Le transfert du gardien de but Alfred Gomis vers le Stade Rennais est désormais officiel. L'international sénégalais arrive de Dijon pour remplacer son compatriote Edouard Mendy.
DS 0053

Alfred Gomis est Rennais. Le transfert du gardien de but sénégalais de 28 ans a été officialisé par le Stade Rennais. Il arrive de Dijon pour remplacer Edouard Mendy, transféré pour une somme record à Chelsea moins d'une semaine plus tôt.

Formé au Torino FC, Alfred Gomis a surtout une expérience du championnat italien. Après avoir enchaîné les prêts en Serie B italienne, il arrive à la SPAL, en Serie A, à l'été 2017. Il a découvert la Ligue 1 la saison dernière avec le Dijon FCO et a été un acteur majeur du maintien des Bourguignons en Ligue 1, malgré une saison tronquée par une blessure aux ligaments croisés.

Rennes et son jeune milieu offensif Yann Gboho, en fin de contrat en juin 2021, convergent pour une prolongation de deux ans.

DS 0052En parallèle des arrivées et des départs, Rennes a aussi mené à bien des dossiers de prolongation cet été, comme ceux de Faitout Maouassa et Hamari Traoré. D'autres situations sont à l'étude depuis plusieurs semaines voire plusieurs mois. Dont celle du milieu offensif Yann Gboho (19 ans), en fin de contrat en juin 2021. Elle n'est plus très loin d'aboutir à une prolongation de deux ans.

Da Silva, Del Castillo, dossiers en stand-by
Les discussions concernant la prolongation du défenseur et capitaine Damien Da Silva (32 ans, 2021), elles, sont en stand-by. Comme à l'été 2019, il lui a été proposé un an de plus, soit jusqu'à 2022. Elles devraient reprendre une fois le mercato achevé. Il en va de même pour le milieu offensif Romain Del Castillo (24 ans, 2022). Les premiers échanges n'ont pas encore dessiné d'accord proche pour étirer le bail de celui qui était arrivé de Lyon en 2018 après s'être fait remarquer en prêt à Nîmes en Ligue 2.

Le Stade Rennais confirme la jauge de 1.000 personnes pour la réception du Stade de Reims, dimanche 4 octobre. Cette jauge était jusqu'ici de 5.000 spectateurs.

DS 0051

Le Roazhon Park va bien accueillir du public pour le prochain mach Stade Rennais - Reims, ce dimanche 4 octobre. Mais vraiment très peu. La jauge est fixée à 1.000 personnes, comme le prévoit le passage en zone rouge de l'Ille-et-Vilaine. Jusqu'ici cette jauge était fixée à 5.000 spectateurs.

Les joueurs, staff, journalistes, techniciens sont comptés dans cette jauge. Les places restantes vont donc se partager entre les partenaires et les abonnés. Pour les abonnés, la réservation se fera en ligne sur le site web du Stade Rennais le jeudi 1er octobre à 12h00.

DS 0050

1ere journée : 20-21 octobre

2e journée : 27-28 octobre

3e journée : 3-4 novembre

4e journée : 24-25 novembre

5e journée : 1er-2 décembre

6e journée : 8-9 décembre

DS 0049

Le tirage au sort de la phase de groupes de Champions League, auquel le Stade Rennais participera pour la première fois de son histoire, pourra être suivi en live sur cette page du site de l'UEFA.

DS 0048

L'ex-Rennais Steven Moreira a marqué ce samedi le but du 2-1 (86') de la victoire de Toulouse (3-1) contre Auxerre en Ligue 2.Avec ce but, il met fin à 11 mois sans victoire du TFC (6 nuls, 21 défaites).

DS 0047

Leaders du championnat, Saint-Etienne et Rennes ont en commun d’avoir vu leurs ambitions changer depuis leurs succès en Gambardella et Coupe de France en 2019 à Saint-Denis.

Ce samedi 27 avril 2019, les Rennais découvraient la pelouse de Stade de France. Au son de "We are the champions", de Queen. Le tube de la bande de Freddie Mercury résonnait pour de jeunes Verts, vainqueurs de la Gambardella (2-0) aux dépens de la jeune garde toulousaine.

Dans les heures qui suivaient, Julien Stephan et son équipe allaient donner au Stade Rennais une troisième Coupe de France, en venant à bout du PSG (2-2, 5-4 aux t.a.b.). Dix-sept mois plus tard, en Bretagne et dans le Forez, ces succès pèsent sur les réussites actuelles. À Rennes, les ambitions n’ont cessé de grandir. La troisième place au printemps l’a surligné.

"À tous les niveaux, on se professionnalise un peu plus. Le club montre ses ambitions un peu plus. C’est vrai, on est vu différemment par rapport aux années précédentes", admet Benjamin Bourigeaud. "Il y a un peu plus de sollicitations. Car la Ligue des champions attire aussi… C’est plutôt bon signe sur l’évolution du club", ajoute le coach Julien Stephan.

Abi, Fofana, Bajic…
À "Sainté", après des années où des éléments d’expérience, souvent très bien payés, faisaient la joie de Geoffroy-Guichard, le choix a été de miser sur la jeunesse. Avec un recrutement de jeunes pousses et avec l’appui des vainqueurs 2019, qui ont trouvé, en nombre limité, leur place dans le groupe de Claude Puel.

Si Abi et Fofana sont les plus utilisés, Bajic est portier n° 2, Sidibé a fait ses débuts à Nantes (2-2). "Il m’appartient de développer des joueurs. On est toujours dans l’expectative de réduire la masse salariale. Beaucoup de choses se passent autour de ces jeunes hommes… S’il y a l’aspect terrain, l’aspect environnemental dans le quotidien et tout cela, ça s’apprend, ça se gère"., livre Puel.

"Je ne regarde pas les cartes d’identité"
Les deux clubs ont puisé des ambitions nouvelles dans le berceau dionysien. "Chaque club a son projet. Avec celui-ci, ils ont de la fouge, de la générosité… Chaque coach est dans l’obligation de faire des choix. Moi non plus, je ne regarde pas les cartes d’identité, les dates de naissance pour faire mon équipe", sourit Stephan, connu, comme Puel, pour lancer des néophytes. Dans le Chaudron, choc au carrefour des ambitions et des projets. Pour s’installer seul en tête de la L1.

La fiche technique

Arbitre : Benoît Bastien.

SAINT-ÉTIENNE. Moulin - Moueffek, Fofana (ou Moukoudi), Kolodziejczak, Maçon - Neyou (ou Fofana), Camara - Nordin, Aouchiche, Bouanga - Hamouma. Entraîneur : Claude Puel.

STADE RENNAIS. Salin - H. Traoré, Da Silva (cap.), Aguerd, Truffert - Nzonzi - Del Castillo, Camavinga, Bourigeaud, Terrier - Guirassy. Entraîneur : Julien Stephan.

DS 0046

La rencontre de cinquième journée de Ligue 1 entre Saint-Étienne et Rennes se jouera sans public ce samedi (17 heures) à Geoffroy-Guichard. Décision du club suite à l'abaissement de la jauge autorisée à 1.000 personnes en raison de l'aggravation de la situation sanitaire à Saint-Étienne.

Il fallait s'y attendre. Depuis que Olivier Véran, le ministre de la santé, a annoncé ce mercredi soir le passage de Saint-Étienne (avec 7 autres métropoles) en "zone d'alerte renforcée", la jauge autorisée pour les rassemblements a été abaissé de 5.000 à 1.000 personnes.

Dans un communiqué publié ce jeudi, l'AS Saint-Étienne annonce que la rencontre de ce samedi (17 heures) face à Rennes se disputera donc sans le "grand public". "Cette jauge (de 1.000 personnes) inclut les joueurs, l'encadrement des clubs, les officiels et toutes les catégories de personnel officiant dans le cadre d'un match" explique l'ASSE dans son communiqué.

DS 0045Selon The Sun Football M’baye Niang aurait émis le souhait de rejoindre l'Angleterre. Le média anglais parle même de West Bromwich Albion, club qu'il voudrait absolument rejoindre ! ?? Il aurait même demandé à partir sous la forme d'un prêt pour effectuer son retour en Premier League, après un bref passage à Watford.

 

DS 0044

Édouard Mendy (28 ans) a signé son contrat avec Chelsea mercredi soir pour une durée de 5 ans. Le montant du transfert s'élève à 25 millions d'euros. Reste à lui trouver un successeur...

Arrivé l’été dernier en provenance de Reims contre 4 M€, Édouard Mendy (28 ans) a signé mercredi soir un contrat de cinq ans avec Chelsea. Le transfert du gardien de but international sénégalais s'élève à 24 M€, mais le Stade Rennais devra reverser 20 % de la somme à Reims.
Auteur d’une excellente saison dernière avec le SRFC, Mendy laisse donc une trace très positive, mais aussi un vide dans le vestiaire, où il était le « grand frère » de plusieurs joueurs, un cadre très respecté.

Trapp trop gourmand
Pour le remplacer, le Stade Rennais va devoir faire vite. Toujours selon nos informations, la piste Kevin Trapp est abandonnée. Les prétentions salariales du portier allemand (30 ans, Eintracht Francfort), passé notamment par le PSG, ont eu raison de l’intérêt breton.
Si le dossier Alfred Gomis (27 ans) reste prioritaire dans l’esprit des dirigeants rennais, le président dijonnais Olivier Delcourt a freiné, hier dans L’Équipe : Alfred a prolongé son contrat (jusqu’en 2024) il y a trois semaines. Les choses auraient été différentes au mois de juin ou juillet. Alfred est amené à quitter le club, mais pas maintenant, ce n’est pas possible. On a besoin de lui et ce serait suicidaire que de le laisser partir. Le timing ne joue effectivement pas en faveur du Stade Rennais, Dijon étant dernier de Ligue 1 après quatre journées et autant de défaites.

DS 0043

Diego Godín (34 ans, Inter Milan) était très intéressé par le projet du Stade Rennais. Mais la fiscalité italienne a rendu impossible le mariage entre le défenseur uruguayen et le club breton. Explications.

Il aurait été l’une des recrues les plus retentissantes de l’histoire du Stade Rennais, un club qui fêtera ses 120 ans le 10 mars. Pour ne pas dire LA recrue la plus retentissante. Dépassant largement le standing d’un Hatem Ben Arfa ou d’un Raphinha et ses 23 M€, pour ne citer que les plus récents.

On ne présente plus Diego Godín, 135 sélections avec l’Uruguay dont une demi-finale de Coupe du monde en 2010 et un quart de finale perdu contre la France en 2018. Avec l’Albiceleste, dont il est le capitaine, le défenseur central a également gagné la Copa América 2011. Et que dire de sa carrière et notamment de ses 388 matches sous le maillot de l’Atlético de Madrid, avec lequel il a remporté la Ligue Europa (2012, 2018), la Supercoupe d’Europe (2010, 2012, 2018), la Liga (2014), la Coupe du Roi (2013), la Supercoupe d’Espagne (2014) et disputé deux finales de Ligue des champions (2014, 2016).

Sans compter la dernière finale de Ligue Europa en date, jouée avec l’Inter de Milan et perdue malgré un but inscrit contre Séville après trente-cinq minutes (2-3).

Quarante-cinq minutes au téléphone avec Stéphan
Nommé deux fois pour le Ballon d’or (2016, 2018), Diego Godín aurait apporté au Stade Rennais sa renommée et une expérience incomparable. Cela a vraiment failli se faire. Au départ, le contact a été noué, en juin, par deux proches de Julien Stéphan, au courant d’une situation inconfortable de l’intéressé avec son entraîneur à L’Inter Milan, Antonio Conte.

Les contacts ont duré plus de deux mois et demi. Tandis que sa saison sportive se poursuivait, avec notamment le parcours en Ligue Europa, Godín est resté concentré pour terminer au mieux l’exercice 2019-2020 avec l’Inter Milan, mais il s’est à la fois très vite intéressé au projet rennais.

Sa famille aussi voulait venir en France
Il a notamment visionné quatre matches du SRFC, s’est renseigné auprès de son compatriote du PSG Edinson Cavani sur le niveau de la Ligue 1 et sa vision du club breton. Il a également sondé son grand ami Antoine Griezmann.

Puis il a eu Julien Stéphan au téléphone. Un échange de quarante-cinq minutes durant lequel le courant est très bien passé. Ensuite, il a apprécié l’approche claire du directeur Maurice Florian Maurice.

Son objectif était affiché : jouer la Coupe du monde au Qatar, fin 2022. Il se projetait donc sur deux ans et demi à Rennes. Même au niveau personnel, cela cadrait. Sa famille souhaitait découvrir la France pour une nouvelle expérience.

Godín aurait dû rembourser ses avantages fiscaux
Dans la réflexion de sa venue au SRFC, Godín a alors consenti des efforts au niveau salarial, pour rendre l’accord possible avec les dirigeants bretons. Même les deux ans de contrat restant à l’Inter Milan ne semblait pas freiner l’opération. Mais finalement, c’est une loi fiscale italienne qui a eu raison de l’envie réciproque du défenseur central et du Stade Rennais. Arrivé à l’Inter Milan à l’été 2019, Godín aurait dû rembourser ses avantages fiscaux de la première saison, s’il ne restait pas plus longtemps dans le Calcio. Le montant correspondait à une somme très conséquente, supérieure par exemple au transfert de Nayef Aguerd de Dijon à Rennes (6,5 M€). Depuis 2017, l’Italie applique un régime fiscal très attractif, le « flat tax », avec un taux d’imposition très bas sur les revenus de ses résidents étrangers. Mais à condition d’un séjour prolongé sur le sol du pays.

La seule possibilité pour Godín d’échapper à cette loi fiscale était de rester en Italie, ce qu’il va faire en rejoignant Cagliari, ou de partir aux États-Unis. L’international français Blaise Matuidi a ainsi quitté la Juventus Turin pour l’Inter Miami. Et Cristiano Ronaldo, malgré deux premières saisons frustrantes en Ligue des champions avec la « Vieille Dame », reste dans la Piémont.

Si Godín n’est pas venu en Bretagne, alors que le désir s’avérait réciproque avec le Stade Rennais, ce n’est donc ni sa responsabilité, ni celle du club. Et c’est surtout bien dommage.

DS 0042

Désireux de quitter l’OL au mercato, Jeff Reine-Adélaïde (22 ans) pourrait très bientôt rebondir du côté du Stade Rennais. Les discussions se poursuivent entre les différentes parties.

L’opération dégraissage se poursuit en bonne et bue forme à l’OL. Le prochain joueur partant devrait se nommer Bertrand Traoré, proche de s’engager à Aston Villa contre un chèque d’environ 18 millions d’euros.

Traoré ne devrait pas être le seul toutefois à s’en aller : le Stade Rennais s’est rapproché de l’OL pour Jeff Reine-Adélaïde. Selon L’Équipe du jour, la première offre n’a pas satisfait les dirigeants olympiens mais le fil n’est pas rompu. L’international espoirs (22 ans), qui espère évoluer dans l’axe, se projette déjà à Rennes…

"Sa situation à Lyon ne lui plaît plus et il avait déjà annoncé ouvertement son désir de quitter le club, rappelle le quotidien sportif. Et comme l’OL a besoin de liquidités et de réduire un effectif pléthorique..." Pour rappel, les Gones se penchent sur le profil du jeune ailier de Penarol Facundo Pellistri (18 ans) pour le remplacer.

DS 0041

A 34 ans, Yoann Gourcuff n’a pas officiellement mis un terme à sa carrière. Mais l’international français (31 sélections) a complètement disparu des radars. La faute à des blessures qui ont gâché ses années au plus haut niveau.

Le 20 octobre 2018 reste sa dernière apparition sur un terrain de football sous le maillot de Dijon. Ce jour-là, il avait joué les 30 dernières minutes du match contre Lille et terminé la rencontre touché à la cuisse gauche… Une énième rechute. Sûrement celle de trop. Le modeste club bourguignon lui avait pourtant tendu la main pour mettre ses qualités techniques au service du collectif et lui offrir une chance de retrouver le plaisir ainsi que ses sensations. En vain.

Ce nouvelle (dernier ?) épisode est venu renforcer le sentiment de gâchis d’une carrière qui n’a finalement pas embrassé le destin qui lui était prédit. Une carrière coupée en deux avec des débuts prometteurs à Rennes avant de prendre la direction à seulement 20 ans de l’AC Milan, où les médias italiens voyaient en lui le nouveau Zinédine Zidane. Malgré quelques performances intéressantes, le milieu de terrain n’est pas parvenu à se faire sa place au milieu des Kakà, Clarence Seedorf, Andrea Pirlo, Gennaro Gattuso ou encore Ronaldinho.

A sa demande, il est prêté à Bordeaux en 2008. Et en Gironde, c’est l’explosion. Sous les ordres de Laurent Blanc, il a été l’un des grands artisans du doublé Champion de France-Coupe de la Ligue réalisé pour le club bordelais en 2009. La saison suivante, alors que Bordeaux l’a recruté définitivement, il a été contrarié par des blessures qui l’ont empêché de donner la pleine mesure de son talent.

Et l’été 2010 a marqué un tournant entre la Coupe du monde en Afrique et la triste affaire de Knysna venue s’ajouter à ses supposées tensions avec Franck Ribéry, puis son transfert mouvementé à Lyon. Yoann Gourcuff n’en est pas sorti indemne et une longue descente aux enfers a commencé pour lui entre blessures et rechutes auxquelles sont venues s’ajouter les moqueries sur sa fragilité physique.

Après cinq saisons à l’OL, où il a passé une bonne partie de son temps à l’infirmerie, il est retourné à Rennes, mais le retour dans son club formateur a également été émaillé par une accumulation de pépins physiques qui n’ont cessé de lui pourrir la vie. Ce sera encore le cas à Dijon qu'il a rejoint à l'été 2018. En Bourgogne, il n’a joué que huit matchs avant de partir six mois seulement après son arrivée et de prendre la direction de sa Bretagne natale.

Mariage avec Karine Ferri
Près de Lorient, Yoann Gourcuff s’est remis au tennis. Avec brio. A l’automne dernier, le quotidien Ouest-France avait relaté ses performances avec le club du TC Lamor-Plage dans le Morbihan. Et il n’est pas étonnant de le voir briller raquette à la main. Dans sa jeunesse, Gourcuff était l’un des grands espoirs du tennis breton. En 1998, il avait même participé à l’Open super 12 d’Auray, remporté par Rafael Nadal. Il a d’ailleurs longtemps hésité entre la petite balle jaune et le football avant de finalement opter pour les crampons.

D’un point de vue professionnel, certains lui ont prêté une reconversion comme agent immobilier. Une rumeur démentie par sa femme Karine Ferri, qu’il a épousée en juin 2019 dans le Var. «A titre informatif, Yoann ne se lance pas dans l’immobilier, c’est une fois de plus une information erronée. Au passage, Stéphane Plaza le fait mieux que personne et on l’embrasse», avait confié la présentatrice télé.

Et en attendant de trouver un projet susceptible de l’intéresser, Yoann Gourcuff joue les papas poules avec ses deux enfants âgés de 4 et bientôt 2 ans. Le bonheur autrement.

DS 0040

Après un protocole assoupli au niveau terrain, la suite à venir au niveau des tribunes ?

Fini les 4 cas positifs synonymes de report du match.

La LFP vient de voter une nouvelle règle. Chaque club devra fournir une liste de 30 joueurs. Si parmi eux au moins 20 sont testés négatifs la veille du match, la rencontre aura bien lieu.

Reste à valider ce protocole par les services de l'État.

DS 0039

Le troisième maillot du Stade Rennais a été dévoilé, ce vendredi 28 août 2020, sur le site internet du club. Rendant hommage, une nouvelle fois, à la culture rennaise, il sera disponible dès demain.

Après avoir présenté le maillot domicile, qui rend hommage au mosaïste Odorico, et extérieur, qui à travers ses couleurs représente la culture bretonne, le Stade Rennais et Puma ont dévoilé, ce vendredi 28 août 2020, son maillot Third.

Cette nouvelle tunique « célébrera la première participation du club breton aux phases de groupe de la Ligue des Champions. Après treize années de collaboration, PUMA est fier d’accompagner le Stade Rennais F.C. dans ce nouveau défi historique », précise le communiqué du club, publié ce matin. L’évènement a aussi été annoncé sur les réseaux sociaux du club.

Toujours dans ce souci de rendre hommage à la culture rennaise, l’équipementier s’est inspiré du style urbain de la capitale bretonne. « Le troisième maillot met en lumière son énergie et son atmosphère. Le nouveau kit est composé´ d’un maillot noir dote´ de motifs forts et avant-gardistes. Les manches noires apportent du relief et font ressortir l’ensemble du design. Avec cette nouvelle tenue qui allie tradition en reprenant le noir identitaire du club et originalité avec des motifs engagés, le Stade Rennais F.C est prêt à` repousser ses limites. »

Ce nouveau maillot sera disponible dès demain, samedi 29 août 2020, dans les boutiques de la gare et du Rohazon Park, ainsi que sur la boutique en ligne du club.

 

DS 0038

Le sprinteur de record du monde et huit fois médaillé d'or olympique, Usain Bolt, a été testé positif au coronavirus et s'auto-isole chez lui en Jamaïque après avoir célébré la semaine dernière son 34e anniversaire avec une grosse bash sans masque.

Le ministère de la Santé jamaïcain a confirmé lundi soir que Bolt, qui détient des records du monde sur les 100m et 200m, avait été testé positif après avoir publié une vidéo sur les réseaux sociaux vers midi disant qu'il attendait de recevoir ses résultats.

"Juste pour être en sécurité, je me suis mis en quarantaine et je me suis contenté de prendre les choses tranquilles", a déclaré Bolt dans le message qu'il semblait s'être enregistré pendant qu'il était couché dans son lit. Il a été publié avec la légende «Restez en sécurité mon ppl.»

Le seul sprinter à avoir remporté les médailles d'or du 100 m et du 200 m lors de trois Jeux olympiques consécutifs (2008, 2012 et 2016) a déclaré qu'il ne présentait aucun symptôme du COVID-19, la maladie respiratoire causée par le nouveau coronavirus.

Bolt a déclaré qu'il avait passé le test samedi, le lendemain de son anniversaire lors d'une fête où les fêtards dansaient sur le tube «Lockdown» du chanteur de reggae jamaïcain Koffee.

«Le meilleur anniversaire de tous les temps», a écrit Bolt, qui a pris sa retraite de l'athlétisme en 2017, sur Instagram, en publiant une photo de lui-même tenant sa fille, Olympia, née en mai.

DS 0037

Le Stade Rennais a annoncé la suspicion de nouveaux cas positifs au coronavrius ce lundi soir. Nicolas Holveck, le président rennais, a confirmé les tests positifs au micro de la chaîne Téléfoot"On a fait un autre test hier (lundi) matin pour avoir plus de sécurité et, malheureusement, trois nouveaux joueurs ont été testés positifs", a-t-il annoncé.

 

Le club breton doit affronter Montpellier ce samedi mais avec trois cas positifs, la rencontre pourrait être reportée. "On est dans une situation un peu particulière, une situation d'attente. Pour l'instant, le match a lieu mais la situation peut évoluer au cours de la semaine", a expliqué le dirigeant.

Trans. : Transfert | R.P. : Retour de prêt | F.C. : Fin de contrat | P. : Prêt | Ret. : Retraite | 1e CP : Premier contrat pro | E. : Echange | Es. : Essai | I. : Inconnu

SRFC - Transferts officiels
Date Poste

Arrivées

Départs

Montant Etat
GA Dijon  A. GOMIS   15M € Trans.
GA   E. MENDY  Chelsea 25M € Trans.
MIL Amiens  S. GUIRASSY   15M € Trans.
Dijon  N. AGUERD   5M € Trans.
MIL   R. GUITANE  Maritimo   R.P.
ATT   M. GÜÇLÜ  Valenciennes   R.P.
ATT   J. TELL  Clermont   R.P.
MIL Olympique Lyonnais  M. TERRIER   12M € Trans.
ATT Lorient  A. LAURIENTÉ     Trans.
Avranches  N. DIALLO     Trans.
Valenciennes  L.BRASSIER     Trans.
  J. MOREL  Lorient   R.P.
  S. DOUMBIA  Angers   Trans.

DS 0036

Didier Quillot, le directeur général de la Ligue, s'est exprimé à l'issue de la 1ère journée de L1 sur les mesures mises en place autour de la reprise du championnat. Il souhaite les assouplir.

La Ligue 1 a repris ce week-end, avec sept matchs au lieu de dix et dans des stades qui sonnaient creux. Des débuts un peu tristes, qui ont donné le coup d'envoi d'une saison 2020-2021 très particulière. Et si le football français a été le premier à accueillir du public dans les stades, dès la fin juillet avec les finales des coupes nationales, la LFP espère désormais pouvoir dépasser la jauge des 5 000 spectateurs.

Les préfectures peuvent donner des dérogations aux clubs pour faire rentrer davantage de public dans leurs stades, mais aucune n'a encore été accordée. "Aujourd'hui, le gouvernement a fixé la jauge à 5 000, avec des dérogations possibles par les préfets. Nous souhaitons pouvoir accueillir plus de 5 000 personnes dans nos stades", a clamé Didier Quillot, le directeur général de la Ligue, sur les ondes de RTL. "Nos clubs travaillent, ils respectent le protocole sanitaire qui a été établi. Je demande aux pouvoirs publics et aux préfets en particulier de savoir donner des dérogations."

Quillot veut aussi limiter les reports

Les motivations de la Ligue sont financières ; accueillir davantage de public permettrait aux clubs de limiter le manque à gagner en billetterie. Toujours sur le même aspect, un autre objectif a été identifié : éviter les reports de matchs liés aux infections au covid-19, qui pourraient entraîner de nouveaux démêlés avec les diffuseurs. Le match d'ouverture entre Marseille et St-Etienne, qui devait se jouer vendredi, a été reporté après la détection de quatre cas au sein de l'effectif olympien (Montpellier-Lyon et PSG-Metz ont également été reportés en raison du final 8 de la C1).

"S'il y a des reports de matches, c'est notre calendrier très contraint, très congestionné qui est en difficulté", a poursuivi Quillot, qui réclame un assouplissement du protocole médical dans les clubs. "Notre objectif absolu est de jouer les 380 matches de Ligue 1 et de Ligue 2 cette saison. On veut un assouplissement, quelque chose qui s'inspire du protocole de l'UEFA mis en place pour le Final 8 de la Ligue des champions." A l'arrêt pendant plus de quatre mois, le football français aura attendu la 1ère journée de Ligue 1 pour se préoccuper de ses conditions de reprise. Mieux vaut tard que jamais.

DS 0035

Déjà confronté à un cas de coronavirus en fin de semaine dernière, le Stade Rennais vient d'annoncer, ce lundi soir via un communiqué, avoir placé trois joueurs de l'effectif professionnel à l'isolement ainsi qu'en quatorzaine après de nouveaux tests réalisés ce jour. Le club breton précise que la Ligue de Football Professionnel (LFP) a été prévenue de ces nouveaux cas.

Par précaution et application du protocole sanitaire, le staff technique des Rouge-et-Noir va également adapter ses séances d’entraînement en privilégiant le travail en groupes restreints, et ce jusqu'à nouvel ordre. Pour rappel, le Stade Rennais doit accueillir le Montpellier Hérault Sport Club samedi après-midi (17 heures, Roazhon Park) pour le compte de la 2ème journée de Ligue 1.

DS 0034

Annoncé tout proche du Stade Rennais FC ces derniers jours, Islam Slimani, attaquant de Leicester City, devrait finalement attendre avant d’être fixé sur son avenir cet été.

Le Stade Rennais FC veut renforcer son secteur offensif. Si plusieurs pistes ont été évoquées, le dossier Islam Slimani semblait le plus chaud de ces derniers jours. Après un prêt concluant à l’AS Monaco la saison dernière (9 buts et 8 passes décisives), l’international algérien est retourné à Leicester City, son club propriétaire. Mais les Foxes n’ont pas l’intention de le garder, de quoi donner de l'espoir au SRFC qui avait été annoncé tout proche de le recruter. Sauf que le joueur de 32 ans ne partira pas à moins de 8 millions d’euros, une somme que le Stade Rennais FC n’aurait toujours pas proposée. « Jusqu’à présent, Rennes n’a formulé aucune offre pour l’Algérien », assure France Football. Les recruteurs du SRFC sont toutefois attirés par le profil du Fennec. « Le club breton devrait prochainement se positionner un peu plus clairement », croit savoir la même source. Un intérêt partagé par Islam Slimani, selon les dernières informations.

Leicester City veut faire monter les enchères

Mais l’intérêt du Stade Rennais FC ne semble pas cadrer avec la vision de Leicester City sur ce dossier. Les Foxes n'ont pas l'intention de retenir l'ex-sociétaire du Sporting Portugal. Ils n'attendraient qu'une offre à la hauteur de leurs attentes avant de le libérer. En effet, l’hebdomadaire sportif soupçonne Leicester de vouloir "jouer la montre avec l’ouverture des autres marchés" des transferts. L’idée principale des dirigeants serait de vendre l’Algérien au plus offrant. Un plan qui pourrait toutefois être mis à mal par Islam Slimani lui-même. L'ancien Monégasque se refuserait pour l'heure aux championnats exotiques (Chine, Golfe, MLS…) d’où peuvent provenir les meilleures offres.

DS 0033a

Alors que les maillots réplicas ont été imaginés avec 100 designs différents, les maillots portés par les joueurs sont identiques et sur un même graphisme.
Quelques heures seulement après avoir dévoilé le nouveau maillot extérieur du Stade Rennais, les joueurs du club breton sont entrés sur la pelouse du Stade Pierre Mauroy avec la nouvelle tunique. Mais si l’on retrouve ce mélange de blanc et de noir qui rappelle les couleurs du Gwenn ha du, le drapeau breton, c’est un maillot différent de celui que porteront les supporters qui s’est retrouvé sur les épaules des joueurs. Une histoire de règlement bien sûr.

DS 0033b

Outre le Stade de Reims qui a du imaginer en express un quatrième maillot afin d’être en accord avec le maillot utilisé par l’AS Monaco, le Stade Rennais s’est donc lui aussi démarqué par son maillot lors de la première journée de la Ligue 1 Uber Eats 2020-2021. Pour tout comprendre, il est important de savoir que le maillot « réplica » (celui le plus vendu dans le commerce) qui a été dévoilé présente la particularité d’offrir près de 100 designs différents. Imaginée au travers de plusieurs bandes conçues avec des motifs géométriques, la tenue offre un placement aléatoire des bandes afin de célébrer la diversité.

DS 0033c

Et c’est là que le règlement de la Ligue de Football Professionnel intervient puisque les joueurs de champs doivent tout simplement utiliser exactement le même maillot. Pour les pros, Puma a donc du imaginer un maillot différent qui arbore un seul et même design et avec des nuances de gris beaucoup plus pâle que sur le maillot réplica. Reste à savoir si les joueurs auront toujours le même maillot où si Puma surfera sur l’idée globale pour intégrer plusieurs template.

DS 0033d

DS 0031a

Mardi dernier, Mediapro annonçait la création de sa nouvelle chaîne "Telefoot" en partenariat avec TF1, et confirmait par la même occasion que le prix de l’abonnement serait de 25 euros par mois. Un montant qui fait réagir alors que le diffuseur ne pourra retransmettre, la saison prochaine, que les rencontres de Ligue 1 (et un multiplex Ligue 2). Conséquence ? Les amateurs de football devront accumuler plusieurs abonnements pour regarder différentes compétitions. Dans ce contexte, le risque de voir le piratage se développer est grand et pourrait remettre en cause les ambitions de Mediapro en France.

Le patron de Mediapro est-il trop ambitieux ? Lors de l’annonce du partenariat avec TF1 mardi dernier pour la création de la nouvelle chaîne Telefoot, qui retransmettra dorénavant huit matches de Ligue 1 par journée, Jaume Roures a rappelé que le prix de l’abonnement serait de 25 euros par mois. Un prix déjà évoqué à plusieurs reprises il y a quelques mois et il y a deux ans, alors que Mediapro venait tout juste d’acquérir les droits de diffusion de la Ligue 1 pour la période 2020-2024 pour 780 millions d’euros annuels. "25 euros par mois, c’est un prix bon marché pour accéder à la Ligue 1, a une nouvelle fois affirmé Jaume Roures la semaine dernière. C’est en accord avec les droits télé payés à la Ligue de football professionnel."

Pourtant, ce montant de 25 euros n’est pas sans crisper les amateurs de football, alors que Mediapro a affiché l’ambition d’obtenir 3,5 millions d’abonnés. Pour suivre l’ensemble des compétitions européennes, les passionnés de ballon rond devront désormais s’abonner à Telefoot pour la Ligue 1, RMC Sport pour la Ligue des champions, la Ligue Europa et une partie de la Premier League, Canal+ pour deux matches de Ligue 1 par journée et la Premier League, et beIN Sports pour les autres grands championnats étrangers et la Ligue 2. "Le prix à payer par mois en France pour l’amateur de football qui veut tout voir est le plus cher en Europe avec l’Angleterre", souligne Pierre Maes, auteur du livre Le business des droits TV du foot (éditions FYP).

"25 euros juste pour la Ligue 1, c'est complètement fou !"
Une accumulation d’abonnements et de sous à débourser chaque mois qui ne convient plus à Cyril, technicien en télécom et habitué des chaînes sportives : "En 2020, avec tous les abonnements de sport, plus Netflix ou autres… Ce n’est pas gérable, on ne peut plus suivre !" Avant de poursuivre : "De toute façon, je vais passer à l’IPTV". Après le streaming en ligne, qui permet aux non-abonnés de suivre de manière instable les rencontres sportives avec un léger retard, l’IPTV (Internet Protocol TV) explose depuis quelques années. Une nouvelle forme de piratage plus performante et adaptée au goût du jour : avec un boîtier ou une télévision connectée, le tour est joué et la personne qui en bénéficie peut jongler entre plus de 3 000 chaînes du monde entier. Avec un accès à toutes les chaînes de sport françaises.

L'IPTV, nouvel ennemi des chaînes de sport
Une pratique illégale, qui peut coûter aux personnes qui l’utilisent deux ans de prison et 30 000 euros d’amende. "Mais on sait que ce sont principalement les fournisseurs qui se font condamner", assure Cyril. C’est pourquoi ces fournisseurs font payer un abonnement, généralement entre 50 et 100 euros par an, pour ce service. "Je préfère largement passer sur l’IPTV et payer 50 euros par an que payer 70 euros ou plus par mois pour toutes les chaînes", assure Jérémy, qui a déjà testé l’IPTV pendant une journée en janvier dernier. Car les fournisseurs proposent des offres de test allant d’une journée à quinze jours avant la souscription officielle à ce service qui propose une qualité d’image quasiment irréprochable et une stabilité bien loin du streaming en ligne standard. "Aujourd’hui, c’est très confort de regarder du football en piratant", souligne Pierre Maes.

 DS 0031b

Avec l’arrivée de Mediapro sur le marché français, et cet abonnement à 25 euros que beaucoup jugent excessif, la crainte est grande de voir le streaming en ligne et surtout les abonnements à l’IPTV augmenter de manière exponentielle. En mai 2019, un rapport d’Hadopi (Haute autorité pour la diffusion des œuvres et la protection des droits sur internet) précisait que 5% des internautes auraient recours à cette pratique illégale (entre 2,5 et 3 millions de personnes) en France et que les souscriptions à l’IPTV avaient explosé à l’été 2018, au moment de la Coupe du monde et surtout du passage de la Ligue des champions et de la Ligue Europa sur RMC Sport. "Ce qu’on a vécu en 2018 avec RMC Sport a de fortes chances de se répéter, explique Pierre Maes. Comme en Suisse où ils ont constaté une augmentation de l’IPTV suite à la disparition de la retransmission en clair de la Ligue des champions. Les gens ne sont pas prêts à payer un abonnement supplémentaire ou un abonnement tout court".

"Certains investissent plus d'argent dans leur fête de Noël que dans la lutte contre le piratage"
Selon le rapport d’Hadopi de 2019, alors que les souscriptions à l’IPTV se faisaient principalement par le bouche-à-oreille jusque-là, de plus en plus de personnes parviennent à accéder à ce service illégal en autonomie. "C’est normal que ça se développe, juge Cyril qui constate à son travail que de plus en plus de personnes ont recours à l’IPTV. 25 euros juste pour la Ligue 1, c’est complètement fou !". Des négociations auraient lieu selon L’Équipe entre Mediapro et Altice pour que la chaîne Telefoot obtienne quelques matches de Ligue des champions la saison prochaine. Et le prix de l’abonnement à la nouvelle chaîne pourrait varier en fonction de la distribution par les opérateurs (Free, Orange, SFR…), qui n'a pas encore été précisée par Mediapro.

Le nouveau projet de loi audiovisuel luttera contre le piratage des rencontres de sport
"Ça ne changera rien pour moi, je vais passer à l’IPTV dès le mois d’août, c’est sûr", tranche Jérémy. Pour les diffuseurs, l’impact pourrait être important, car en cas de souscription à l’IPTV, les amateurs de ballon rond pourraient se désabonner des autres chaînes. Un risque bien enregistré par Yousef Al-Obaidly, patron de beIN Media Group. "La bulle glorieuse des droits TV est sur le point d’éclater, avertissait-il en octobre dernier lors d’un congrès à Londres. Si rien n’est fait contre le piratage, il y aura une réduction importante de la valeur des droits télévisés". Le plan social annoncé la semaine dernière par le groupe beIN fait notamment état de la "spirale du piratage" pour justifier le départ d’une vingtaine de journalistes.

07/08/1998: L'effectif professionnel du Stade Rennais FC est présenté aux abonnés dans l'enceinte du Stade de la Route de Lorient. Cette présentation est assurée par un supporter Rennais de toujours: Eric Besnard.

Programme TV

29/08 17h00
SRFC-MHSC
Ligue 1 - Journee : 2

13/09 15h00
Nîmes-SRFC
Ligue 1 - Journee : 3

19/09 21h00
SRFC-Monaco
Ligue 1 - Journee : 4

Articles

15 octobre 2020

Connexion

Tipeee

Tipeee

S.G.S.B.

SGSB

Tipeee

Tipeee

Hébergé par

Reglyss.bzh

Free Joomla templates by L.THEME