Les recrues arrivées dans les derniers jours du marché des transferts estival sont, pour le moment, plutôt décevantes.
DS 0200aUne victoire en sept matches. Le bilan sportif du Stade Rennais post-mercato est plus sombre que la période précédente, brillante et moins ardue, aussi, sans C1. L'équipe bretonne est toujours troisième de Ligue 1 après dix journées et elle a quelques excuses à présenter, entre la blessure d'Eduardo Camavinga, cette entrée inédite en Ligue des champions synonyme de calendrier surchargé et l'intégration des recrues à gérer. Mais la dernière semaine de compétition de haute voltige avant la trêve internationale (0-3 à Chelsea puis 0-3 à Paris) a confirmé des fragilités.

Si elles ne sont pas responsables de tout, difficile de ne pas pointer pour l'instant ces recrues qui coincent. En premier lieu celles qui ont débarqué lors d'une toute fin de mercato qui commence à poser question, alors que ces choix semblaient séduisants début octobre (dans ces colonnes nous avions accordé une appréciation de 15/20 à l'ensemble du recrutement rennais). Rennes assimile ce mercato propre à ses moyens, conséquents mais portés sur plus de potentiels à développer que de certitudes, avec une urgence (Dalbert) et un besoin comblé bien tardivement, celui du défenseur axial.

Sans doute lui a-t-il manqué sur cette période un peu plus de "métier", ce que Rugani peut apporter, ce que recherchait aussi Florian Maurice avec Diego Godin ou quand il a pris des renseignements sur Thiago Silva et Edinson Cavani. Rugani a disputé un seul match (1-1 à Dijon lors de la 7e journée) avant de se blesser pour longtemps à Séville (0-1, le 28 octobre) et ne peut encore être évalué. Ses trois partenaires arrivés sur la fin déçoivent, eux, à des degrés divers.

Gomis, du mauvais pied
Son arrivée n'était pas prévue. Pris de court par le départ d'Édouard Mendy à Chelsea, les dirigeants rennais ont vite eu pour priorité le recrutement du gardien de Dijon. Le Sénégalais (27 ans) présentait un profil athlétique similaire à son compatriote et ses premières sorties ont confirmé une certaine aisance sur sa ligne.

Mais il a débarqué en Bretagne blessé, s'est peu entraîné avant de débuter contre le FC Krasnodar en Ligue des champions (1-1, le 20 octobre) et peut dégager une certaine fébrilité, notamment dans le jeu au pied. Un élément assez pénalisant pour le jeu rennais, basé sur des relances propres vers des défenseurs et des milieux plutôt habiles techniquement.

Rennes a pris plus de points avec l'expérimenté Romain Salin dans le but qu'avec ce nouveau n°1 acheté 16 millions d'euros, une somme considérable à ce poste. Les dirigeants bretons, qui ont un temps contesté ce montant à verser en deux temps au DFCO, sont conscients d'avoir sans doute payé trop cher. Mais c'était le prix de l'urgence, et le staff reste persuadé d'avoir fait, sportivement, le bon choix.

Dalbert, l'énigme brésilienne
Le cas du latéral gauche prêté par l'Inter Milan semble en partie réglé : avant la trêve internationale, il était sérieusement concurrencé par l'international Espoirs Adrien Truffert (19 ans aujourd'hui) ; avec le futur retour de blessure de Faitout Maouassa, son horizon semble bouché.

Le Brésilien (27 ans) est l'ombre du joueur qui avait enthousiasmé la L1 sous le maillot niçois en 2016-2017. Il est décevant sur le terrain et en dehors, où son attitude peu empreinte de modestie a été remarquée. Quand Maouassa s'est blessé à une cheville, le 19 septembre contre Monaco (2-1), l'empressement du club à "compenser" cette absence pouvait s'entendre. Mais il n'a pas eu la main heureuse avec le Brésilien, détonateur entre autres du lourd revers à Chelsea (0-3) en C1 en se faisant expulser après avoir provoqué deux penalties.
DS 0200bNe pas laisser les clés à Truffert pour deux mois, même s'il avait été la révélation de la préparation d'été et avait réussi des débuts tonitruants face à Monaco (un but, une passe décisive), était le choix de la prudence. Difficile d'aborder l'enchaînement L1-C1 avec le seul Truffert comme spécialiste du poste. Mais cette décision a interrogé en interne, à l'époque. Et les performances de Dalbert n'ont pas levé ces doutes.

Aujourd'hui, Rennes se retrouve avec trois spécialistes du poste, soit un de trop. Une réflexion sur la continuité du prêt de Dalbert pourrait être menée d'ici à janvier.

Doku se cherche encore
L'ailier belge est arrivé à 18 ans après 34 apparitions en Jupiler League et il a un profil trop particulier pour s'insérer en quelques semaines dans une équipe qui, faute de temps entre les matches, ne s'entraîne plus vraiment.

Dans son cas, Rennes a investi beaucoup (26 millions d'euros, record du club) en pensant à l'avenir et en laissant étonnamment partir Raphinha (à Leeds), une arme offensive qui pouvait être encore plus intéressante après une première saison avec quelques coups d'éclat (5 buts, 3 passes décisives en 22 matches de L1). Le club breton a choisi de ne pas le bloquer, a ouvert la porte à une opportunité satisfaisante financièrement pour les deux parties, mais sportivement, pour le moment, on ressent plus la perte de Raphinha dans l'animation offensive que l'apport de Doku, qui peine assez logiquement. Il était remplaçant à Chelsea en C1, conséquence de premières sorties brouillonnes qui ont confirmé son principal défaut actuel : le joueur belge n'est pas toujours connecté au collectif.

Si les dirigeants croient beaucoup en lui et si son explosivité est indéniable, il est le symbole de ces recrues qui se cherchent encore. Dans son cas, au moins, le temps d'adaptation faisait partie du programme. D'autres avant lui, dont Raphinha, ont eu besoin de plusieurs mois pour s'adapter à Rennes.

La première vague a plus convaincu
Nayef Aguerd, arrivé de Dijon pour cinq millions d'euros, est pour l'instant une bonne pioche, entre ses trois buts marqués en L1, son aisance technique et sa présence aérienne. Mais il fait partie d'une défense qui a préservé sa cage une seule fois cette saison (3-0 à Saint-Étienne, le 26 septembre) : il manque parfois de dureté, entre autres.

Martin Terrier, recruté à Lyon pour 12 millions d'euros hors bonus, reste malheureusement dans le ton de ses deux saisons très mitigées dans le Rhône. Il a marqué un but, a été plutôt consistant contre le FC Krasnodar en C1 mais n'a brillé ni à Séville, où il devait surtout contrôler Navas, ni à Chelsea, et encore moins contre Paris. Son bilan en L1 (un but, une passe décisive) est insuffisant. La question de son meilleur positionnement reste posée (à gauche ou axial). Mais il a 23 ans et une bonne marge de progression s'il se libère sur le plan mental.

Enfin, Serhou Guirassy, joueur du mois de septembre (trois buts), coince un peu après de très bons débuts. Sans doute parce qu'il a trop joué en l'absence de M'Baye Niang, qui revient. Mais il pèse sur les défenses, est au niveau où on l'attendait, et s'il n'a plus marqué dans le jeu depuis deux mois c'est aussi qu'il est beaucoup moins bien servi. À son sujet, le club ne nourrit aucune inquiétude.

En conférence de presse hier, Eduardo Camavinga s'est montré ouvert à une prolongation de contrat jusqu'en 2023. Seulement, le Stade Rennais rencontre plus de difficultés pour allonger le bail de trois autres joueurs majeurs.
DS 0204Les journalistes présents à la conférence de presse d'Eduardo Camavinga hier ont bien fait d'insister : lancé puis relancé à plusieurs reprises sur le sujet d'une prolongation de contrat au Stade Rennais, le jeune international de 18 ans a expliqué qu'il n'était pas contre. Son bail pourrait donc être étendu de 2022 à 2023, ce qui permettra de le vendre plus cher l'été prochain, au Real Madrid, à Arsenal, au Bayern Munich ou à d'autres. Mais dans son édition du jour, L'Equipe précise que si ce dossier est en bonne voie, les Rouge et Noir rencontrent de grosses difficultés pour trois autres joueurs…

Da Silva et Rutter seront libres en juin
"Devenu pro en décembre 2018, Camavinga n’avait prolongé que d’un an, jusqu’en 2022 donc, en août 2019. S’il ne prolongeait pas à nouveau, sa valeur serait sans doute moins élevée l’été prochain et le club serait aussi dans une position moins forte. Mais Camavinga n’a pas dit hier qu’il ne prolongerait pas, alors que la direction rennaise discute actuellement avec son père, Célestino. Et, comme annoncé hier sur le site L’Equipe, une prolongation d’un an, jusqu’en 2023 donc, est en bonne voie. Elle pourrait se concrétiser d’ici à Noël, ce qui sécuriserait sa situation."

"D’autres dossiers sont sur la table pour la direction bretonne. Ils semblent bloqués pour le moment en ce qui concerne le capitaine Damien Da Silva (32 ans, 2021) et Romain Del Castillo (24 ans, 2022), avec des propositions qui n’ont pas convaincu. Et Rennes n’est pas encore certain de pouvoir conserver l’attaquant Georgino Rutter (18 ans), autre grand espoir du club, entré en jeu lors de la victoire à Saint-Etienne (3-0, le 26 septembre) et qui est lui aussi en fin de contrat en juin"

A en croire L’Equipe, Eduardo Camavinga pourrait prolonger son contrat avec le Stade Rennais d’ici les fêtes de fin d’année.
DS 0206Eduardo Camavinga a beau n’avoir que 18 ans et à peine plus d’une saison chez les professionnels, le milieu de terrain breton compte parmi les joueurs les plus convoités du moment. Conséquence de ses débuts fracassants avec le Stade Rennais mais également avec l’équipe de France le mois dernier.

De nombreux cadors européens sont sur les rangs, parmi lesquels le Real Madrid, la Juventus Turin ou le PSG, et son transfert lors du prochain mercato estival est régulièrement évoqué. Et ce d’autant plus que le jeune milieu de terrain sera en fin de contrat en juin 2022 et donc en position de force pour quitter la Bretagne l’été prochain.

Une aubaine pour le Stade Rennais
Mais selon L’Equipe, l’international tricolore pourrait rapidement prolonger avec le Stade Rennais. Les discussions entre les dirigeants bretons et le père du joueur, Celesitino, sont en bonne voie et une issue favorable est attendue dans les prochaines semaines. Un accord pourrait être trouvé avant Noël.

Les négociations portent sur une prolongation d’un an. Ce nouveau bail jusqu’en 2023 serait évidemment assorti d’une substantielle revalorisation salariale pour le joueur et permettrait au Stade Rennais d’être en meilleure position dans ses négociations avec les clubs intéressés par son joueur vedette.

N’entrant pas dans les plans de Julien Stéphan au Stade Rennais, M’Baye Niang serait toujours sur le départ, et pourrait retrouver la Série A dès cet hiver.
DS 0157Recruté lors de l’été 2019 après une saison en prêt concluante, M’Baye Niang n’entre désormais plus dans les plans de Julien Stéphan au Stade Rennais malgré de bonnes performances la saison passée. Annoncé sur le départ cet été, le club breton et l’ASSE avaient trouvé un accord pour un prêt de M’Baye Niang cet été, mais l’opération est tombée à l’eau en raison des agents du joueur, qui se sont opposés au départ de l’international sénégalais.

De retour au Stade Rennais, M’Baye Niang avait affirmé être concentré sur un retour dans le onze de départ de Julien Stéphan malgré le recrutement de Serhou Guirassy. Toutefois, selon les informations de la Gazzetta Dello Sport, le buteur de 25 ans continuerait de pousser pour un retour en Série A, lui qui a déjà évolué sous les couleurs de l’AC Milan, du Torino et du Genoa. Le quotidien italien affirme également que le Genoa pourrait le récupérer lors du prochain mercato hivernal…

Interrogé par Radio Roazhon dimanche soir, l’agent de Daniele Rugani (26 ans) a apporté une précision d’importance sur la suite de la carrière du nouveau défenseur du Stade Rennais.
DS 0111Daniele Rugani est l’élu pour entrer dans la rotation de Julie Stéphan en défense centrale. Après des semaines de recherches intensive, le Stade Rennais a finalement mis le grappin sur l’oiseau rare, qui pourrait donc être le défenseur central italien. Barré à la Juventus Turin par la forte concurrence, le stoppeur de 26 ans veut se relancer en Bretagne, où il ne compte d’ailleurs pas forcément s’imaginer sur le court terme.

"On n'a jamais fait de demande d'un prêt seulement pour un an. On pensait même qu'il y allait avoir une option d'achat. Si tout se passe bien, pourquoi ne pas rester un an de plus. C'est le début d'un chemin commun, assure David Torchia sur les ondes de Radio Roazhon. La discussion entre le coach et Daniele a porté sur les différences entre les deux championnats et la façon de défendre. Il a eu un avis très positif sur JS et Florian Maurice qu'il connaît depuis qu'il a 15-16 ans."

Après avoir vu son prêt à Saint-Étienne capoter, ce samedi, l'attaquant rennais M'Baye Niang s'est expliqué sur ce retournement de situation.
DS 0108Sur la route qui le ramenait vers Rennes, ce samedi soir, M'Baye Niang a pris le temps de s'arrêter pour répondre à nos questions. L'attaquant (25 ans) en avait semble-t-il gros sur le coeur. Pas de rentrer en Bretagne, plutôt de ne pas avoir pu rejoindre l'AS Saint-Étienne, « un grand club » où il se voyait déjà. "Je suis déçu mais c'est la vie, je repars de l'avant", a-t-il insisté dans un message envoyé quelques instants après les vingt minutes d'entretien qu'il nous a accordées.

Pourquoi n'avez-vous pas signé à Saint-Étienne, alors que les deux clubs s'étaient mis d'accord ?
Même moi, j'étais d'accord. Ça ne s'est pas fait, je ne vais pas commencer à entrer dans les débats et vouloir faire des polémiques. Je suis triste parce que j'avais envie d'aller là-bas. Je l'ai montré en y étant depuis jeudi. J'étais convaincu de l'intérêt du projet. C'est un choix que j'assume. Je vais maintenant me remettre la tête à Rennes. J'espère que ça se passera bien.

Que s'est-il passé entre vendredi et samedi pour que l'affaire capote ?
Beaucoup de choses ont été dites. Le deal ne s'est pas fait, c'est tout. La vie continue, il faut aller de l'avant.

Il semble pourtant qu'un problème soit survenu...
Il y a eu des complications qui m'ont aussi énervé. On a décidé d'un commun accord de tout arrêter. On sentait que ça n'allait pas le faire. Je n'étais pas dans les bureaux du club. J'ai passé ma visite médicale, j'ai vu le coach (Claude Puel) au centre d'entraînement, on a parlé et je suis rentré à l'hôtel avec ma femme et mes enfants. C'est mon avocat, avec qui j'étais, qui devait régler les deux, trois derniers détails. Il m'a ensuite appelé pour me dire que ça bloquait.

Saint-Étienne a parlé de "l'intervention de plusieurs agents qui a rendu la finalisation de l'opération impossible". S'agit-il de vos agents ? Confirmez-vous cette version ?
Les agents n'étaient pas au centre d'entraînement. À aucun moment ils ne sont venus. Ils ne cautionnaient pas le fait que j'aille à Saint-Étienne, ils ne voulaient pas que je signe et ils ne voulaient pas de commission. À un moment donné, ça leur a été proposé par mon avocat, mais ils ont refusé.

On vous dit brouillé avec eux depuis le transfert raté à Marseille, cet été. Quelles sont vos relations aujourd'hui ?
On se dit la vérité. Mon transfert à Marseille a échoué. J'étais déçu mais je n'ai pas remis en cause toutes les choses qu'ils ont faites. Ils m'ont permis de rejoindre Rennes, où je me suis relancé, il ne faut pas l'oublier. C'est clair que j'étais déçu de ne pas aller à Marseille. Aujourd'hui, je reviens au Stade Rennais, je vais reconquérir tout le monde. M'Baye va reprendre sa place.

Les déclarations de Julien Stéphan, votre entraîneur, vous ont-elles fait réfléchir ou rassuré sur votre avenir à Rennes ?
Tout le monde sait qu'on a une très bonne relation avec le coach. On se dit les choses. On a eu besoin de s'appeler (vendredi matin) avant la visite médicale. Je me suis posé des questions, parce qu'il a quand même pris la peine de m'appeler pour me dire que ça le faisait chier que je parte. Il m'a dit qu'il fallait que j'accepte la concurrence. Mais j'ai joué à l'AC Milan, avec des grands joueurs, avec tout le respect pour mes coéquipiers d'aujourd'hui. Si j'ai accepté cette concurrence-là, à Rennes je l'accepte aussi. Ce n'était pas une question de concurrence, la preuve en est, je suis en train de revenir. Il y a de la concurrence partout. À moi de montrer que je suis le meilleur.

Meilleur que Serhou Guirassy notamment, aujourd'hui titulaire en pointe ?
Qu'est-ce qui vous dit aujourd'hui que je ne suis pas le numéro 1 ? Il faut juger quand on est à 100 %. Après une période compliquée, il faudra du temps pour se remettre la tête à l'endroit, fermer les yeux et les oreilles, travailler, marquer des buts et aider les coéquipiers.

Guirassy s'est vite imposé devant, à votre place. L'avez-vous accepté ?
Je m'entends très bien avec lui. C'est un très bon joueur. Avec Amiens, il nous avait fait forte impression. Aux entraînements, je le vois, il va beaucoup nous apporter. Comme le coach l'a dit, il y a de la concurrence. Mais rien ne l'empêche de changer de système. Quand tu as des bons joueurs, tu es obligé de les mettre sur le terrain. Au coach de trouver une solution.

À vous aussi de vous réintégrer au projet. Y êtes-vous prêt ?
À aucun moment je ne me suis écarté du projet. Je pense qu'il y a eu une incompréhension après ma sortie publique, pendant le confinement, qui a été maladroite ("L'OM est un club qui m'intéresse"). J'aurais peut-être pu l'éviter. Le club m'a beaucoup donné, il m'a permis de m'exprimer, je ne cracherai jamais dessus. Depuis le début, tout le monde parle à ma place, mais j'ai toujours dit que le Stade Rennais est un club que je respecte. J'ai toujours dit que, si je devais rester, je serais le plus heureux. C'est ce qui m'arrive aujourd'hui. Il n'y a aucun problème pour moi. J'ai la chance d'avoir vécu de grandes choses depuis deux ans. Je reviens, je suis prêt. J'ai toujours été gonflé à bloc, c'est ce qui fait ma force, d'ailleurs.

Une situation trop compliquée pour les Verts
Le communiqué annonçant que l'ASSE renonçait au prêt sans option d'achat de M'Baye Niang est tombé ce samedi à 15 h 11. L'épilogue de plusieurs jours de négociations entamées lundi - les deux clubs s'étaient rapidement mis d'accord - et de dernières heures mouvementées.
Un peu plus tôt, les différentes parties avaient rendez-vous à 11 heures, puis à midi pour signer les documents validant le prêt de l'attaquant. Mais à la demande du joueur, accompagné sur place par son avocat Me Rutman, qui le suit depuis l'âge de 17 ans et s'est dit « déçu » de l'issue finale, la signature avait été reportée dans l'après-midi. Ses représentants Grégory Gélabert et Jonathan Chiche étant absents, après s'être manifestés vendredi, l'avocat avait mandaté un autre agent, Rudy Raba, pour finaliser l'opération. Qui n'aboutira jamais, l'état-major stéphanois ayant décidé de se retirer au dernier moment face à une situation trop compliquée.
"Ça a traîné, l'ASSE n'a peut-être pas supporté le temps qui s'est écoulé", imagine Gélabert, estimant depuis le début qu'il s'agissait d'une "régression" dans sa carrière pour l'international sénégalais. Un autre élément pourrait expliquer ce revirement : la condition physique semble-t-il pas optimale du joueur et les doutes des Verts sur sa capacité à être opérationnel tout de suite. Claude Puel comptait à l'origine l'aligner dès dimanche prochain face à Nice.

Pierre Ménès, proche du Stade Rennais, est persuadé que M’Baye Niang (25 ans) n’a pas été traité d’une manière très juste cet été au sein du club breton.
DS 0098Les supporters de l’ASSE sont suspendus aux lèvres de M’Baye Niang (25 ans). Alors que les Verts et le Stade Rennais semblent proches d’un accord pour un prêt sans option d’achat de l’attaquant sénégalais, le dernier point d’achoppement viendrait de l’intéressé lui-même.


Selon le Late Football Club, Niang ne serait en effet pas totalement convaincu par un avenir dans le Forez. Il serait en pleine réflexion. Pierre Ménès connaît bien le bonhomme pour l’avoir très longtemps conseillé à l’OM. Très fan de son profil, le consultant de Canal+ estime que l’ancien buteur de l’AC Milan est un joueur qui pourrait être titulaire dans de nombreuses équipes de L1.

"Il n’a rien séché du tout, il était aux soins et tout le monde le savait"
Depuis cet été, le Stade Rennais n’en veut pourtant plus. Il y a quelques semaines, Julien Stéphan avait même décidé de ne pas le convoquer dans son groupe pour un match amical à Lisbonne, prétextant qu’il avait séché l’entraînement de la veille. Faux, répond Ménès ! "Il n’a rien séché du tout, il était aux soins et tout le monde le savait", glisse le trublion du PAF sur son compte Twitter en rassurant donc sur l’aspect professionnel de l’intéressé.

DS 0097L’ex plus gros transfert de l’histoire du Stade Rennais ne sera resté qu’un temps, et en Bretagne, et sur la plus haute marche du podium des recrues. Hier lundi, Raphinha s’en est allé vers d’autres cieux, ceux d’Angleterre et du promu Leeds. Son départ est consécutif à l’arrivé à Rennes, de l’attaquant Jérémy Doku, à 16 millions d’euros l’indemnité, le nouveau transfert record du SRFC.

Un contrat à 12,5 M€ sur 4 ans pour Raphinha à Leeds
Raphinha pour sa part, a rejoint le Leeds de Marcelo Bielsa, contre 17 millions d’euros et des bonus en sus. Avec les Peacocks, l’ailier brésilien de 23 ans s’est engagé sur un contrat de quatre ans, à l’échéance du 30 juin 2024. Il va lui rapporter 12,5 millions d’euros au cumul, selon les informations de la presse anglaise. C’est-à-dire 3,125 millions d’euros brut annuel, en tant que cadre de sa future équipe, en championnat de Premier League anglaise.

Une saison au Stade Rennais et puis s’en va
Précédemment au Stade Rennais, Raphinha approchait un salaire de 150 000 euros bruts mensuels, et plus avec tous les bonus, individuels ou collectifs. Il lui restait encore trois des quatre saisons signées avec les Rouge et Noir, jusqu’au 30 juin 2023.

Débarqués en provenance de l'Inter Milan et de la Juventus Turin, le latéral Dalbert et le défenseur central Daniele Rugani ont pris des renseignements avant de s'engager avec le Stade Rennais.
DS 0095Le Stade Rennais a réussi le plus beau mercato de France en recrutant un mélange de jeunes très prometteurs et de joueurs expérimentés. Le Brésilien Dalbert Henrique et l'Italien Daniele Rugani entrent dans cette catégorie. Le premier est arrivé de l'Inter Milan, le second de la Juventus Turin. Et forcément, avant d'accepter le challenge rennais, ils ont pris des renseignements auprès d'anciens partenaires prestigieux.
Buffon et Rabiot ont conseillé à Rugani de foncer
Daniele Rugani a fait appel aux connaissances de deux Bianconeri passés par la Ligue 1 : “J’ai parlé du Stade Rennais avec Gigi Buffon et Adrien Rabiot, ils m’ont dit que c’était le bon choix pour moi, m’ont bien parlé de cette opportunité. Surtout, Gigi était content pour moi, certain que j’allais m’épanouir à Rennes".
Dalbert Henrique, lui, a pris contact avec un compatriote : "Le directeur sportif (Florian Maurice) a contacté mon agent. Puis j’ai parlé avec Raphinha, il m’a parlé de la ville, du stade, des structures du club. Le directeur sportif et l’entraîneur ont eu ces mots d’estime dont j’avais besoin. C’est ce qui m’a convaincu. Je pense que je mérite plus que ce que j’ai eu cette dernière année".

M'Baye Niang est arrivé à Saint-Étienne jeudi soir mais le prêt de l'attaquant sénégalais de Rennes aux Verts (Ligue 1) reste encore à finaliser.

DS 0094Le feuilleton M'Baye Niang chez les Verts, lancé depuis lundi et la tentative avortée de l'AS Saint-Étienne de le recruter au tout dernier jour du mercato, a connu une nouvelle avancée significative jeudi. L'attaquant international sénégalais (25 ans ; 15 sélections, 4 buts) est arrivé dans la soirée dans un grand hôtel de la périphérie stéphanoise et pourrait devenir le joker des Verts, les clubs étant autorisés à recruter un joueur après la fermeture du mercato, à condition qu'il soit licencié en France.

Suffisant pour annoncer la signature officielle de son contrat de prêt ce vendredi ? Pas tout à fait. Alors que sa visite médicale est annoncée dans la journée au centre sportif Robert-Herbin de L'Étrat, le dossier n'est pas encore bouclé. Le Stade Rennais et l'ASSE se sont pourtant mis d'accord depuis lundi sur la base d'un prêt sans option d'achat. Mais jeudi soir, une source proche du dossier laissait penser que Rennes voudrait finalement obtenir un prêt payant. Ce que Saint-Étienne ne serait pas disposé à accepter.

En fait, il semblerait que Niang, à qui il reste trois ans de contrat à honorer en Bretagne, ne veuille pas devenir le "joker" des Verts avant que Rennes ne lui verse une prime. Cela expliquerait pourquoi ce transfert tarde à se concrétiser. Qui, au final, va payer la somme due à Niang ? Rennes, ou Saint-Étienne, au travers d'un prêt payant ?

La tendance jeudi voulait que ce soit Rennes. D'où le bras de fer engagé entre le SRFC et son joueur depuis plusieurs jours, et qui n'apparaissait toujours pas réglé, jeudi soir. Cela expliquerait également la sortie médiatique de Florian Maurice. Invité de l'émission Top of the Foot, le nouveau directeur du recrutement du club breton a déclaré sur les ondes de RMC jeudi soir : "M'Baye Niang est rennais. Il est sous contrat. Il n'y a aucune discussion." Histoire d'enfoncer un peu plus le clou et de mettre la pression sur le joueur, Julien Stéphan, l'entraîneur breton, a ajouté : "Si M'Baye souhaite rester là et se remettre dans le projet, il est le bienvenu et je l'accueille à bras grands ouverts."

DS 0092

Clément Grenier, le milieu de terrain du Stade Rennais, ne devrait pas quitter le club breton durant ce dernier jour de mercato estival selon les informations du 10 Sport.

Après avoir été placé sur la liste des indésirables, le joueur de 29 ans n’a pas réussi à trouver un nouveau point de chute malgré l’intérêt du Real Valladolid.

Les Mauves ont très bien vendu le jeune Jérémy Doku au Stade Rennais durant les derniers jours du mercato. Mais cette vente record n'a pas fait que des heureux en Belgique.
DS 0090

Le Stade Rennais est entré dans une nouvelle dimension. Qualifié pour la Ligue des Champions, le SRFC joue désormais également dans la cour des grands du mercato. Les Rouge-et-Noir ont d’ailleurs été la formation de Ligue 1 la plus dépensière du dernier marché des transferts (un peu plus de 70 M€), devançant même le Paris Saint-Germain. Un nouveau statut illustré par les 26 M€ lâchés pour attirer le jeune prodige belge d’Anderlecht, Jérémy Doku.

Un investissement qui fait du joueur la recrue la plus chère de l’histoire de Rennes et la plus belle vente des Mauves. Et si les dirigeants du SRFC s’en frottent les mains, on ne peut pas vraiment dire la même chose du côté du club bruxellois. Interrogé par la Dernière Heure, le directeur sportif d’Anderlecht, Peter Verbeke, a clairement fait savoir que les Mauves n’avaient pas prévu de vendre leur pépite. "Son transfert ne me rend pas heureux du tout. Je n’ai pas sabré le champagne, croyez-moi. Son départ ne correspond pas du tout à notre vision sportive. Il aurait d’abord dû gagner des trophées pour Anderlecht, et sa valeur aurait été plus élevée après une campagne européenne. Mais financièrement, on n’avait pas le choix."

Anderlecht a été contraint de vendre Doku
En clair, Rennes a profité des grosses difficultés financières de son homologue belge pour réussir son coup. "Je veux être directeur sportif pendant dix ans et je crains que ce genre de décisions ne soit nécessaire pour qu’Anderlecht puisse survivre. (…) Il fallait des actions urgentes pour qu’Anderlecht reste un club du top 5. Le transfert de Jérémy est le début de notre assainissement", a-t-il déclaré, avant d’ajouter que le départ de Doku tombait au plus mauvais moment et qu’il aura un fort impact sur les résultats sportifs des Mauves.

Résigné à l’idée de voir filer aussi rapidement Doku, l’affaire n’a pris que "trois ou quatre jours " pour être scellée selon ses dires. Verbeke partage toutefois l’enthousiasme breton sur les qualités du joueur. Mieux, il annonce que le SRFC peut envisager de récupérer le double du prix payé pour Doku. "S’il joue bien dans un club du top en Ligue 1, il pourrait être vendu pour 60 millions lors d’un prochain transfert. Rennes est le seul club à avoir montré un intérêt concret pour Jérémy. Quand Rennes s’est manifesté, tout est allé très vite." Et du côté du Roazhon Park, on ne remerciera jamais assez l’intervention de l’actionnaire Pinault pour cet achat très prometteur.

Ce mardi, les dirigeants rennais ont présenté une partie des dernières recrues, et dressé le bilan du mercato rennais. Ils ont assuré avoir essayé de retenir Raphinha, parti à Leeds en fin de mercato, mais que la volonté du joueur de rejoindre la Premier League était trop forte.
DS 0087Raphinha est parti à Leeds dans la nuit, après une saison passée comme titulaire dans le onze qui a envoyé Rennes pour la première fois en Ligue des Champions. On se souviendra de ce doublé face à Nantes avec ce but inscrit au bout du temps additionnel, permettant au Stade Rennais de glaner des points précieux pour la 3e place, et d'une saison honorable statistiquement pour un joueur qui découvrait le championnat. Mais ce départ sur le fil a frustré une partie des supporters, à l'image des performances fluctuantes de l'ailier brésilien.

"On a essayé de le retenir jusqu'au dernier moment. Malheureusement son choix était fait de jouer en Premier League, un championnat qui attire évidemment les joueurs. A partir du moment où le joueur prend la décision de quitter le club et de partir à Leeds, on n'a pas souhaité s'y opposer" a expliqué le directeur sportif de Rennes Florian Maurice. Mais pourquoi accepter une offre de 17M + bonus, inférieure au prix d'achat de Raphinha (acheté 23M€ l'été dernier selon le site sépcialisé transfermarkt) ? "Cette offre arrive à un moment où l'on doit prendre des décisions, sur le plan sportif et financier. La décision a été prise d'accepter cette opportunité" poursuit Maurice. "On a discuté avec le joueur pour lui dire qu'il pouvait rester à Rennes et que c'était uniquement son choix. Sur le prix, vu l'accessibilité des bonus, on finira avec une plus-value" assure de son côté le président Nicolas Holveck.

Le club n'a pas tout fait pour conserver son joueur contre sa volonté et Nicolas Holveck l'assume : "Conserver un joueur contre son gré, on l'a tous fait, et ce n'est pas forcément une bonne idée. Avec les séquences à venir où l'on va jouer tous les trois jours, perdre un joueur pour un, deux ou trois mois, parce que c'est le temps qu'il faut pour digérer cet échec, ce n'est vraiment pas simple pour le joueur lui-même et pour le groupe."

Sur ses réseaux sociaux, le joueur a indiqué que le choix de son départ avait été fait "d'un commun accord" avec le Stade Rennais.

Un léger couac dans un mercato au bilan global très positif. Le mercato terminé, c'est le terrain qui nous dira à l'avenir si les Rouge et Noir pourront nourrir des regrets de ce départ tardif.

Florian Maurice a regretté ce mardi d'avoir vu l'OL prêté Jeff Reine-Adélaide parti à Nice, juste avant la fin du mercato estival, alors que les Rennais auraient fait une offre financière plus intéressante.

DS 0085Le mercato du Stade Rennais a été très intense. Entre l'arrivée de Jérémy Doku d'Anderlecht, de Daniele Rugani, Dalbert et la vente de Raphinha à Leeds sur le gong, Florian Maurice a dû beaucoup utilisé son téléphone sur ces derniers jours. Mais le club breton a raté le coche pour Jeff Reine-Adélaide, milieu de terrain de l'OL, qui est finalement parti à Nice en prêt avec une option d'achat. Ce que Florian Maurice trouve regrettable sur un point de vue déontologique.

Après être parti de l'OL en froid avec sa direction, l'ancien responsable du recrutement des Gones voulait recruter l'international espoir âgé de 22 ans. Mais l'OL aurait refusé l'offre de 25 millions d'euros de Rennes, pour le prêter à l'OGC Nice avec une option d'achat à... 25 millions d'euros. "

"C’est un dossier que l’on a évoqué en interne effectivement. Je pense que je ne pouvais pas ramener tous les joueurs de Lyon, évidemment. Mais je ne suis pas non plus certain que l’Olympique Lyonnais aurait fait le même geste en notre faveur pour Jeff Reine-Adélaïde", a déploré Florian Maurice devant la presse.

 

Le directeur sportif du Stade Rennais Florian Maurice a expliqué les raisons du départ surprise du Brésilien Raphinha et comment le SRFC a réussi à enrôler le jeune Belge Doku.
DS 0084L'opération en a surpris plus d'un. Alors que le Stade Rennais finalisait l'arrivée du prometteur Belge Jérémy Doku, le club breton a laissé filer son ailier brésilien Raphinha à Leeds. Un choix étonnant, d'autant que, sur le papier, les Anglais ont payé un prix (17 M€ hors bonus) inférieur aux 21 M€ payés par le SRFC au Sporting Portugal il y a un an. Comment expliquer ce départ surprise ? Ce midi, les Rouge-et-Noir organisaient une conférence de presse pour présenter ses dernières recrues, mais aussi pour faire le point sur le mercato. À cette occasion, le directeur sportif du club Florian Maurice a fait le point sur le cas Raphinha.

"On a essayé de le retenir jusqu'au dernier moment. Malheureusement, son choix était fait de jouer en Premier League, un championnat qui attire les joueurs. À partir du moment où le joueur a pris cette décision, on n'a pas souhaité s'y opposer. Les discussions ont été entamées à la fin du mercato. Elles se sont poursuivies à la fin du match (contre Reims) en essayant de le convaincre de rester, malheureusement, son choix était fait depuis quelques heures. On le perd mais on le remplace par un joueur", a-t-il indiqué, avant de poursuivre. "Ce sont des choix de carrière. On est déçu, mais quand le choix du joueur est ainsi, on ne peut pas le retenir. L'offre de Leeds arrive à un moment donné où on doit prendre des décisions sur le plan sportif et financier. Et la décision a été prise d'accepter cette opportunité".

Enfin, le président Nicolas Holveck a lui aussi pris la parole pour expliquer que Rennes n'a tout simplement pas voulu prendre le risque de conserver un joueur frustré par un faux départ. "Quand un joueur veut vraiment partir d'un club, conserver un joueur contre son gré, ce n'est pas forcément une bonne idée. Cette saison, le mercato se finit après six journées et après on a deux séquences où on va jouer tous les trois jours. Perdre un joueur pour, deux ou trois mois, parce que c'est le temps qu'il faut pour digérer cet échec, si c'est au début du mercato, c'est plus facile. Si c'est à la fin, pour l'avoir vécu dans d'autres clubs, c'est pas simple pour le joueur, pour le groupe. On prend en compte toute la photographie de l'environnement. (...) On a vraiment insisté sur l'état d'esprit des joueurs qui nous ont rejoints. (...) On devait conserver les joueurs uniquement concernés par le projet Stade Rennais et qui n'ont qu'une envie, c'est de jouer toute la saison au Stade Rennais". Ce qui n'était donc plus le cas chez Raphinha.

Maurice s'enflamme pour Doku
Raphinha parti, Rennes pourra tout de même se consoler avec l'arrivée de Jérémy Doku. Arraché à Anderlecht contre 26 M€, le Belge de 18 ans est tout simplement le transfert le plus cher de l'histoire de la formation bretonne. Un gros coup dû en grande partie au choix de l'actionnaire principal du SRFC de mettre la main à la poche. Une très grande satisfaction pour Maurice. Ce dernier ne s'en est d'ailleurs pas caché. "C'est un joueur qu'on suit depuis quelques temps. On a passé des heures et des heures sur la vidéo parce qu'on peut pas se déplacer en Belgique pour voir les matches. C'est un joueur que je connaissais depuis la saison passée. C'est un marché belge auquel moi et la cellule (de recrutement) attachons beaucoup d'importance. C'est un joueur qui a des caractéristiques très fortes dans le un contre un, de percussion, d'élimination, de finition", a-t-il déclaré, avant de lâcher plusieurs compliments de choix.

"Les renseignements qu'on a pris au-delà de l'aspect visuel, sont très bons au niveau de la mentalité. On a pu s'en apercevoir. C'est un garçon mature, intelligent, il sait où il veut aller. Si le sélectionneur belge prend un gamin de 18 ans pour le titulariser, c'est qu'il a beaucoup de qualités. À nous de le faire grandir. Mais là dessus, je n'ai aucun doute parce que Julien sait très bien faire ça. Mais c'est un joueur qui a un potentiel incroyable, vraiment. Ce qu'il est capable de faire à cet âge-là, il est dans la lignée des joueurs qui devraient faire partie des très, très, très bons joueurs dans les années à venir. On compte sur lui dans l'immédiat et je pense qu'il est prêt pour ça, il est préparé". Le moins que l'on puisse dire, c'est que l'optimisme est de rigueur à Rennes.

Le Stade Rennais a dépensé un montant record dans son histoire sur le marché des transferts.

DS 008272 millions d’euros, c’est le montant total des emplettes réalisées par le Stade Rennais sur le marché des transferts en 2020. Leader de Ligue 1 et qualifié pour la phase de poules de la Ligue des Champions, le club breton est bien décidé à assouvir ses ambitions, tant sur le plan national que sur la scène domestique. Rennes n’a donc pas lésiné sur les moyens.

Un record pour Rennes sur le mercato
En attirant le jeune attaquant belge Jérémy Doku pour 25 millions d’euros en provenance d’Anderlecht, Rennes a conclu ce mercato en frappant fort. Le club avait aussi recruté Dalbert (Inter Milan), Daniele Rugani (Juventus), Alfred Gomis et Nayef Aguerd (Dijon), Serhou Guirassy (Amiens) et Martin Terrier (Lyon). C’est la première fois que l’écurie bretonne investit autant sur le marché des transferts.

Après avoir échoué à obtenir son prêt en toute fin de mercato lundi soir, l'AS Saint-Étienne n'aurait pas abandonné l'idée de recruter M'Baye Niang (25 ans), l'attaquant du Stade Rennais, comme joker, cette fois-ci.
DS 0081

Bien que le mercato d'été soit fermé depuis lundi minuit, un club peut encore, selon le règlement de la LFP, "recruter un joueur dit joker". À une condition toutefois : que le joueur en question soit déjà licencié en France. Ce qui exclue désormais, par exemple, la venue de William Saliba, le défenseur central d'Arsenal (ANG), que les Verts ont également raté, lundi.

"Je n'ai pas de commentaire à faire. Il est dans l'effectif, à la disposition de l'entraîneur"
Nicolas Holveck, le président du Stade Rennais, à propos de Niang

Mais pas M'Baye Niang (25 ans), l'attaquant de Rennes, club avec lequel il se trouve sous contrat jusqu'au 30 juin 2023. En manque cruel d'un buteur, l'ASSE tenterait toujours de le faire venir en prêt et désormais en tant que joker.

Interrogé ce mardi matin, Nicolas Holveck, le président du Stade Rennais, a préféré botter en touche concernant le dossier de son international sénégalais (15 sélections, 4 buts) : "Je préfère ne rien commenter à ce sujet. Je n'ai pas de commentaire à faire. Il (M'Baye Niang) est dans l'effectif, à la disposition de l'entraîneur." Reste à savoir jusqu'au quand.

DS 0078

Selon La Voix du Nord, Lorenz Assignon pourrait évoluer cette saison à Valenciennes. Le jeune latéral droit de 20 ans, en contrat à Rennes jusqu’en 2023, était pour la première fois dans le groupe professionnel rennais convoqué par Julien Stéphan contre Reims.

Le Royal Antwep et Rennes se sont entendus pour le prêt du défenseur Jérémy Gélin.

DS 0076

Comme pressenti, le défenseur axial ou milieu défensif rennais Jérémy Gélin (23 ans) va poursuivre la saison au Royal Antwerp. Les deux clubs sont tombés d'accord pour un prêt d'un an sans option d'achat. Antwerp est qualifié pour la phase de poules de Ligue Europa dans le groupe de Tottenham, Ludogorets et Lask.

Rennes et Dijon ont trouvé ce lundi un accord autour du prêt du jeune latéral rennais, Sacha Boey.
DS 0075
Le poste de latéral droit était, avec l'attaquant axial, le chantier prioritaire du directeur sportif dijonnais Peguy Luyindula. Le DFCO devrait accueillir d'ici ce lundi soir le Rennais Sacha Boey. Les deux clubs ont trouvé un accord de principe. Le jeune latéral (20 ans), apparu à deux reprises cette saison en L1, devrait être prêté sans option d'achat au club bourguignon. L'international des moins de 20 ans avait fait part à son club formateur de sa volonté d'accumuler du temps de jeu cette saison pour étirer sa progression.

Selon le journal Ouest France, Raphinha (23 ans) va s’engager à Leeds ce lundi. L’attaquant brésilien (23 ans) souhaite ardemment rejoindre la Premier League. Le transfert s’élèvera à 17 millions d’euros plus 6 de bonus.

DS 0074

Selon le journal Ouest France, Raphinha (23 ans), auteur d’une excellente prestation dimanche au Roazhon Park contre Reims (2-2), devrait s’engager à Leeds ce lundi. L’attaquant brésilien est parti dimanche soir en Angleterre. Il passe la visite médicale ce lundi et devrait également obtenir son permis de travail, dernier élément conditionnant son transfert.

Le Stade Rennais et Leeds ont trouvé un accord, dimanche matin pour une transaction s’élevant à 17 M€ + 6 de bonus. Raphinha avait été acheté 23 M€ en août 2019 au Sporting du Portugal.

"On va tout faire pour le garder"
En cédant son numéro 7, le SRFC répond à la farouche volonté du joueur de rejoindre la Premier League, exprimée récemment dans la presse brésilienne puis auprès des dirigeants bretons. Raphinha n’était cependant pas spécialement enthousiaste, dimanche soir, à l’idée de signer à Leeds, se voyant en capacité d’intégrer directement un club anglais plus huppé. Plusieurs de ses coéquipiers et Julien Stéphan ont essayé de le faire infléchir, avec certaines images surprenantes en bord de pelouse, au Roazhon Park, après le match. On va tout faire pour le garder, a aussi assuré Julien Stéphan en conférence de presse, pour laquelle il est arrivé plus tard qu’habituellement, ayant donc parlé avec l’intéressé, lors d’un échange à quatre où Romain Salin et le capitaine Damien Da Silva, qui parlent portugais, ont également tenté de changer la décision de leur coéquipier.

De Julien Stéphan à Marcelo Bielsa
Le schéma des dirigeants rennais était clair : recruter la pépite Jérémy Doku (18 ans, Anderlecht, 26 M€ + bonus), qui a débarqué dimanche soir à Rennes, et garder Raphinha au moins jusqu’à Noël, en lui laissant la chance de s’affirmer après une première saison mitigée. Mais le Brésilien souhaitait ardemment partir et donc il est apparu inévitable de négocier son prix de sortie avec les Anglais. S’il a finalement tergiversé dimanche, Raphinha a fini par monter dans l’avion pour l’Angleterre, convaincu du tremplin supposé pour sa carrière. À moins d’un improbable retournement de situation, il va ainsi passer de Julien Stéphan à Marcelo Bielsa.

Comme révélé par Ouest-France en exclusivité dimanche matin, le Stade Rennais a bouclé dimanche le transfert de Jérémy Doku (18 ans, Anderlecht) pour 26 M€ plus bonus. Un achat record, impulsé par l’actionnaire.

DS 0073

En spécialiste des fins de match renversantes, le Stade Rennais offre à ses supporters une fin de mercato haletante. Vendredi soir, le latéral gauche Dalbert (27 ans, Inter Milan) a débarqué à l’aéroport de Saint-Jacques-de-la-Lande, accueilli par Raphinha, avec l’image surprenante des deux Brésiliens dans un bar.
L’ancien Niçois a été officiellement prêté un an au SRFC, samedi, contre 2 M€ et une option d’achat à 13 M€. Toujours samedi, l’Italien Daniele Rugani (26 ans) a débarqué à son tour à Saint-Jacques-de-la-Lande via un avion privé affrété par le SRFC, avec son épouse, son agent et un dirigeant de la Juventus. Dans la soirée, le SRFC a officialisé le prêt du défenseur central international transalpin (sept capes), contre 2M€, sans option d’achat.

Hier matin, un autre dossier a trouvé un dénouement heureux, avec l’accord tripartite pour le transfert de la pépite belge Jérémy Doku (18 ans). Une transaction à hauteur de 26 M€, plus bonus à la revente, pour un contrat de cinq ans. Une information révélée en exclusivité par Ouest-France, à 11h15, sur Internet.
Samedi après-midi, le président d’Anderlecht Wouter Vandenhaute avait débarqué à Saint-Jacques-de-la-Lande en avion privé affrété par le SRFC depuis Courtrai. Dans la foulée, les discussions avaient permis de rapprocher les positions. Hier matin, Wouter Vandenhaute est reparti, toujours en avion privé, à 9h04.

Lorsque les derniers détails ont été réglés, hier matin, notamment les commissions pour ses représentants, le joueur qui se trouvait en mise au vert à Bruges avec son équipe pour le « Topper » (affiche entre le FC Bruges et Anderlecht, dans l’esprit « Clásico »), a informé ses dirigeants de son refus d’être dans le groupe, où il figurait initialement.
Au coup d’envoi, à 13 h30, le numéro 49 n’était ainsi pas sur la feuille de match, où son entraîneur Vincent Kompany cochait seulement dix-neuf noms sur les vingt autorisés (défaite 0-3).

Double record
Quatre heures et quinze minutes plus tard, à la mi-temps de Rennes-Reims, le président breton Nicolas Holveck confirmait enfin l’information au micro du diffuseur : Normalement, Jérémy Doku sera dans l’avion ce soir et il passera sa visite médicale demain matin.
Après le résultat nul (2-2) devant les 1 000 spectateurs (jauge limitée), dont Daniele Rugani et son épouse, Julien Stéphan évoquait à son tour le nouvel arrivant, en conférence de presse : Jérémy Doku est un joueur dynamique, très performant dans le un contre un. Certainement un profil que l’on n’avait pas. On avait évoqué les opportunités qui se présenteraient peut-être en complément de ceux qu’on pouvait avoir. C’est un joueur extrêmement explosif et on est évidemment très heureux de son arrivée.
L’attaquant débarquait finalement à Saint-Jacques-de-la-Lande à 22 h 20, en avion privé, accompagné de ses représentants et de plusieurs membres de sa famille. Six supporters rennais étaient présents pour l’accueillir. Chacun ayant droit à son selfie. Puis les chauffeurs de taxi mandatés par le Stade Rennais invitaient les proches du joueur à monter dans deux véhicules en direction de l’hôtel, l’intéressé prenant place dans un autre pour filer rencontrer les dirigeants rennais.

En une signature, ce lundi après-midi, Jérémy Doku va battre deux records. Il va devenir à la fois l’achat le plus conséquent de l’histoire du Stade Rennais et la vente majeure de l’histoire d’Anderlecht – en proie à des difficultés financières -, dépassant les 25 M€ payés par Monaco en 2017 pour Youri Tielemens.
Si la pépite belge était une évidence sportive pour le trio Nicolas Holveck – Florian Maurice -Julien Stéphan, il faut souligner le rôle déterminant de l’actionnaire unique François Pinault. Sensibilisé sur ce dossier il y a une douzaine de jours, il a immédiatement flairé la bonne affaire et a ensuite suivi quotidiennement l’évolution de la réflexion en interne puis des discussions. Il aura donc été le moteur de cette opération, mettant au service du trio opérationnel en interne ce même feeling qu’il utilise pour l’art et l’acquisition, par exemple, de tableaux de grande valeur.
Une telle implication a fait basculer ce dossier du bon côté. Elle rappelle son grand investissement, pareillement, pour la venue d’Ismaïla Sarr, recruté à Metz à l’été 2017. À l’époque, le président René Ruello et l’entraîneur Christian Gourcuff s’étaient fixés une barrière à 12 M€. Puis François Pinault était intervenu pour monter à 17 M€, certain de la rentabilité de l’investissement. À l’été 2019, l’attaquant sénégalais est parti à Watford contre 30 M€.

Jérémy Doku, c’est donc d’abord un nouveau cadeau de la famille Pinault. Au Stade Rennais, à ses dirigeants, à ses supporters. Aux Bretons dans leur ensemble puisque le profil du joueur, associé à un groupe déjà performant, doit permettre aux Rouge et Noir d’assumer leurs ambitions très élevées en Ligue 1 et d’exister en Coupe d’Europe. On n’écrira jamais assez à quel point François Pinault et son fils François-Henri Pinault sont une chance incroyable pour le SRFC, eux qui ne font toujours qu’un pour rendre chaque jour le club meilleur.

DS 0072

Après Nayef Aguerd, recruté à Dijon contre 6,5 M€, le Stade Rennais tient le second défenseur central qu’il recherchait pour compenser les départs de Joris Gnagnon, rentré au Séville FC après une saison en prêt, et Jérémy Morel, parti à Lorient en fin de contrat.

Vol privé affrété
L’international italien Daniele Rugani (sept sélections, 26 ans) va être prêté un an au SRFC par la Juventus. Selon nos informations, les dirigeants rennais ont ainsi affrété un avion privé pour lui permettre de rejoindre la Bretagne au plus vite et il quittera Turin ce vendredi soir pour un vol direct vers Saint-Jacques-de-la-Lande. Téléfoot avait révélé en premier les contacts entre Rennes et Rugani, indiquant qu’il s’agissait d’un prêt payant de 2 M€, sans option d’achat.

DS 0064

Sur le départ à l’Inter Milan où Antonio Conte ne compte pas sur lui, l’ancien niçois Dalbert est pressenti pour rejoindre le Stade Rennais dans le cadre d’un prêt avec option d'achat jusqu’à la fin de saison. Selon Mohamed Bouhafsi, le joueur devrait arriver à Rennes ce soir et passer sa visite médicale sous 24 heures.

Agé de 27 ans, il s’était révélé à Nice sous les ordres de Lucien Favre. Joueur très porté sur l’offensive, capable de passes décisives et de dévorer son couloir dans les deux sens, il avait disputé 40 matchs avec le club azuréen (0 but). Il est sous contrat avec le club milanais jusqu’en 2024. Une conclusion du dossier serait imminente, toujours selon RMC Sport

Page 1 sur 2

Programme TV

29/08 17h00
SRFC-MHSC
Ligue 1 - Journee : 2

13/09 15h00
Nîmes-SRFC
Ligue 1 - Journee : 3

19/09 21h00
SRFC-Monaco
Ligue 1 - Journee : 4

Partenaires

Articles

10 novembre 2020

Connexion

Tipeee

Tipeee

S.G.S.B.

SGSB

Tipeee

Tipeee

Hébergé par

Reglyss.bzh

Free Joomla templates by L.THEME