concluante, M’Baye Niang n’entre désormais plus dans les plans de Julien Stéphan au Stade Rennais malgré de bonnes performances la saison passée. Annoncé sur le départ cet été, le club breton et l’ASSE avaient trouvé un accord pour un prêt de M’Baye Niang cet été, mais l’opération est tombée à l’eau en raison des agents du joueur, qui se sont opposés au départ de l’international sénégalais.

De retour au Stade Rennais, M’Baye Niang avait affirmé être concentré sur un retour dans le onze de départ de Julien Stéphan malgré le recrutement de Serhou Guirassy. Toutefois, selon les informations de la Gazzetta Dello Sport, le buteur de 25 ans continuerait de pousser pour un retour en Série A, lui qui a déjà évolué sous les couleurs de l’AC Milan, du Torino et du Genoa. Le quotidien italien affirme également que le Genoa pourrait le récupérer lors du prochain mercato hivernal…

A la quête d'un concurrent pouvant prendre la succession de Jesus Navas, Séville et son directeur sportif Monchi auraient jeté leur dévolu sur un jeune élément de Rennes, Brandon Soppy.
ds 0271S'il est un homme qui connaît bien le marché français, c'est bien Monchi, le directeur sportif du Sevilla FC. En effet, l'Espagnol aime le championnat de France et ne cesse de recruter dans l'Hexagone dès que l'occasion se présente. Derniers exemples marquants : Lucas Ocampos à l'Olympique de Marseille et l'excellent défenseur central international Espoirs Jules Koundé, en provenance de Bordeaux.

Réputé pour préparer ses coups bien à l'avance, le dirigeant espagnol a déjà des idées pour venir renforcer les Andalous pour la saison prochaine. Cet été déjà, il cherchait un jeune joueur capable de doubler et de concurrencer, voire de prendre la relève du vieillissant Jesus Navas, l'ancien ailier droit repositionné au poste d'arrière latéral. On a longtemps pensé qu'il essayerait de recruter Bouna Sarr.

Rennes demanderait 8 M€
Sauf que le Marseillais s'est finalement engagé avec le Bayern Munich cet été et cette piste est désormais à écarter. Mais Monchi scrute toujours l'élite française. Selon les informations d'Estadio Deportivo, c'est du côté de la Bretagne et de Rennes, que Séville affronte ce mercredi en C1, plus précisément, qu'il compte bien trouver la perle rare. Il s'agit de Brandon Soppy, le droitier de 18 ans.

Le média régional révèle en plus que le joueur avait déjà tapé dans l'œil de nombreux clubs lors de la participation du SRFC en Youth League et qu'il ne ferait que confirmer tout le bien que Monchi pense de lui au plus haut niveau. Le RB Leipzig était un temps intéressé par le joueur dont le club breton réclame une indemnité de transfert à hauteur de 8 millions d'euros. Une somme relativement jouable pour le Séville de Monchi.

Combien ont dépensé les clubs bretons pour construire leur équipe ?

Selon l’Observatoire du Football, le Stade Rennais a déboursé le plus d’argent devant Lorient, Nantes puis Brest.
ds 0337Sans grande surprise, c’est le Stade Rennais qui, en 2020, est le club breton à avoir dépensé le plus d’argent pour composer son effectif. Les Rouge et Noir figurent en 6e position des équipes de Ligue 1 à ce classement avec une somme estimée à 123 millions d’€ selon les chiffres avancés par l’Observatoire du Football du CIES (Centre international d’étude du sport).

Derrière, le promu lorientais pointe à une étonnante 11e place et 41 millions d’€. Une somme boostée notamment par les transferts des deux attaquants merlus : Adrian Grbic (10 millions d’€) et Terem Moffi (8 millions d’€). Les Morbihannais devancent le FC Nantes (13e) avec 37 millions d’€. Enfin, le Stade Brestois ferme la marche des clubs bretons. 24 millions d’€ ont été dépensés par les Ty Zefs pour leur équipe, soit la 18e équipe de Ligue 1. Au delà de ce classement, les

Le classement des sommes dépensées par les clubs français pour leur équipe
1. Paris-Saint-Germain : 888 millions d'€
2. AS Monaco : 358 millions d'€
3. Olympique de Marseille : 194 millions d'€
4. Olympique Lyonnais : 172 millions d'€
5. Lille OSC : 133 millions d'€
6. Stade Rennais : 123 millions d'€
7. OGC Nice : 115 millions d'€
8. Girondins de Bordeaux : 61 millions d'€
9. Montpellier HSC : 51 millions d'€
10. Stade de Reims : 44 millions d'€
11. FC Lorient : 41 millions d'€
12. AS Saint-Étienne : 38 millions d'€
13. FC Nantes : 37 millions d'€
14. RC Lens : 32 millions d'€
15. RC Strasbourg : 31 millions d'€
16. FC Metz : 29 millions d'€
17. Angers SCO : 25 millions d'€
18. Stade Brestois : 24 millions d'€
19. Dijon FCO : 23 millions d'€
20. Nîmes Olympique : 20 millions d'€

Page 1 sur 3

Programme TV

29/08 17h00
SRFC-MHSC
Ligue 1 - Journee : 2

13/09 15h00
Nîmes-SRFC
Ligue 1 - Journee : 3

19/09 21h00
SRFC-Monaco
Ligue 1 - Journee : 4

Partenaires

Articles

2 décembre 2020

Connexion

Tipeee

Tipeee

S.G.S.B.

SGSB

Tipeee

Tipeee

Hébergé par

Reglyss.bzh

Free Joomla templates by L.THEME