Qu’est-ce que l’IPTV, procédé qui permet de regarder le foot pour 5 € par mois ?

IPTV : ces quatre lettres cartonnent chez les amateurs de football et de sport en général et sont le cauchemar des diffuseurs. Pour une somme défiant toute concurrence, un utilisateur peut accéder de façon simple mais illégale à tout le catalogue foot.
DS 0169Le football français fait face depuis plusieurs semaines au refus de Mediapro d’honorer son contrat d’1,1 milliard d’euros signé en 2018 pour diffuser les rencontres de ligue 1 et de ligue 2. Mais les diffuseurs font face à une autre menace, l’IPTV. Décryptage.

L’IPTV, c’est quoi ?
L’IPTV, qui signifie en anglais Internet Protocol Television, est une plateforme illégale permettant de regarder le petit écran en ligne. Le boîtier, qui s’achète facilement sur Internet car légal, est en même temps le Graal des télévores – il permet de visionner jusqu’à plusieurs milliers de chaînes payantes du monde et d’avoir accès aux services de vidéo à la demande – et le cauchemar des diffuseurs.

Là où aujourd’hui et de façon légale, il faudrait s’abonner à Canal +, Téléfoot, RMC sport, beIN Sports ou encore Eurosport pour accéder à tous les contenus foot contre environ 80 € par mois selon les offres, l’IPTV regroupe le tout pour la modique somme de 60 €… par an.

Pourquoi ça explose ?
Le morcellement de l’offre audiovisuelle depuis des années, les changements de diffuseurs tous les quatre ans, et pour certains le coût jugé trop cher des abonnements… Autant de raisons qui peuvent expliquer le choix des amateurs du ballon rond de se tourner vers le piratage.

Comme Yann*, qui s’est résolu à regarder le foot de façon illégale. "On devient trop des vaches à lait. Il y a sans arrêt des changements, il faut plusieurs abonnements différents, ça devient excessif…", peste ce fan de l’Olympique de Marseille. "Et puis pourquoi payer un abonnement quand la plupart des matchs ont lieu le dimanche après-midi, au même moment que le foot amateur ?", s’interroge-t-il. "Actuellement, on estime à près de 3 millions les personnes qui consomment des programmes sportifs illégalement. Ça a considérablement augmenté ces dernières semaines", confirme Pauline Blassel, la secrétaire générale de l’Hadopi, l’organe de protection des droits d’auteur.

Quels risques pour les utilisateurs ?
L’utilisation d’une IPTV en France est illégale et comprend deux risques majeurs. Le premier est juridique. L’utilisateur tombe sous le coup de la loi sur la contrefaçon, délit puni jusqu’à 3 ans de prison et 300 000 € d’amende.

Le second est informatique. Brancher un boîtier inconnu sur son réseau domestique est loin d’être un geste anodin et peut constituer une faille dans la sécurité de l’installation. Confier ses données bancaires à des personnes inconnues, non plus.

Que font les diffuseurs pour lutter contre ?
Pour les diffuseurs, la facture se révèle salée. Dès 2015, beIN Sports avait estimé les pertes pour l’ensemble des diffuseurs à l’époque à 500 millions d’euros par an. Réunis au sein de l’APPS (Association de protection des programmes sportifs) depuis trois ans, ces derniers tentent de lutter contre ce fléau, et n’étaient pas loin de voir leurs efforts aboutir.

Le projet de loi sur la réforme de l’audiovisuel comporte en effet une mesure qui permettrait de saisir la justice pour faire stopper la diffusion en temps réel.

Mais le texte a été mis en sommeil depuis le confinement. "Incompréhensible", selon Caroline Guenneteau, directrice juridique de beIN Sports. "Le gouvernement n’a pas identifié que c’est une priorité pour le secteur. C’est un vrai problème", regrette-t-on aussi chez Mediapro.

*Le prénom a été modifié

Programme TV

29/08 17h00
SRFC-MHSC
Ligue 1 - Journee : 2

13/09 15h00
Nîmes-SRFC
Ligue 1 - Journee : 3

19/09 21h00
SRFC-Monaco
Ligue 1 - Journee : 4

Partenaires

Articles

24 novembre 2020

Connexion

Tipeee

Tipeee

S.G.S.B.

SGSB

Tipeee

Tipeee

Hébergé par

Reglyss.bzh

Free Joomla templates by L.THEME